"Transparences" sur la rivière Ariège


    novembre 2001 par F.F.P.M.L Environnement

      FFPML ENVIRONNEMENT
      Ivry, 19 octobre 2001

      Objet : "transparences" sur la rivière Ariège
      N/réf : Ariège/FC/GM

      Monsieur le Préfet,

      La Fédération Française de Pêche à la Mouche et au Lancer, agréée auprès des Ministères de l’Environnement et de celui de la Jeunesse et des Sports s’est dotée d’un Département Environnement, appuyé par un Comité Scientifique constitué de spécialistes de haut niveau, reconnus sur le plan international.

      A ce titre, nous suivons avec intérêt l’état des rivières et plans d’eau de France, et en particulier celui de la rivière Ariège, perturbée par des lâchers réguliers de sédiments dans le cadre d’un programme " transparences " pratiqué par Électricité de France.

      Ce terme de "transparences" n’est d’ailleurs que " l’expression commerciale " pudique de ce qui n’est que manœuvres de délimonages à but exclusivement économique, sans prise en compte de l’environnement (voir à ce propos : CAILMAIL X., POIREL A., LALLEMENT C., CLAIR M., 1993. - "Expérience acquise à E.D.F. en matière de chasses de retenues. Modélisation du transit des matières en suspension sur l’aval". Actes des journées de la S.H.F. de novembre 1993, t2, Transport solide en eaux continentales et littorales, 1993).

      La mise en œuvre de ce programme implique des agressions chroniques du cours d’eau, conduisant à une perturbation pérenne de celui-ci, ses capacités d’auto-régénération étant gravement diminuées, voire obérées par le caractère répétitif des opérations.

      Chaque manœuvre génère plusieurs milliers de tonnes de sédiments en 24 à 46 heures (voir sur ce sujet : CAILMAIL et al. (ibid) ; E.D.F., Agence de l’Eau Adour-Garonne, 1995. "Étude de l’impact sur l’ hydrosystème de la gestion adaptée des barrages d’EDF au transport solide des rivières. Opération de chasse au barrage de Garrabet sur l’Ariège". 11 p + annexes ; AQUASCOP, 1999. - " Barrage de Garrabet et Labarre sur l’Ariège. Résultats du suivi des paramètres physico-chimiques lors de l’opération de transparence de mai 1999 ").

      Cet afflux massif de matières en suspension (MES) a des impacts considérables tant au niveau de la biodiversité spécifique de la rivière, que de la biomasse. Le peuplement piscicole est évidemment victime de cet apport considérable de sédiments, et l’Ariège peut, au cours des périodes de " transparences " devenir inapte à tous usages (survie de la faune et de la flore aquatique, abreuvage impossible, etc.), voire constituer un problème potentiel en termes de Santé Publique.
      On note ainsi (source : AQUASCOP, 1999. - "Barrage de Garrabet et Labarre sur l’Ariège. Résumé des investigations réalisées de mars à octobre 1998". Mission technique commune EDF/Agence de l’eau, avril 1999, 21p.) la nécessité de surveiller dans les sédiments rejetés à la rivière auparavant saine, l’Arsenic, le Chrome et le Nickel, une forte teneur en Aluminium sous forme d’Al2O3, des Hydrocarbures Polycycliques Aromatiques (HAP) pour un total de 5,4 mg.kg-1 avec une forte proportion de fluoranthène. A cela s’ajoutent des biphényls polychlorés (PCB, rappelons-le, considérés comme très toxiques pour l’environnement aquatique dans l’arrêté du 1er mars 1993) tels le benzo (1.12) perylène à hauteur de 7 fois la norme, du pentachlorobiphenyl à hauteur de 4 fois la norme, de l’heptachlorobiphenyl à hauteur de 13 fois la norme…

      Il ne nous semble pas que les conséquences environnementales et économiques pour l’ensemble de la collectivité (incidences sur le tourisme pêche par exemple, pourtant bénéfique pour les Communes concernée) aient été correctement évaluées. C’est d’autant plus dommageable qu’EDF produit annuellement environ 78 TWh d’énergie d’origine hydraulique, en utilisant une ressource publique, alors qu’elle exporte, en net, de l’ordre de 64 TWh.

      Rappelons à ce propos que le Conseil Supérieur de la Pêche, ainsi que la Fédération de Pêche de l’Ariège s’étaient opposés, en 1984, à la construction du barrage de Mercus-Garrabet. Aujourd’hui, ce dernier est, avec celui de Labarre, à l’origine principale de ces atteintes répétitives à la rivière.

      Il ne s’agit pas de "choisir entre le poisson et la bougie" (l’énergie produite par la filière nucléaire et les centrales thermiques couvrent la consommation soit largement plus de 430 TWh), mais d’appliquer, dans les faits, le respect de l’environnement tel qu’il est évoqué dans les divers textes sur l’Eau, y compris dans les plus récentes Directives Européennes.

      Nous nous associons donc aux protestations locales voire nationales (de nos licenciés, des nombreuses Associations, mais aussi des Municipalités riveraines, qui représentent le tiers des communes ariégeoises) et demandons avec la plus grande fermeté que le programme dit " transparences " soit abandonné, car écologiquement absurde, économiquement nuisible pour la communauté publique, et qu’il puisse être remplacé par des vidanges décennales lentes et maîtrisées comme le montre l’exemple de Puyvalador dans l’Aude.

      Cette période pourra être mise à profit pour examiner d’éventuelles autres solutions susceptibles de résoudre le problème posé par les barrages et leurs vidanges, en ce compris un suivi régulier de la rivière pour en contrôler la régénération.
      La responsabilité d’une incitation décisive incombant aux autorités publiques qui assument l’encadrement des conditions d’exploitation des ouvrages hydroélectriques sur les rivières dont la protection, la mise en valeur, la restauration et la gestion sont d’intérêt général (Code Rural Livre II nouveau. art.L.200-1 et loi 95-101 du 2 février 1995), c’est donc vers votre Autorité que nous nous tournons pour que cesse cette absurdité écologique, d’autant plus grave que l’Ariège est une rivière large et peu profonde, à fonds mobiles, qui abrite depuis toujours salmonidés et peuplements associés (poissons, mais aussi macrobenthos). Elle fait l’objet de nombreux classements et arrêtés ( axe bleu migrateurs ; arrêtés de biotope ; plusieurs ZNIEFF ) et devrait constituer un atout touristique indéniable pour les populations riveraines. Nous espérons vivement que vous tiendrez compte du présent courrier, actuellement dans le cadre d’une démarche amiable, et sommes à votre disposition pour toute précision.

      Dans l’attente de vous lire,
      Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de nos salutations respectueuses.

      Dr. François CARTAULT
      Vice-président FFPML
      Département Environnement

      Copies :
      Fédération Départementale des AAPPMA de l’Ariège
      Direction Régionale du CSP
      DRIRE Midi-Pyrénées
      DRIRE Subdivision de l’Ariège
      DIREN Midi-Pyrénées
      DDE de l’Ariège
      DDA de l’Ariège
      DDASS de l’Ariège
      Direction de l’Aménagement, Conseil Général de l’Ariège
      Présidence de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne
      UMINAT
      ARPE
      ANPER-TOS
      Comité Ecologique Ariégeois

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire