Voyages de Pêche N° 39


    bimestriel Juin-juillet 2003


    juin 2003 par Voyages de Pêche

      Voyages de Pêche N° 39 EDITORIAL
      Le bon exemple
      Pour la première fois cette saison au Sénégal le concours de pêche sportive "Open des Résidences du Port" organisé par le Saly Fishing Club préconise pour ne pas dire impose la relâche des espadons voiliers. Au Costa Rica, au Guatemala ou au Panama, trois pays où les poissons à rostre sont considérés comme une richesse naturelle, la question de savoir si on va relâcher son sailfish ou son marlin ne se pose même pas, ou du moins ne se pose plus.

      Ces trois destinations attirent chaque année de centaines de pêcheurs disposés à dépenser des milliers de dollars s’ils ont la garantie, et ils l’ont ! de faire sauter au minimum 4 ou 5 sailfish à chaque sortie quand ce n’est pas 15, 20 ou 30. Il n’est donc pas question pour les skippers de tuer leur fond de commerce !

      Les organisations de pêche sportive qui ont fleuri sur les côtes d’Amérique Centrale ces quinze dernières années font vivre, et bien vivre,des centaines de marins et leurs familles, remplissent des hôtels et des restaurants, font tourner des compagnies aériennes locales et dans certains cas participent au développement de régions entières "oubliées" par leurs gouvernements. Tout le monde y trouve son compte et en premier lieu les pêcheurs.

      Malheureusement, cet état d’esprit est encore loin d’être la norme dans tous les camps de pêche. On peut toujours y voir des portiques croulants sous le poids de brochettes de tarpons (immangeables, est-il besoin de le rappeler), des brouettes remplies de carpes rouges miniatures et encore trop souvent un marlin ridiculement petit porté dans les bras (c’est dire !) d’un pêcheur qui finalement n’y est pour rien.

      Beaucoup de ces poissons, après avoir été sportivement combattus, auraient pu être pris en photo au sortir de l’eau et gentiment relâchés avec l’espoir de les reprendre un jour ou l’autre. Mais les temps changent. De plus en plus de guides et skippers français éparpillés à travers le monde sont devenus au fil du temps des adeptes du catch & release, ont réussi à convertir leurs marins et de nombreux pêcheurs et ne gardent que le minimum indispensable pour les plaisirs de la table et leurs employés. Je pense entre autres à Loïc Lefrère à Madagascar, à Laurent Montels aux îles Andaman, à Laurent Durris aux Bijagos et à Julien Derozier au Costa Rica. On ne peut que les saluer et espérer que nous assisterons dans les années à venir à un changement de comportement radical de la part des pêcheurs et des responsables de camps de pêche dite "sportive". Et ceci, pour l’avenir de notre commune passion. - Julien Lajournade

      AU SOMMAIRE DU N° 39

      Rendez-vous de MVP et news.
      Tendances.
      Actualités, infos.
      Belles prises.
      Produits nouveaux.
      Ils en reviennent, ils racontent : Mexique, Açores, Cap Vert, Andaman, Madagascar, Cuba, Canada.
      Angola, Rio Longa.
      Seychelles, Rififi sur le lagon.
      Mozambique, Coup de plug.
      Le King, Roi des rivières d’Alaska.
      Irlande, Gros pikes au pays de la Guinness.
      Essais matériel en Irlande.
      Technique : : Montage pour les requins Bouledogue du Gabon, Downrigger traditionnel, La bonne utilisation d’une pince peson, La Dandine aux Bijagos, Le tarpon au "Prop".
      Mouches amazoniennes.
      GPS, fixes ou portables ils optimisent la pêche.
      Dossier bagagerie.
      Connaisance des poissons : le chinook ou king.
      Idées de voyages.
      Paroles de Pro : Québec, Togo, Costa Rica, Madagascar, Panama.
      Petites annonces classées de MVP.
      Récit : Danse avec les truites, John Gierach , extrait du recueil "Pêche de rêve".

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire