La Bruche à Molsheim


    octobre 2001 par David Synold

      C’est grâce à mon ami Jean Rémy, que j’ai découvert cette rivière très éclectique. Souvent sauvage, parfois canalisée, toujours surprenante : la Bruche a quelque chose de ...secret.

      la Bruche Situation La bruche se jette dans l’Ill à Strasbourg, ce qui simplifie amplement sa localisation. Molsheim, la ville importante de la vallée de la Bruche, se situe sur la départementale trente à environ une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Strasbourg. C’est sur les pentes du Climont, à six cent quatre vingt mètres, que la Bruche prend sa source. Elle s’écoule ensuite sur près de quatre vingt kilomètres, en avalant la Rothaine, le Framont, le Netzenbach, la Hasel, la Magel, le Stillbach, la Mossig... ses principaux affluents.

      La Première Catégorie C’est de sa source jusqu’a Dinsheim, sur quelques quarante kilomètres que la Bruche est classée en première catégorie. Domaine privé oblige, ce sont les différentes AAPPMA jalonnant son cours qui assurent sa gestion.

      L’essentiel du peuplement de cette partie de la Bruche, se compose de truites farios et arc-en-ciel et d’ombres communs, accompagnés par quelques chabots, vairons, loches, goujons et lamproies... C’est au niveau de Urmatt que les poissons blancs comme le gardon, le chevesne, ou encore la vandoise, font leur apparition. C’est aussi la que l’on rencontre parmi la faune, les insectes comme les baetidés, heptagéneidés, éphéméridés, les trichoptères et les plécoptères... sans oublier les nombreuses gammares.

      la Bruche La Seconde catégorie Le secteur le plus intéressant de la deuxième catégorie, se situe entre Dinsheim et Kolbsheim. Le cours de la rivière est plutôt large, et parsemé de beaux pools profonds, de courants, gravières et radiers. Six barrages coupent le cours de la rivière, et empêche la remontée des migrateurs. Le plan "retour du saumon" devrait, si tout va bien, donner à ces barrages des passes à poissons migrateurs dignes de ce nom. Certains pêcheurs dignes de confiance, ont pu apercevoir plusieurs spécimens éssayant de remonter certains barrages. Le retour du saumon sur les frayères de la Bruche est en route...

      Le secteur plus aval, jusqu’à Strasbourg, ou la Bruche large de vingt à vingt cinq mètres, serpente en de grands méandres une grande zone d’inondation dite ried de la Bruche. C’est ici le domaine cyprinicole par excellence, où la perche et le brochet cohabitent avec les poissons classiques de la seconde catégorie. Quelques sandres peuplent le partie la plus aval du cours.

      Le bassin de la Bruche en 2ème Catégorie On peut aussi citer ici le Dachsteinbach, et l’Altorferarm. Le premier, reliant Molsheim à Ergersheim, est un des anciens lits de la Bruche. Celui-ci, toujours en eau, date d’avant le détournement du cours de la Bruche, au dix septième siècle, pour alimenter le déversoir d’Avolsheim, réserve d’alimentation du canal de la Bruche.

      Le second, est appelé vieille Bruche sur les anciennes cartes, il est en fait l’ancien cours principal de la Bruche et date du Moyen-Age. C’est ce cours qu’utilisent généralement le saumons pour rejoindre les frayères.

      Le Canal de la Bruche Il date de 1681, il est l’oeuvre de Vauban et de ses ingénieurs. Il servit au transport des blocs de grès et des briques, pour les fortifications de Strasbourg.

      Il fut ensuite utilisé pour le transport du vin, du bois, et des tuiles et ce jusqu’en 1939. Il avait aussi vocation de ligne de défense, sa profondeur d’un mètre quarante constituait un obstacle à l’infanterie et à la cavalerie. Son intérêt, en terme d’énergie hydraulique, ne fut pas oublié par les industries parsemant son cours. Côté pêche on y prend toutes les espèces de poissons habituellement présentes dans les eaux de seconde catégorie de la région, sauf le sandre.

      la Bruche La pêche J’ai pratiqué la rivière, dans le secteur de Molsheim et de Ergersheim. J’y ai découvert une rivière aux charmes certains. Un spectacle exceptionnel, un bonheur, au delà de toutes attentes.

      Outre le martin pêcheur, qui vous accueille au bord de l’eau, les espèces de poissons accessibles à la mouche sont nombreux. La vandoise, le chevesne, la truite fario et plus particulièrement l’ombre commun colonisent la zone typique, dite à barbeaux, de la Bruche de deuxième catégorie entre Dinsheim et Kolbsheim.

      La Bruche est classée en deuxième catégorie piscicole à partir du pont de la voie rapide, à Dinsheim et ce sur une trentaine de kilomètres. L’ensemble de ces trente kilomètres sont accessible à la pêche, grâce à la mise en place de la carte Bassin.

      Cette carte est disponible, après adhésion à une des associations riveraines de la Bruche, moyennant un supplément de deux cent francs pour une année. Cette carte bassin et ses revenus, permettent entre autre, au Comité Technique de Gestion du Bassin Bruche-Mossig, une gestion plus cohérente au niveau du repeuplement de la rivière.

      J’espère que, pour l’heure, ces quelques photos, vous auront données l’envie de découvrir une des perles d’Alsace et de rejoindre Jean Rémy, Gilbert, Claude et les autres...

            | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

              Copyright echosmouche.fr
              Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
              Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire