Le frêne


    juin 2002 par David Synold

       le frêne Appelé aussi arbre de Posséidon dans la mythologie grecque, le frêne est aussi dénommé phraxis en grec, ou fraxinus en latin. Son nom vient du mot foudre du fait qu’il vit généralement isolé ou en retrait des autres arbres.

      Le Frêne est un arbre à pousse spontanée, sa souche a la faculté de faire des rejets, d’où sa présence dans les taillis et les sous- bois. En France il représente environs deux et demi pour cent des arbres présents.

      Trés fréquent dans les plaines et collines, il se développe rarement au dessus de mille cinq cent mètres d’altitude, peut atteindre une hauteur de trente cinq mètres et vivre jusqu’à cent cinquante et même deux cent ans.

      Le frêne, s’il aime la lumière, supporte aussi un léger couvert végétal. Côté sol, ses exigences sont incontournables : sol riche aéré et bien alimenté en eau ce qui qui en fait un habitant privilégié des rives de nos cours d’eau où il enfonce profondément ses racines dans les couche d’alluvions.

      Il se reproduit grâce à une fructification importante. Son bois résistant lui a valu d’être utilisé, au dix huitième siècle et au début du dix neuvième siècle pour la fabrication des ... cannes à mouche.

      Aujourd’hui encore, on façonne avec son bois, des manches d’outils, des articles de sport comme les raquettes de tennis. Par le passé, son feuillage avait aussi la réputation d’être diurétique et de de soulager les rhumatismes.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire