Du SMS au MMS


    Parlez-vous Texto ?


    avril 2003 par EchosMouche

      Le SMS - pour Short message Service - est à la téléphonie mobile ce que le courrier électronique est à l’Internet. Les SMS ou "Texto" permettent de communiquer, sous forme de mini-messages, de manière simple, rapide et discrète à partir d’un mobile.

      Le SMS a très rapidement conquis une population jeune et plus particulièrement la tranche des 15-25 ans pour laquelle le Texto est, à la fois, une culture et une seconde langue. Les jeunes en ont fait leur mode de communication préféré, leur signe de reconnaissance.

      Ces mini-messages sont composés de termes qui regroupent des abréviations connues, des mots anglais ou Verlan ou des mots sous leur forme phonétique. Ce qui fait leur charme, leur donne ce côté fun, c’est qu’en quelques mots on a pratiquement tout dit : le message écrit se raccourcit peu à peu , se déforme pour ne conserver bien souvent, en final, que le strict nécessaire c’est à dire le sens de la phrase.

      Parlez-vous Texto ? Si ce n’est le cas, de nombreux sites comme http://www.universkids.com/article.php3?id_article=61 vous permettront de vous familiariser avec ce langage de nouvelle génération.

      Parlez-vous Texto ?

      Au message texte ne manquaient que l’image et une ergonomie adaptée à la saisie des messages. Avec le MMS - système de messagerie multimédia - le Texto se voit désormais doté de nouvelles fonctionnalités. Les constructeurs et les opérateurs de téléphonie mobile, pour lesquels les SMS sont une manne financière - plus de 6 milliards de SMS envoyés en France au cours de l’année 2002 - ont conçu de nouveaux modèles de téléphones. Ceux-ci, spécialement adaptés, intègrent un écran de grande dimension, un clavier sur lequel figurent tous les caractères aphabétiques ainsi qu’un appareil photo qui autorise l’inclusion et l’envoi d’ images et de photos.

      Reste la question de l’orthographe qui pourrait choquer comme elle choquait lors de l’apparition des premières messageries électroniques. La langue de Molière serait-elle en danger ? L’expérience passée nous a démontré qu’il n’en était rien. Alp !*


      * Alp : à la prochaine !

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire