Le Stream’Olive


    février 2002 par Jean-Claude Girard & David Synold

      image 240 x 181 Description

      Ce montage s’inspire du célèbre Woolybugger dont il reprend le principe tout en le simplifiant. C’est un grand classique français pour la pêche en eaux closes. La queue est constituée de fibres de plumes de marabout qui, souvent, sont en fait de plumes de dindon. Le corps quant à lui est réalisé en chenille de gros diamètre de type fritz bien plus attractive qu’une chenille traditionnelle. La tête est une bille de métal peinte et qui fait office de lestage ; pour certains ce type de lestage suffit amplement. Par expérience personnelle, je leste le corps avec quatre à six enroulements de fil de plomb moyen à gros. Ce type de montage y gagne dans l’attractivité de sa nage.

      Utilisation

      Pour ma part, c’est ce steamer qui est le premier à exciter les truites lors de mes sorties en lac ou en réservoir. Cette habitude vient sans doute du fait qu’il est et reste une valeur sûre et qu’il m’assure depuis longtemps une pêche productive et régulière. La couleur olive reste ma préférence.

      Le stream olive, pêche à toutes les profondeurs, sur une soie flottante, intermédiaire, ou plongeante. Côté bas de ligne, je reste simple, avec un seul brin de 1 à 2 mètres en 18 ou 20/100ème entre la soie et la mouche.

      La récupération de ce streamer se fait par tirettes classiques. Je le ramène, par saccades lentes puis rapides, courtes puis longues, le tout entrecoupé de petites poses. La technique du rolly-pully est efficace. Dans ce domaine, vous pouvez consulter l’article de Jean-Pierre Jurado intitulé "Réservoir, début de saison".

      Certains d’entre vous, relèveront sans doute que la queue du montage présentée est un peu longue. Il m’arrive de les rallonger encore un peu plus. Certains d’entre vous penseront que cette longueur occasionne des ratés importants, mais il n’en est rien.

      Variantes

      Côté variantes, les possibilités sont quasiment illimitées... couleurs, textures des chenilles, poids en sont les principaux paramètres.

      Liste des matériaux

      Hameçon standard ou à hampe longue de 6 à 12.
      Soie de montage claire de 2/0 à 6/0
      Fibres de plume de marabout olive.
      Enroulement de fil de plomb
      Chenille fritz olive.
      Bille verte n°2 à 5.

      Montage pas à pas

      Après avoir enfilé une bille dont la taille sera en rapport avec la taille de l’hameçon, serrer ce dernier dans l’étau. Enrouler la soie de montage depuis la bille vers la courbure. Préparer une plume de marabout.
      Sur cette plume de marabout, prélever une pincée de fibres, là ou elles sont les plus duveteuses. Présenter la pincée de fibres de plume de marabout juste avant la courbure de l’hameçon, à 45° par rapport à la hampe. Bloquer la pincée de fibres par 3 enroulements de soie de montage. Couper l’excédent et recommencer l’opération 1 à 3 fois, pour obtenir une queue bien fournie.
      Le volume de la queue est très important, il permet de garder des proportions correctes à la mouche, même lorsqu’elle est mouillée. Le montage y gagnera en qualité de nage. Enrouler maintenant 4 à 6 tours de fil de plomb moyen à gros, selon la taille de l’hameçon. Coller les enroulements de plombs à la colle rapide. Fixer la chenille avec la soie de montage, directement au ras de la queue. Amener la soie de montage vers l’avant. Enrouler alors la chenille à spires jointives, jusqu’à la bille de tête.
      Bloquer la chenille par 3 tours de soie de montage, couper l’excédent de chenille au ras et faire un noeud final juste derrière la bille. Poser une goutte de colle rapide sur le noeud et marquee au feutre indélébile ou au vernis de couleur les yeux sur la bille.
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire