La Blanche


    La tueuse d’ombre


    décembre 2002 par Jean-Claude Girard & David Synold

      Description

      Ce montage, surnommé "La tueuse d’ombre", moins célèbre que la phaisan tail, est inspiré d’une nymphe de Franck Sawyer. Ce nom lui vient du fait qu’à cette époque, l’ombre était considéré comme nuisible et donc bani des rivières anglaises et qu’un ombre pris était un ombre mort. Cette nymphe ayant pris bon nombre de ces poissons, son nom lui était prédestiné... mais les temps ont bien changé, et les ombres, ici comme en Angleterre, sont devenus des partenaires de pêche privilégiés.

      Le montage est simple, puisque le corps est en brin de laine mohair blanche et le lestage léger, réalisé à partir de fil de cuivre fin.

      Utilisation

      Une reine pour la rivière, cette nymphe n’en est pas moins efficace en réservoir pour pêcher à la nymphe... surtout à vue.

      Montée sur des pointes plutôt longues, de 16 à 10/100ème cette nymphe fait des merveilles sur les arcs de réservoir mais aussi sur les ombres et les farios de nos rivières. Certains avancent le fait qu’elle imite une gammare ou un asticot, pour ma part je l’utilise avec bonheur... sans trop me soucier de ce qu’elle imite.

      Que ce soit en rivière ou en lac, je prends un soin particulier à choisir la canne que j’utilise pour pêcher avec ce genre de nymphe... une action prononcée de la pointe, et c’est la casse assurée. On préfèrera des actions douces de type semi-paraboliques ou paraboliques.

      Variantes

      Je n’utilise aucune variante de ce modèle, bien qu’étant persuadé que le gris, l’olive et le noir peuvent donner de bons résultats ; quant au jaune et à l’orange... vous risquez d’excellentes surprises.

      Liste des matériaux

      Hameçon courbe de 10 à 20.
      Soie de montage noire de 4/0 à 14/0.
      Laine Mohair.
      fil de cuivre fin.

      Montage pas à pas

      Après avoir écrasé l’ardillon, serrer l’hameçon dans l’étau. Enrouler la soie de montage, en partant de l’oeillet jusqu’au milieu de la courbure. Fixer et laisser en attente un brin de fil de cuivre.
      Fixer un brin de laine mohair puis ramener la soie de montage de la courbure vers l’oeillet. Enrouler la laine mohair en couvrant la hampe, jusqu’à l’oeillet puis bloquer et couper l’excédent. Faire de même avec le fil de cuivre, mais à spires non jointives. Bloquer le fil de cuivre sous quelques tours de soie, faire le noeud final, apposer une goutte de vernis avant de couper la soie de montage.
      Former la tête avec le reste de fil de cuivre. Couper l’excédent de fil de cuivre, mettre un peu de colle rapide puis vernir la tête. Le montage et terminé.
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire