La pêche de l’Ombre en 2002


    Pêche Mouche N° 30 - Mai/juin 2002


    mai 2002 par Pêche Mouche

      La pêche de l'Ombre en 2002Qu’elle est loin cette période, dont certains pourraient dire qu’elle est bénie, où il suffisait de monter une grosse mouchede mai sur du 16/100 pour intéresser tous les ombres du canton. Le problème c’est que depuis la révolution des années 80, les choses ont encore évolué. Faut-il mettre au rebut nos petits Culs de canard et nos Casques d’or ? Pas encore, mais quelques modifications sont de mise.

      Grosses Mouches pour thymallus - Contrairement aux idées reçues, l’ombre prend aussi des grosses mouches. D’ailleurs, en début de sa saison, il ne prend souvent que ça, pourvu qu’elles flottent très bas. Sinon, gare au refus.
      A partir du mois de mai, les ombres se refont une santé après leur fraye printanière et déploient une belle activité. Mais, dès l’ouverture, il se font "bastonner" dès qu’ils mettent le nez dehors. Le moindre gobage déclenche une avalanche d’artificielles présentées plus ou moins convenablement et ils retrouvent vite leur méfiance habituelle ... - article signé Didier Magnan.

      Son comportement : une évolution prévisible - Depuis une vingtaine d’années, la pêche de l’ombre commun s’est considérablement développée, au point de devenir une technique spécifique très pointue. Or depuis la naissance des premières nymphes moulées, nous avons tous noté quelques changements dans son comportement ... - article signé Grégory Treille.

      Deux nymphes pour la vie - Cela fait vingt ans que j’utilise les mouches moulées pour pêcher l’ombre, er ça marche toujours aussi bien. J’ai simplement dû revoir leur taille à la baisse. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis dit-on. Sur de nombreuses questions,de multiples expériences apportent à chacun de nous, pêcheurs à la mouche, un enseignement nouveau, une évolution permanente ... - un article signé Piam.

      Chaque année, à l’époque des bourgeons - J’ai passé une partie de ma vie à leurrer l’ombre, à le traquer, mais aussi à le comprendre et l’élever. Ce poisson, relativement délicat, mérite toute notre attention. Avis aux "alevineurs"... - article signé Piam.


      Textes & photos reproduits avec l’aimable autorisation du Magazine Pêche Mouche.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire