Pêche à la nymphe


    Une pêche très banale


    octobre 2002 par Vincent Pons

      pêche à la nympheCeci ne se veut pas un guide mais une incitation à la pêche sous l’eau. Beaucoup de techniques de pêche en nymphe ont été décrites et redécrites surtout depuis une dizaine d’années envoyant la noyée aux oubliettes. Un pêcheur à la mouche se doit d’être complet et ouvert à toute technique. La sèche permet de prendre les poissons gobeurs mais la majorité des poissons n’est pas enclin à monter prendre une mouche en surface. Les chiffres parlent d’eux-memes, les truites se nourrissent à 90% sous l’eau.
      En s’entêtant à pêcher en sèche, le séchard passe à coté de nombreuses prises potentielles. De plus, certaines conditions où les poissons restent calés au fond rendent la pêche en sèche plus qu’aléatoire.

      Tout naturellement, le moucheur doit se tourner vers la nymphe qui lui ouvre de nouveaux horizons. Bien pêcher en sèche n’est pas l’affaire d’une saison, cela prend des années car on apprend toujours plus. Pour la nymphe, même cas de figure, on peut apprendre rapidement mais jamais on ne maîtrisera complètement.
      Deux ou trois sorties de pêche suffisent à un debutant pour assimiler les rudiments mais plus de temps sera nécessaire pour devenir régulier et leurrer les grosses mémères du coin. Parmi les differentes techniques de pêche en nymphe, mieux vaut débuter par la plus simple, la pêche à l’indicateur tout en gardant le matériel utilisé pour pêcher en sèche. Certains utilisent des indicateurs en mousse fluo, de la pâte, de la mousse autocollante, d’autres, plus élégament, une mouche sèche. En effet, un gros palmer, une royal Wulf ou un gros sedge en poil de chevreuil sont autant de mouches aussi faciles à localiser au milieu d’un courant qu’un indicateur jaune ou orange fluo. De plus, elles apportent une chance suplémentaire puisque certains poissons préfèreront la sèche à la nymphe.

      Pour qui a dejà pêché au toc, la détection des touches ne pose aucun problème : toute anomalie dans la dérive est anormale, Lapalisse n’aurait pas dit mieux ! Quelques rares fois, l’indicateur plongera. Certains coups comme un courant appuyé nécessitent l’emploi de mouches plus lourdes pour atteindre les profondeurs rapidement. La dérive se fera à l’image de la pêche au toc : fil tendu, canne haute avec indicateur au ras de l’eau. Dans ces instants là, la touche est souvent brutale si il s’agit d’une fario. L’indicateur et la roulette ne sont pas les plus belles techniques aux yeux de certains mais elles permettent de nous sauver la mise dans bien des cas.

      La pêche au fil est bien plus difficile à maitriser. Pêcher en surveillant son bas de ligne posé sur l’eau demande énorment de concentration et des conditions climatiques décentes. Cette facon de pêcher nous fait passer à coté de nombreux poissons mais que préfère-t-on, l’efficacité ou le plaisir ? Quelques pêcheurs ajoutent un brin de nylon fluo ou blanc sur le bas de ligne pour avoir un repère facile à voir. La pêche au fil est passionante mais aussi très gourmande en énergie, pas de distraction possible, seule la dérive et les courbes du bas de ligne hantent votre esprit.

      Tout ceci pourrait être plus facile si on voyait le poisson, on n’aurait alors qu’à le surveiller à lui, pas le bas de ligne. La pêche à vue peut paraître inaccessible parce que trop de gens l’assimilent à quelques rivières aux fonds clairs. Il n’en est rien, elle est pratiquable partout à tout moment de l’année. Distinguer les points noirs d’une truite située à dix metrès n’est pas nécessaire, il suffit de la voir ou encore mieux d’approcher les poisssons à moins de cinq mètres depuis la berge. Un coup d’arbalète et la nymphe file, on la suit d’un oeil en gardant l’autre sur la gueule de la truite. Facile à réaliser et comprendre quand ferrer.

      Bref, la pêche en nymphe n’est pas réservée à des pêcheurs hors du commun, elle est accessible à quiconque s’en donne la peine. Idem pour la pêche à vue dont beaucoup d’entre nous pensent qu’elle n’est possible que sur des rivieres genre chalk stream. Partout, la pêche en nymphe vous permettra de prendre toute sorte de poisson que ce soit un vairon ou un saumon.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire