Les Plécoptères


    Perles ou mouches de pierre


    28 novembre 2003 par David Synold

       plécoptères Bien qu’étant plus avancées que les éphéméroptères, les perles ou mouches des pierres (nom commun des plécoptères) sont des insectes primitifs. Sur deux mille espèces, il en existe plus de cent vingt en Europe dont la taille varie de très petite soit environ cinq millimètres, à très grande soit quarante millimètres et plus. Le système d’articulation des ailes leurs permet de les replier à plat et très étroitement sur l’abdomen. Les ailes antérieures et postérieures sont de taille quasiment égale, grisâtres, transparentes avec des nervures très prononcées. Les antennes filamenteuses sont comme chez les Trichoptères de longueur importantes. Les cerques sont toujours au nombre de deux et de taille importante. Les pièces buccales sont de type broyeuse mais de petite taille et servent à ingurgiter plantes et animaux ; malgré cela, la durée de la vie de l’insecte parfait est courte.

      La larve

      Sa vie se déroule essentiellement au bord de l’eau, sur la végétation riveraine. La larve est aquatique et possède toujours deux excroissances de longueur variable qui se transformeront ultérieurement en cerques. Il existe de nombreuses similitudes avec la larve d’éphémère ; font exception les appendices qui servent de branchies et que l’on retrouve sur la tête, sur le côté du thorax et autour de l’anus, mais jamais en position abdominale. Les pattes sont pourvues de griffes doubles, ce qui permet de diagnostiquer si l’on est en présence d’une larve de plécoptère ou d’éphéméroptère. En haute et moyenne montagne, pour peu que l’eau soit froide, de bonne qualité et le fond constitué de galets, les larves colonisent alors la rivière et sont les premiers insectes à éclore. Il en sera ainsi tout au long de la saison.

      les plécoptères

      Les larves restent le plus souvent sous les pierres d’où leur surnom, mais il n’est pas rare d’en rencontrer dans la végétation aquatique flottante, dans le sable ou encore dans les touffes de mousse. Phytophages, carnassières ou parfois les deux, elles portent de belles couleurs que l’on ne retrouve pas toujours chez les insectes parfaits.

      Le cycle de vie

      Le cycle de vie des plécoptères est identique à celui des éphémères. Leur métamorphose est directe ou dite incomplète puisqu’ils ne connaissent pas le stade nymphale. Une différence subsiste tout de même puisqu’ils deviennent directement imago, donc insecte parfait, sur la terre ferme, sans passer par le stade subimago.  plécoptères Leurs couleurs vont du noir au jaune en passant par le marron. Les ailes sont pliées à plat sur l’abdomen et sont parcourues d’un veinage complexe.

      Il est bon de noter que les imagos volent mal et de fait passent, le plus généralement, leur courte vie d’adulte sur les berges aux abords immédiats de l’eau, dans les galets ou la végétation.
      Il est intéressant de savoir que les plécoptères sont présents sur les cours d’eau durant toute la saison de pêche.

      Les pêcheurs à la mouche apparentent souvent les Plécoptères aux Trichoptères. Ceci est probablement dû à leur forme ressemblante, ce qui permet d’utiliser la même imitation pour ces deux types d’insectes. La comparaison doit se limiter à cet avis, puisque leur seul point commun est l’absence du stade subimago. Communément appelés mouche des pierres, on les rencontre en quantité dans les cours d’eau purs, propres et oxygénés, ils sont de très bons indicateurs de qualité du milieu.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire