OGM


    La croisée des chemins


    29 novembre 2003 par EchosMouche

      Les autorités britanniques viennent de publier un rapport accablant mettant clairement en évidence l’extrême nocivité des organismes génétiquement modifiés sur la faune et la flore. Cette étude, dont les résultats ont été publiés en septembre dernier, portait sur des cultures de betteraves à sucre, de colza et de maïs transgéniques, réalisées au côté de cultures traditionnelles. Si le maïs trangénique semble moins nocif que son équivalent non modifié, il ressort qu’il peut néanmoins entraîner des contaminations croisées sous l’effet du vent. Concernant les deux autres variétés citées, elles bouleverseraient l’équilibre des parcelles où elles sont implantées et mettraient gravement en danger certaines espèces animales comme les abeilles et les papillons. Notons que selon cette même étude, la poursuite de cette expérimentation aurait conduit à une dégradation des graines, source de nourriture des oiseaux.

      Ce rapport pourrait bien faire des vagues. En effet, il constitue une sévère mise en garde sur les dangers liés à ces cultures d’un nouveau genre dont les retombées économiques semblent extrêmement aléatoires. Il a aussi et surtout le mérite de prouver scientifiquement ce que beaucoup présentaient jusqu’alors.

      A ce jour, le gouvernement britannique ne s’est pas encore prononcé sur la suite à donner à cette étude pas plus que la commission européenne qui devrait, si rien ne change d’ici là, lever son moratoire sur une vingtaine de variétés de plants transgéniques dés le printemps prochain.

      La sonnette d’alarme est tirée. Forte de cette première étude, la commission de Bruxelles infléchira t’elle sa position ? Poussera t’elle plus loin ses investigations en prenant en compte tous les organismes transgéniques qu’ils soient d’origine végétale ou animale ? Si oui, sera t’elle à même de faire preuve de suffisamment d’indépendance face aux fortes pressions que ne manqueront pas d’exercer de puissants lobbies, car les OGM, nous le savons tous, représentent avant tout pour ces multinationales un formidable enjeu financier ?

      Serions-nous à la croisée des chemins ? Je le crains. Souhaitons, simplement, que ceux qui nous gouvernent, ceux qui décident pour nous, feront preuve de sagesse, qu’ils auront le courage d’appliquer ce fameux principe de précaution qui nous a tant fait défaut dans d’autres affaires similaires.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire