Pêche de nuit


    Bars, saumons et truites de mer


    29 décembre 2003 par EchosMouche

      mouches de mer Lors de fortes marées, bars, saumons et truites de mer profitent de la montante pour rejoindre les parties basses des rivières. Par beaux jours et forts coefficients, ces remontées représentent pour les amateurs de pêche en mer d’excellentes occasions pour s’adonner à la pêche des poissons migrateurs. Cette pêche pratiquée en fond d’estuaire, sur le domaine maritime, juste à la confluence des eaux douces et salées peut se pratiquer aussi bien de jour comme de nuit.
      A cet endroit, l’espace à explorer est certes un peu plus large que la rivière que vous avez l’habitude de pratiquer mais, contrairement à la pêche en mer ouverte, les points de repère sont bel et bien là, matérialisés par les berges et les rochers qui "tapissent" le fond du lit.

      Avant de partir, quelques conseils s’imposent. Une reconnaissance soigneuse des lieux est impérative. On choisira de préférence une plate-forme où l’on pourra évoluer facilement de nuit, en évitant les zones instables et les trous. On évaluera les axes et les distances de lancer ainsi que les zones les plus favorables au passage des migrateurs. On notera avec soin les zones rocheuses ou la présence d’algues qui soit dit en passant évoluent bien souvent en fonction du flux et du reflux.

      Si prendre ses repères est plus qu’indispensable, arriver sur place juste avant la tombée de la nuit l’est tout autant car, une fois la nuit tombée, l’environnement qui vous était encore familier il y a quelques minutes se transformera rapidement en clair obscur. Cette pêche de nuit, en aveugle, est entièrement affaire de doigté, de finesse et de sensibilité. En l’absence de visibilité, vos premiers lancers dans la pénombre seront peut être quelque peu hasardeux pour, en final, devenir plus précis. Vérifiez fréquemment votre mouche et ôtez si nécessaire les petits paquets d’algues qui ne manqueront pas de s’y fixer. Une casse, un emmêlement , une mouche perdue ? N’hésitez pas à préparer à l’avance quelques bas de lignes car changer un bas de ligne ou une mouche à la lumière d’une lampe frontale n’est pas toujours chose aisée. La lampe frontale ? Elle fait partie des indispensables mais de grâce, tournez toujours le dos à la rivière avant de l’allumer. Autre indispensable, l’épuisette car sortir un bar de deux kilos ou une grosse truite de mer, selon la configuration des berges et par nuit noire, relève parfois de la haute voltige : n’hésitez pas à vous faire aider par un compagnon de pêche.

      La pêche de la truites de mer, du saumons ou du bar requiert, bien évidemment, un matériel adapté. Vous pourrez opter au minimum pour une canne de 9’ ou 9’5 #7 voire 8, un moulinet graphite ou traité anti corrosion et un bas de ligne du type boucle dans boucle. Un polyleader terminé par une pointe d’au minimum 20 centièmes fera généralement l’affaire.

      mouches de mer Les mouches ? Snake-flies, deceivers, poppers, imitations de sprats , initation de crevettes ... Parmi les mouches qu’il m’a été donné de tester, j’attribuerais sans hésitation une mention toute particulière à la crevette époxy, déjà bien connue des pêcheurs à la mouche de la pointe de Bretagne, qui a depuis fort longtemps fait ses preuves tant en estuaire qu’en bord de mer.

      Une tirée ? Une tirée se caractérise par une traction franche et soutenue de la soie ; action à ne pas confondre à un paquet d’algues emporté par le flot que l’on tracte au bout de son bas de ligne. Il est vrai que de nuit, il n’est toujours facile de faire la différence. Le bars ont souvent tendance à mâchouiller les mouches et provoquer une tirée suivie d’un relâchement tout aussi brutal ; aussi sur certains modèles, n’hésitez pas à insérer un triple dans la queue de la mouche. Vous diminuerez ainsi le nombre de ratés.

      Avant de vous quitter, laissez moi vous donner encore quelques conseils :

      - Ne partez jamais seul. Avant de partir, prévenez les membres de votre entourage. Mieux encore, n’hésitez pas à et glisser un téléphone portable dans votre sac à dos.
      - Ne vous aventurez pas dans des lieux que vous n’avez pas reconnu au préalable.
      - Pour vous éviter quelques désagréments n’hésitez pas à vous munir, en été, d’une moustiquaire ou d’un produit anti-moustiques.
      - Retenez qu’en pêche en mer, le " prendre et relâcher " existe aussi. Ces espèces migratrices sont des espèces fragiles ; aussi tant que faire se peut épargnez-les.
      - Le milieu marin est un milieu agressif. Le sel peut rapidement détériorer votre matériel ;aussi, une fois de retour à la maison, n’hésitez pas à faire tremper canne, soie et moulinet dans un grand bain d’eau douce puis de sécher et essuyer soigneusement le tout.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire