La truite et son rythme de vie (Part. 2)


    octobre 2001 par Christophe Bouet

      Comme nous l’avons vu le mois dernier, même si la faim est un facteur nécessaire à l’activité alimentaire, cela n’est pas suffisant. A chaque fois que la truite va entrer dans une période de nutrition, elle va prendre des risques très importants en sortant de son repaire.

      Ses prédateurs sauront alors en profiter ... et nous, pêcheurs, en premier lieu. C’est pour cela qu’il faut que soient réunies des conditions extérieures relativement favorables pour que débute cette activité. Les crues en sont un bon exemple : une abondance de nourriture engendrée par une augmentation de l’ensemble des organismes emportés par le courant sont des proies faciles qu’il ne faut pas manquer. C’est l’occasion de faire le plein de calories rapidement et facilement puisqu’il n’y a plus qu’à ouvrir la bouche pour se nourrir. Une fois l’estomac remplit, elle retourne se réfugier dans sa cache, où tout danger est écarté. L’autre avantage de la crue est la teinte brunâtre que prend la rivière soumise à la montée brutale des eaux. La truite, moins visible sera alors en confiance et sortira beaucoup plus facilement : elle sera, à ce moment, moins vulnérable face à ses prédateurs.

      Les autres périodes favorables à son activité alimentaire sont le crépuscule et l’aube. Comme pour la coloration de l’eau lors des crues, la pénombre rassurera dame fario ; aussi n’hésitera t’elle pas à prendre part activement à son alimentation se sentant en sécurité.

      Ce qui peut faire sortir les poissons d’une façon tout à fait exceptionnelle et spectaculaire, est une éclosion massive d’insectes à la surface de l’eau. Une portion entière de la rivière peut se mettre littéralement à bouillonner en quelques minutes rendre ainsi les truites folles face à cette nourriture providentielle qui arrive en abondance. Néanmoins, toutes les éclosions ne produisent pas forcément toujours beaucoup de nymphes, subimagos ou imagos, et la rivière ne s’emplit que de façon variable de ces proies très vulnérables. Pourtant, lors d’éclosion tout à fait significative, il arrive parfois qu’aucun poisson ne soit en activité. Je n’en ai toujours pas trouvé l’explication, que se soit auprès d’hydrobiologistes, d’ichtyologues ou des truites elles-mêmes, qui sont restées complètement muettes à ce sujet !

      N’auraient-elles tout simplement plus faim à cause d’une éclosion précédente d’insectes dont elles se seraient gavées ? La qualité physico-chimique de la rivière, à ce moment donné, ne correspondrait-elle pas à une période favorable à la nutrition ? Tout reste à vérifier et à démontrer pour avoir, peut être un jour, une réponse à ces questions. Comme on le comprend, les phases d’activité nutritionnelle seront donc d’autant plus courtes que la quantité de nourriture disponible est abondante et riche. C’est pourquoi dans les grandes rivières de plaine, possédant un fort potentiel nutritif ou lors d’intense dérive d’organismes, les périodes de nutrition seront de courte durée.

      A l’inverse, dans les rivières moins favorables à une faune aquatique nourricière abondante, la truite aura une phase active beaucoup plus longue pour obtenir sa ration alimentaire. Composé dans la presque totalité par des insectes ou des larves d’insectes, son régime alimentaire est certes riche mais l’apport calorique fourni par une larve est tel qu’il oblige la truite à en consommer une grande quantité.

      En conséquence, la durée de l’activité alimentaire sera aussi dépendante du volume des proies ingérées : les vers de berge entraînés par une crue sont bien plus conséquents et remplissent bien plus vite un estomac que des petites éphémères ou des phryganes (même avec leurs étuis !). De ce fait les phases actives vont être rapides lors de l’ingestion de grosses proies et beaucoup plus longues pour de minuscules moucherons

      - La truite et son rythme de vie (Part. 3)

            | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

              Copyright echosmouche.fr
              Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
              Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire