La larve roulette


    mars 2002 par Jean-Claude Girard & David Synold

      image 240 x 197 Description

      Lisse et lourde, cette nymphe se compose d’un lestage de fil de plomb ou de feuilles de tungstène coupées en bandelettes. Elle ne porte ni cerques, ni ailes, ni même de collerette.

      La forme du corps est défini par le lest et adouci par des enroulements de soie floche ou mieux de fil acétate, puis teint au feutre indélébile et verni en au moins trois couches. La teinture au feutre indélébile est utilisée pour sa brillance et son pouvoir de se disperser lors de l’application du vernis. La nymphe est terminée par une tête en soie de montage noire.

      Son poids associé à son pouvoir de pénétration dû à son corps lisse, lui permet de descendre rapidement sur le fond même dans des courants important. Le montage en petite taille peu s’avérer intéressant.

      Utilisation

      Les nymphes lourdes sont souvent peu appréciées et même décriées par les puristes. La difficulté de lancer de tels montages n’y est sans doute pas étrangère...

      Cette nymphe est quasi exclusivement réservée à la technique dite roulette, qui se pratique à l’amont direct du pêcheur, sous la canne, ce qui évite des lancers fastidieux. Il est évident que cette nymphe permet de pêcher les eaux hautes, rencontrées régulièrement dans les premières semaines de la saison de pêche, mais aussi des poissons peu enclins à quitter le fond pour se nourrir.

      Associée à la "roulette" elle autorise aussi la pêche du bord, imposée jusqu’au mois de mai sur les rivières qui abritent des populations d’ombres. La pêche à vue ou au fil, avec cette nymphe montée en taille 16, 18 voire 20 est assez efficace.

      Variantes

      Le montage de cette nymphe peut, bien évidement, se décliner dans d’autres teintes. Personnellement, je ne modifie que la couleur de teinture au feutre. J’ai une affection plus particulière pour la couleur du montage présenté, les autres teintes, hormis le vert, ne donnent pas d’aussi bons résultats. La variation de taille peut, elle, s’avérer indispensable.

      Liste des matériaux

      Hameçon courbe de 10 à 16
      soie de montage noire de 4/0 à 14/0
      soie floche ou fil acétate
      fFil de plomb 0.3, 0.6 ou 0.9 mm selon la taille de l’hameçon, ou tungstène en feuille.

      Montage pas à pas

      Après avoir serré l’hameçon dans l’étau, enrouler le fil de plomb à spires jointives sur deux niveaux. Le second niveau représente la moitié de la première et se décentre vers l’avant. Enrouler la soie floche ou le fil d’acétate et en couvrir le lestage en veillant à compenser les irrégularités pour former un corps cylindrique et fuselé. Bloquer le fil qui a servi à former le corps avec la soie de montage, au niveau de l’oeillet et former la tête. Faire un noeud final.
      Passer le dessus du corps au feutre indélébile. Vernir et laisser sécher l’ensemble. Recommencer l’opération au moins trois fois. Pincer l’ardillon : la nymphe est terminée.
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire