Le Barbeau commun


    Barbus barbus


    27 février 2004 par EchosMouche

      Le barbeau commun, ou Barbus barbus, fait partie de la famille des Cyprinidés. Ce poisson de belle taille, appelé aussi barbeau fluviatile, barbot, barbet, barbel ou dreneck, fait le bonheur des pêcheurs sportifs à la mouche. Habitué des eaux vives à fond sableux ou caillouteux, affectionnant les abords des ponts, le Barbeau sort surtout le soir ou par eaux légèrement troublées.

      Morphologie

      Son corps couvert d’écailles, épais, de forme allongé et cylindrique supporte une nageoire dorsale courte et haute de couleur foncée. Son dos vert olive laisse entrevoir ses flancs dorés et un ventre de teinte jaunâtre à blanc cassé. Ses nageoires, à l’exception de sa caudale et de sa dorsale, tendent vers le rougeâtre. Son museau de forme allongé qui lui sert à fouiller le fond se termine par une bouche aux lèvres épaisses, encadrée par quatre barbillons charnus, qui dissimule une mâchoire ornée de deux rangées de dents pharyngiennes. Poisson de taille imposante - 30 à 60 voire 90 centimètres pour un poids de 2 à 6 kilos - le barbeau, dont la vitesse de nage peut atteindre deux mètres à la seconde, est un poisson sportif ... qui se mérite.

      Moeurs et habitat

      Le barbeau commun est présent un peu partout en Europe occidentale à l’exception de l’Irlande, de la Scandinavie et des eaux méridionales ; domaine du barbeau méridional ou Barbus meridionalis. En Grande Bretagne, il n’est présent que dans certaines zones situées dans le sud-est du pays ; à savoir le bassin de la Severn, de l’Avon, de la Tamise, du Welland et du Trent. Plus prés de nous, il fait le bonheur des pêcheurs du Rhin et du Rhône.

      Le Barbeau affectionne tout particulièrement les eaux vives où il évolue généralement en bancs près des fonds sableux ou caillouteux à la recherche de sa nourriture. Le barbeau est omnivore. Son menu est principalement composé de petits invertébrés, de vers, de mollusques, d’insectes, d’algues, d’œufs de poissons, d’alevins ou de poissonnets qu’il déloge en fouillant le sable, la vase ou en retournant les cailloux du fond à l’aide de son museau charnu. A la mauvaise saison, il se fait plus discret. Son activité se ralentit au moment de la période hivernale où il rentre en quasi hibernation en attendant les beaux jours.

      Reproduction

      Le barbeau dont la durée de vie peut aller jusqu’à dix ou douze ans, atteint la maturité sexuelle à l’âge de quatre à six ans selon les sujets. En terme de croissance, les femelles grossissent généralement plus rapidement que les mâles. La période de fraie du barbeau se situe de mai à juillet selon les régions. La ponte a lieu en plein courant et le plus généralement sur un fond de graviers auquel les œufs adhèrent. Une ponte est constituée de 3000 à 5000 voire 8000 œufs qui, après une vingtaine de jours d’incubation, donneront naissance à de petits alevins.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire