M’n’Mai


    Une question d’opportunité


    mai 2003 par Jean-Claude Girard & David Synold

      Description - Enfin une nymphe de taille... Comme l’insecte adulte, la nymphe de la mouche de mai est de belle taille. Ce montage simple est une belle imitation qui allie à la fois un cerclage duveteux du corps qui imite les branchies de la nymphe et le dubbing de lièvre pour les pattes.

      Si le jaune du corps paraît un peu vif, il se foncera sous l’effet de l’absorption d’eau lors de l’immersion.

      Utilisation - Mai ? ... juin ? ... Je trancherai la question en mettant en avant la régularité du mois de juin mais aussi l’opportunisme du mois de mai, en tous les cas, pour sa première quinzaine... Je sais que je ne répond pas à la question, mais la réussite appartient souvent aux audacieux.

      Ce qui est essentiel de rappeler ici, c’est que la nymphe de mouche de mai gagne souvent à draguer ou à être animée discrètement. Je préfère l’utiliser au fil, qu’à vue.

      A utiliser aux mêmes périodes que sa version sèche, voire même un peu avant et après.

      Variantes - Le corps peut être réalisé dans des teintes brun clair ou olive. Il est possible d’éventuellement alléger le volume du cerclage en utilisant une fibre de plume de queue de faisan.
      Monter une paire d’yeux en nylon brûlé, donne un air plus réaliste au montage, mais n’augmente pas forcément son efficacité.

      On peut lester le montage par enroulement de fil de plomb sous le dubbing du thorax, mais je préfère amplement dégraisser la pointe du bas de ligne.

      Liste des matériaux

      Hameçon à nymphe fort de fer, hampe longue type 3XL, taille 8 à 12.
      Soie de montage noire de 4/0 à 6/0
      Soie floche jaune
      Fibres de plume de Perdrix grise
      Herls de paon ou fibres de plume de queue de faisan
      Segment de plume d’aile
      Dubbing de lièvre naturel

      Montage pas à pas

      Après avoir écrasé l’ardillon, serrer l’hameçon dans l’étau. Enrouler la soie de montage de l’oeillet vers la courbure, endroit où vous fixerez les fibre de plumes de Perdrix. Au même endroit, fixer un brin de soie floche jaune ainsi qu’un herl de paon ou une fibre de plume de queue de faisan.
      Enrouler la soie floche pour former un corps pas trop épais, dépassant de peu la moitié de la hampe de l’hameçon. Bloquer avec la soie de montage et couper l’excédent de soie floche. Cercler le corps à spires non jointives avec le herl de paon, bloquer et couper l’excédent. Préparer un segment de plume d’aile.
      le fixer juste au ras du corps. Préparer un dubbing de lièvre naturel et l’enrouler jusqu’à l’oeillet. Bloquer et couper l’excédent. Rabattre le segment de plume pour former le sac alaire, bloquer avec la soie de montage et couper l’excédent. Former la tête, faire le noeud final, apposer une goutte de vernis. Voilà, c’est fini !
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire