Le lieu jaune


    Un habitué des côtes rocheuses


    novembre 2003 par EchosMouche

      Le lieu jaune ou Pollachius pollachius, appartient à la famille de Galidés comme la morue, le merlan ou le colin, appelé aussi lieu noir, dont il se distingue par sa ligne latérale noirâtre ou vert sombre incurvée au niveau des pectorales. Ce poisson sportif est un habitué des côtes rocheuses, des criques, des aplombs de falaises ou des digues. Il est présent sur le littoral atlantique, le long des côtes de la Manche et, dans une moindre mesure, en Méditerranée. Les pêcheurs en mer l’apprécient, tout particulièrement, pour sa combativité.

      Morphologie

      Le lieu jaune se caractérise par un corps de forme allongée et fusiforme de couleur cannelle foncée supportant trois nageoires dorsales soutenues par des rayons mous. Ses flancs de tonalité vert-jaune à gris et marqués par une ligne latérale sombre laissent entrevoir un ventre blanc argenté. Sa tête de forme allongée avec sa mâchoire inférieure plus longue que la supérieure ainsi que l’absence du barbillon mentonnier typique des Gadidés le différencie de son cousin le lieu noir.

      Moeurs et habitat

      Le lieu jaune vit rarement de manière solitaire. Il se déplace généralement en petits groupes dispersés sous forme de bancs pélagiques aux abords des côtes. Si dans ses premières années de sa vie il affectionne les fonds sablonneux, c’est surtout un habitué des fonds rocheux riches en algues et en nourriture, des criques, des aplombs de falaises ou des digues. Habitué des zones côtières et préférant les eaux fraîches, il s’en éloigne à l’âge adulte pour évoluer au large jusqu’à des profondeurs de 200 mètres.

      Reproduction

      La période de reproduction se situe, suivant les zones où il réside, de janvier à juin sur des fonds pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres. La ponte, constituée de plus de 2.500.000 d’œufs pélagiques d’environ un millimètre de diamètre, s’effectue généralement dans eaux dont la température avoisine les 8 à 10° . Une fois fécondés, ces oeufs donneront naissance à de petits alevins qui se nourriront, dans un premier temps, de zooplancton puis de vers marins, de petits mollusques et de poissonnets. Devenu adulte et carnassier, le lieu jaune, dont la taille pourra approcher sinon dépasser le mètre pour les plus beaux spécimens, n’hésitera pas à s’attaquer aux bancs de maquereaux ou de sardines passant à sa portée.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire