Les corps d’artificielles


    Corps classiques, cerclés, en poils ou composés


    29 décembre 2003 par David Synold

      Le corps des mouches sèches occupe généralement la longueur de la hampe de l’hameçon, à l’exception des montages dits « à corps détaché ». Il commence à l’arrière de l’hameçon, juste avant l’amorce de la courbure pour se terminer au niveau des ailes - si le montage en est pourvu - sinon à la collerette. Les corps d’ artificielles sont le plus souvent de forme conique, amincis vers l’arrière et cerclés, mais ce dernier point n’est pas capital.

      les corps d'artificielles La confection des corps d’artificielles est largement facilitée par la grande diversité des matériaux dont nous bénéficions. On pourra tout à loisir utiliser du fil, des bandes métalliques, des poils, des fourrures en tout genre, de la laine, de la soie floche, du fil de coton et /ou des chenilles. Ces matériaux ne nécessitent généralement aucune préparation avant la pose à l’exception des poils et des fourrures qui devront au préalable être transformés en dubbing.

      Pour le montage des mouches sèches et émergentes, on privilégiera des matériaux hydrofuges qui refusent ou retardent l’absorption d’eau. Ces matériaux sont parfaitement bien adaptés au montage de nymphes. Ils absorbent plus ou moins l’eau et permettent donc de faire pêcher l’imitation sous l’eau, mais cela n’est pas une règle absolue puisque le dubbing qui a un excellent pouvoir flottant, est souvent utilisé sur des mouches qui pêchent au fond. Pour ce faire il vous faudra lester votre imitation mais nous en reparlerons plus tard.

      Monter un corps

      Le corps classique, de forme fuselé, est composé de simples enroulements de soie de montage. Ce type de corps, efficace et simple à réaliser, se prête particulièrement bien aux montages de petite taille (taille 18 à 24).

      Pour les corps composés de matériaux rapportés et de faible épaisseur, comme la floche, ceux-ci seront fixés à l’arrière du montage sous quelques tours de soie de montage. Le matériau rapporté sera ensuite enroulé vers l’avant puis fixé sous deux ou trois tours de soie de montage avant d’être coupé. La faible épaisseur des matériaux mis en oeuvre permet ce type de montage. Elle évite une surépaisseur au niveau de la fixation de ces matériaux.

      les corps d'artificiellesPour les corps composés de matériaux rapportés d’épaisseur moyenne ou grosse, comme les quills ou les lanières le latex, ceux-ci seront fixés à l’avant du montage. Le matériau rapporté sera enroulé vers l’arrière puis vers l’avant avant d’être fixé sous deux ou trois tours de soie de montage puis coupé. Cette méthode est adaptée aux matériaux d’épaisseurs diverses. Elle permet d’éviter une surépaisseur au niveau du point de fixation habituel qui se trouve à l’arrière de la hampe de l’hameçon.

      Les corps en poils, naturels ou synthétiques , désignés le plus fréquemment sous le terme de « dubbing », constituent un excellent choix. Ce type de texture offre un rendu très proche du véritable insecte, que ce soit pour les imitations de larves, d’émergentes, de subimagos ou d’imagos. Cette particularité est liée à son pouvoir d’emprisonner des micro bulles d’air au coeur de ses fibres.

      les corps d'artificiellesPour créer un dubbing classique, pour des montages en taille de 12 à 16, je vous renvoie à la page traitant de l’outil à dubbing. Si vous décidez de monter des imitations de taille 16 à 20 , dépouillées et fines, avec un corps en dubbing, je vous conseille le dubbing simple. Comme le montre les deux croquis de gauche, aucun outil particulier n’est requis pour sa confection.

      Sa réalisation se résume à enduire le fil de montage que l’on aura choisi dans des teintes les plus proches de celles des poils utilisés, de poix, de colle en stick, ou de salive et d’y déposer des poils ou des fibres synthétiques et d’enrouler la soie ainsi parée sur la hampe de l’hameçon, à spires plus ou moins jointives, selon l’effet désiré.

      Le corps cerclé est utilisé pour le montage des mouches sèches, des nymphes et des streamers. Pour peu que l’on choisisse les bonnes teintes et les matériaux appropriés, le corps réalisé sera très approchant de la réalité. Les possibilités de mariage entre deux matériaux sont importantes. On pourra, par exemple, marier un tinsel plat et un tinsel ovale, de la soie floche et un tinsel, plusieurs soies, de la soie et du fil cuivre, un dubbing et du fil de cuivre.

      Le croquis de gauche illustre le montage d’un corps cerclé composé d’une soie floche et d’un tinsel. Cet exemple peut s’appliquer à d’autres types de matériaux.

      Après avoir constitué la queue de l’imitation, les deux matériaux qui composeront le corps seront fixés sous quelques tours de soie de montage puis ramenés vers l’avant du montage. Le premier matériau qui donnera la couleur principale du corps sera enroulé en premier avant le second dont le rôle sera de simuler les annelures ou les reflets du corps. Ces enroulements - toujours à spires non jointives - s’effectuent toujours vers l’avant. Les espacements entre spires seront fonction de la taille de l’imitation.

            | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

              Copyright echosmouche.fr
              Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
              Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire