Professeur


    Classicisme et polyvalence


    30 juillet 2003 par Jean-Claude Girard & David Synold

      Description

      La Professeur est une mouche noyée tout à la fois classique et polyvalente. Les matériaux qui la composent sont ceux généralement utilisés par les habitués des montages noyés : soie floche ou acétate, fil de laiton, et fibres de cou de coq toujours gris, de couleur claire ou foncée.
      La pose de "l’aile" est ici simplifiée par rapport au montage dit "à l’espagnol" traditionnel, ce qui permet de travailler l’inclinaison des fibres et décliner le modèle de base en de nombreuses variantes.
      Certains seront, peut être, choqués par l’éventail des tailles d’hameçon utilisé. Les idées reçues sur le fait que les noyées soient énormes ne sont pas fondées ; les rivières granitiques de ma région sont exigeantes, au fur et à mesure qu’avance la saison et que les niveaux baissent, quant aux tailles des imitations.

      Utilisation

      Le modéle présenté se place plutôt en intermédiaire. En modifiant les paramètres du montage (voir variantes), elle pourra se placer en pointe ou en sauteuse.
      En début de saison, elle sera plus efficace en pointe, plus tard on gagnera à la placer en intermédiaire ou comme sauteuse, mais pour cela, il faudra monter des variantes.

      Variantes

      Comme pour tous les montages classiques dont l’eeficacité n’est plus à démontrer, les variantes non a priori aucune raison d’exister. Pourtant les positions possibles de l’imitation sur le train de noyées, dictent certaines règles. La mouche de pointe doit pêcher "à fond", pour se faire on posera "l’aile" couchée.
      Pour l’intermédiaire qui pêche généralement dans les couches intermédiaires à hautes, "l’aile" sera placée à +/-45°du corps. Quant à la sauteuse, pour qu’elle puisse sauter, "l’aile" sera presque à la verticale. Si ces indications ne sont pas immuables, elles restent des valeurs sûres et peuvent être appliquées à tous les montages noyés.

      Liste des matériaux

      Hameçon standard et fin de fer, de 8 à 18.
      Soie de montage noire de 4/0 à 14/0.
      Soie floche ou acétate blanc/gris.
      Fil de laiton.
      Fibre de plume de cou de coq grizzly.

      Montage pas à pas

      Après avoir écrasé l’ardillon, serrer l’hameçon dans l’étau. Enrouler la soie de montage de l’œillet vers la courbure puis fixer le le fil de laiton. Amener la soie de montage vers l’oeillet puis fixer une pincée de fibres de plume de cou de coq, pointes vers l’avant. Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez la mouiller. Amener la soie de montage à l’arrière, fixer la soie floche puis ramener la soie de montage à l’oeillet.
      Enrouler la soie floche pour former le corps de l’imitation en couvrant bien la soie de montage. Bloquer par 2 ou 3 tours de soie puis couper l’excédent. Cercler le corps avec le fil de laiton ,enroulé à spires non jointives espacées de 1 à 2 mm. Bloquer et couper l’excédent. Ramener les fibres qui forment l’aile vers l’arrière, puis former la tête en veillant à régler l’inclinaison de l’aile ; pour ce faire quelques tours de soie de montage passant sous l’aile feront l’affaire.
      Faire un noeud final , couper la soie au ras et vernir la tête. La mouche est terminée.
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire