Les turbulateurs


    mars 2001 par Yves Le Guen

      Il faut de tout pour faire une rivière, des plats, des courants, des bras morts, des calmes, des creux, des fonds, etc ... Mais avouez que parfois certains endroits des dites rivières mériteraient qu’on s’en occupe un peu plus. Le coin est superbe, mais tellement calme que la moindre ride sur l’eau fait fuir le poisson avant même que vous ne l’ayez aperçu, et ce sacré coin serait tellement plus chouette avec quelques cailloux et de belles veines d’eau. Il est en fait très simple d’y remédier et ce que je vous propose ici est le fruit de plus de vingt ans d’expérimentation réussie dans ma rivière préférée.

      C’est solide, extrêmement simple à réaliser,ça tient des années sans bouger et ça résiste même aux crues importantes si tant est qu’on ait pris soin de bien bloquer le tout au fond et qu’un tronc d’arbre à la dérive ne vienne s’y fracasser, auquel cas la réparation est tout aussi simple , et qui plus est ça ne coûte que de l’huile de coude. Par contre cela est à faire uniquement en période de basses eaux,évidemment, car vous verrez mieux le fond et vous n’aurez aucun mal à trouver les cailloux désirés.

      Dans un coin caillouteux à souhait vous trouverez tout ce qu’il faut, mais d’abord il vous faudra dénicher une ou plusieurs grandes pierres plates de type schiste ardoisier et d’autres plus cubiques et plus grosses. Positionnez alors la grande pierre plate à contre courant en la bloquant sur son devant amont par une ou plusieurs grosses pierres et en la maintenant soulevée par une autre grosse pierre que vous aurez pris soin de bien bloquer en la calant sous la pierre plate dans sa partie aval, la pierre plate ne devant pas excéder les trente à quarante degrés d’inclinaison par rapport au fond, car au delà, la pierre sera chassée par la force de l’eau alors que sous cet angle là elle se retrouve plaquée par la force de l’eau , et donc plus la force de l’eau est grande et plus ça tient !

      Disposez ainsi plusieurs pierres plates les unes à côté des autres , en les espaçant d’un mètre environ et regardez alors ce que cela donne à la surface de l’eau. Non seulement vous avez créé des turbulateurs efficaces mais il n’est pas bien sorcier de deviner que les veines d’eau ainsi créées seront très rapidement prises d’assaut par les truites du coin comme postes de chasse privilégiés . Intéressant , non ? Qui plus est , les remous de surface ainsi créés vous rendront plus discret dans votre approche des postes à truites.

      Enfin ,et ce n’est pas le moins intéressant, dans les périodes de sécheresse et d’étiage très bas, ce coin là offrira des trous un peu plus frais aux truites et une bonne oxygénation de l’eau , tout ça pour pas un sous !

      Pensez-y cet été, quand rien ne mord, ça occupe et vous ne le regretterez pas , croyez moi.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire