La Truite de mer


    Une belle de nuit


    juin 2003 par EchosMouche

      La truite de mer ou Salmo trutta trutta est aussi communément appelée "la blanche", truite saumonée ou truite argentée. Poisson migrateur de la famille de Salmonidés, la truite de mer appartient à la même espèce que la truite fario. Elle est essentiellement présente le long de la facade maritine et dans les fleuves côtiers de la Manche, de l’Atlantique, la mer du Nord et du Danemark. Poisson aux moeurs nocturnes, cette belle de nuit reste inactive en eau profonde pendant la journée. Poisson racé, nerveux, la truite de mer est très prisée des pêcheurs sportifs.

      Morphologie

      Malgré sa taille plus petite, son corps long, fuselé, légérement aplati latéralement et couvert de petites écailles la fait ressembler quelque peu à un saumon. Sa robe de couleur argentée est tachetée de points noirs étoilés. Sa nageoire adipeuse ornée d’un liseré orangé, sa caudale ainsi que sa bouche largement fendue munie de petites dents dirigées vers l’arrière permettent de la distinguer de son cousin le saumon. Sa taille varie de 30 à 70 centimètres pour un poids de 500 gr à 5 kg en moyenne.

      Moeurs et Habitat

      La truite de mer vit à proximité du plateau continental et dans les estuaires. Elle se nourrit essentiellement la nuit. En eau douce, son régime alimentaire est très proche de celui de la truite fario. Il est principalement composé d’ invertébrés, de crustacés et de petits poissons. En mer, elle se nourrit de crevettes, de crustacés, de vers et occasionnellement d’insectes terrestres. Les harengs, sprats, lançons et sardines constituent des proies de choix pour les plus beaux spécimens.

      Reproduction

      La truite de mer remonte sur les frayères situées à l’amont des cours d’eau aux environs du mois de décembre pour s’y reproduire. Une femelle pond en moyenne 2000 oeufs par kilo de son poids dans un nid de graviers. Une fois fécondés, ces oeufs donneront naissance à des alevins qui séjourneront sur les zones courantes pendant deux à cinq mois avant de subir et d’entamer, comme les saumoneaux, la smoltification et leur première migration vers la mer.

      La remontée vers les eaux douces s’effectue généralement après un à cinq ans mais, il n’est pas rare de voir de jeunes truites de mer revenir en eau douce quelques mois seulement après leur dévalaison. Ces post-smolts appelés aussi finnocks remontent dans les estuaires et dans les parties aval des cours d’eau au milieu de l’été. L’arrivée des finnocks est bien connue des pêcheurs car ils forment généralement des groupes de poissons très actifs.

      Un avenir compromis

      Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Ce qui est valable pour le saumon l’est aussi pour la truite de mer. La destruction des frayères, l’édification de barrages, la dégradation constante de la qualité des eaux et une trop forte pression de pêche compromettent fortement son cycle de reproduction et son développement.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire