Bataille de polochons ?


    30 septembre 2003 par EchosMouche

      Bataille de polochons ? Choisir une canne à mouche n’est pas chose aisée. Pour des raisons bien compréhensibles et très souvent d’ordre budgétaire, beaucoup d’entre nous marquent une nette préférence pour des modèles de milieu ou d’entrée de gamme. Snobées, méprisées par les grands fabricants, ces cannes - loin d’être exemptes de qualités - ont été, pendant très longtemps, cantonnées à la marge.

      Posséder, aujourd’hui, une canne estampillée au logo d’une marque de renom n’est plus un privilège réservé à une élite fortunée. Ces produits d’appel , désormais rebaptisés "économiques" bénéficient des retombées technologiques les plus récentes et des faveurs des marques ayant pignon sur rue. A la recherche permanente de nouvelles parts de marché, ces dernières se sont engouffrées dans un créneau qu’elles avaient jusqu’à présent boudé.

      Ces matériels ont désormais droit de cité dans la plupart de nos catalogues mouche qui, vu le nombre sans cesse croissant de références, ne donnent qu’un très bref aperçu de chacun des modèles proposés. Les toutes dernières nouveautés, les nouvelles gammes, des bans d’essais publiés de manière périodique dans la presse magazine constituent, pour tout acheteur potentiel, une source d’information précieuse même si certains n’hésitent pas à assimiler ces articles à du publireportage ou à de la publicité comparative.

      La publicité comparative ? Elle a récemment fait son apparition, sous une forme certes très particulière mais percutante, dans un récent catalogue disponible en kiosque et dans lequel un manufacturier dont je tairai volontairement le nom "propose des cannes à des prix particulièrement attractifs, pour faire face à l’invasion actuelle sur le marché des cannes en provenance d’Extrême-Orient, proposées sous l’appellation d’un tel illustre pêcheur pour fabricant innovateur improvisé dont la qualité des carbones et des montages laissent souvent à désirer.".

      ... Invasion, illustre pêcheur pour fabricant innovateur improvisé : ... Sans avoir l’air d’y toucher, ces quelques mots, à défaut de déclencher des réactions de la part des personnes concernées mais non explicitement citées, peuvent semer le trouble. Pour ma part, je doute fort que cette manière de procéder puisse être la meilleure façon de promouvoir son savoir-faire, de valoriser son image et celle de la pêche à la mouche auprès du grand public. Souhaitons, simplement, que ce qui n’est encore qu’une bataille de polochons ne dégénère pas en ... guerre des gaules !

      * Illustration Franck Ripault

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire