Le Cingle plongeur


    mars 2002 par David Synold

      image 183 x 209 Le Cingle Plongeur ou Cinclus cinclus , aussi surnommé merle d’eau, appartient à la famille des Cinclidés, ordre des Passériformes. Passereau présent sur de nombreuses rivières de France, il affectionne plus particulièrement les eaux rapides et claires, les berges rocheuses et encombrées. Là où il est présent on compte, en moyenne, un couple pour un à deux kilomètres de cours d’eau. Dans certaine régions les couples sont plus disséminés voire quasiment absents.

      On rencontre le cingle plongeur, presque toujours perché sur un rocher à remuer d’avant en arrière. Trapu, la queue courte et redressée, c’est la tache blanche qui orne sont thorax qui trahit généralement sa présence, bien que son sifflement soit très caractéristique, il est très souvent couvert par le bruit des remous de l’eau. Le plumage est sombre, la tête brune et le ventre bordé de roux.

      L’oiseau est un sédentaire, qui se déplace parfois de plusieurs kilomètres, quand les conditions nécessaires à sa survie ne sont plus réunies sur son territoire. Son vol caractéristique, est rapide et au ras de l’eau, mais sa principale caractéristique est de plonger et de nager avec une grande agilité, il est d’ailleurs le seul passereau à pouvoir le faire.

      Il se nourrit de de larves d’insecte, de vers, et d’insectes adultes, mais très rarement de poissons. Il cherche ses proies dans l’eau, il plonge et nage en s’aidant de ses ailes, toujours face au courrant et tête vers le bas, ce qui lui permet de profiter de la force du courant pour évoluer sur le fond.

      Comme le canard, il possède une glande située sur le croupion et qui produit de la graisse, dont il s’enduit les plumes pour les imperméabiliser.

      C’est le couple qui construit le nid, généralement en février. Idéalement placé dans une cavité naturelle, sous un pont ou tout autre édifice réalisé par la main de l’homme, sur un rocher, il se trouve rarement sur un arbre. Son nid se compose de mousse aglomérée en une grosse boule, l’accès se fait par une ouverture au dessus de l’eau. La ponte, cinq oeufs en moyenne, a lieu entre février et mars. La première ponte est parfois suivie d’une seconde.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire