Pêche Mouche N° 37


    bimestriel juillet-août 2003


    juillet 2003 par Pêche Mouche

      Pêche Mouche N° 37 EDITORIAL
      Sardines pour tous !
      Vous avez dû, comme moi, tomber sur cette nouvelle qui fait froid dans le dos et qui confirme ce que certains pêcheurs à la ligne pressentaient : 90% des gros poissons marins ont disparu ! Ce "pavé dans la mer" a été lancé par deux chercheurs de l’université d’Halifax (Canada), Ransom Myers et Robin Worm, par le biais d’un article paru dans la revue Nature. Ces scientifiques ont compilé des données et ont réussi l’exploit de comparer le stock existant à celui d’avant l’avènement de la pêche industrielle. ça fait mal ! 90% des poissons prédateurs, tels que morues, flétans, thons, espadons, requins, églefins, raies, lieus, ont disparu. Et 80% du stock a été décimé durant ces quinze dernières années. A ce rythme là, la boîte de thon va bientôt côtoyer le caviar dans les cocktails mondains !
      Couvrant cinq plateaux continentaux et neuf systèmes océaniques, s’appuyant sur les informations recueillies par la flotte de pêche japonaise, les résultats sont sans appel : aujourd’hui, il ne reste que 10% de la biomasse des gros poissons prédateurs par rapport à l’ère préindustrielle.
      _Si ces chiffres paraissent incroyables alors que nous avons l’habitude de trouver du cabillaud sur l’étal du poissonnier ou de capturer, pour les plus chanceux d’entre nous, quelques poissons à rostres, c’est que les stocks sont depuis très longtemps en situation de surpêche et que les populations oscillent entre des niveaux bas et très bas. Myers et Worm considèrent aussi que les quotas de pêche sont inefficaces, car, quoiqu’il advienne, il semble impossible de restaurer les stocks. En effet, cette nouvelle donne bouleverse les écosystèmes marins. Comme il y a moins de prédateurs, les petits prospèrent. C’est ainsi que l’on assiste à une explosion des espèces pélagiques telles que sardines, anchois, chinchards... Or, ces petits mangent les oeufs des gros. Ce réflexe nutritif est ainsi une manière de réguler le nombre de prédateurs. La nature a tout prévu ! Ce qu’elle avait moins prévu, en revanche, c’est l’intervention des chaluts géants et des navires usines qui donnent en pâture les quelques oeufs des gros rescapés à des petits de plus en plus nombreux. Un cercle vicieux en quelque sorte. Cette théorie expliquerait le "mystère de la morue canadienne" qui, malgré plusieurs années d’interdiction de pêche, ne parvient pas à se refaire une santé.
      Depuis, une question me hante et je suis certain qu’elle a traversé votre esprit : que va-t-il rester à nos enfants ? Réponse : pannées, en papillote, en soupe, en carpaccio ou en steak... des sardines bien sûr !

      Fabrice Monnel
      fabrice.monnel@emapfrance.com

      AU SOMMAIRE DU N°37

      Editorial
      Courrier
      Hot line
      Actualités
      Dossier : Les 20 meilleurs spots de pêche en France.
      Environnement : Rivières acides, rivières calcaires.
      Technique : Le bas de ligne, cet incompris.
      Reportage : Tout sur les coqs de pêche européens.
      Insolite : Le mystère du gammare orange.
      Reportage : Un mois de fièvre sur la rivière d’Ain.
      Reportage : Touches pas à ma rivière !
      Technique : Au pays de steelies.
      Galerie : Des étoiles aux bactéries.
      Portrait : William Bergard : à vue, rien qu’à vue !
      L’oeil de Piam : La furonculose a encore frappé.
      Montage : Le Magic Tool, deuxième partie.
      Matériel : Le shopping.
      Testé pour vous : Un équipement quasi complet.
      Entomologie : Petits trichos pour l’été.
      Conseils de Guides : Le lancer, principes de base.
      En voiture : Audi Allroad quattro.
      Un monteur et ses mouches : Olivier Balme et les mouches Cévenoles.
      Carnet de route : La Bitterroot, perle secrète du Montana.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire