Queue de faisan BH


    26 mars 2004 par Jean-Claude Girard & David Synold

      Description

      Frank Sawyer, légendaire garde pêche sur la Rivière Avon en Angleterre pendant 52 ans, a conçu une nymphe plus connue sous l’appellation "Pheasant Tail" dans les années 1930. Elle était conçue non comme une imitation exacte mais comme une représentation de nombreuses nymphes de tonalité foncée. Le modèle original était constitué entièrement en fil de cuivre et en fibres de queue de faisan ; le fil de cuivre se substituant à la soie de montage habituellement utilisée. Depuis les année 30, le modèle d’origine a donné naissance à de nombreuses variantes. Celui que nous vous présentons ce mois-ci est de type lesté.

      Utilisation

      En plus d’être une nymphe à tout faire... elle est fortement lestée et s’adaptera à une pêche au ras des galets, aux eaux fortes de l’ouverture et des premières semaines de la saison. Elle aura aussi sa place sur les rivières torrentueuses de montagne où atteindre la couche profonde est primordial pour réussir sa pêche... Elle tout aussi efficace sur les truites que sur les ombres.

      Variantes

      Dans les années 30, Frank Sawyer utilisa la plume de queue de faisan dans des teintes naturelles. Aujourd’hui grâce à la teinture, cette nymphe se décline en de nombreuse couleurs, du noir au bleu en passant par le jaune. Les lests modernes, comme les billes de cuivre et de tungstène, peintes ou non, permettent de faire évoluer ce montage à volonté. On peut, si on le souhaite, ajouter quelques fibres de plumes de queue de faisan sous le thorax pour imiter les pattes de la nymphe.

      Liste des matériaux

      Hameçon standard et fin de fer de 10 à 18.
      Soie de montage noire de 4/0 à 14/0.
      Fibres de plume de queue de faisan.
      Bille de Tungstène n° 1 à 4.
      Fil de cuivre

      Montage pas à pas

      Après enfilé une bille en tungstène sur la hampe de l’hameçon, écraser l’ardillon puis serrer l’hameçon entre les mors de l’étau. Commencer les enroulements de soie devant la bille pour former une tête. Laisser suffisamment de place pour fixer le sac alaire. Continuer les enroulements après la bille, jusqu’à la courbure de l’hameçon.
      Fixer un fil de cuivre d’une quinzaine de centimètres de long. Sur une plume de queue de faisan, repérer le côté où les fibres sont les plus longues et les plus brillantes. Prélever une pincée de fibres - environ 8 ou 10 - et les aligner.
      Fixer la pincée de fibres, comme des cerques, sous trois tours de soie de montage bien serrés. La longueur des cerques doit correspondre à plus ou moins les 2/3 de la longueur de l’hameçon. Pincer les fibres par la base avec vos doigts ou en vous aidant éventuellement d’ une petite pince. Former le corps en roulant les fibres bien serrées sur la hampe. Stopper les enroulements au niveau de la bille et bloquer sous trois tours de soie de montage. Couper le pieds des fibres au ras.
      Reprendre une pincée de 6 à 8 fibres de queue de faisan. Les fixer et les laisser en attente derrière la bille. Elles serviront à former le sac alaire. Prendre le fil de cuivre laissé en attente à l’arrière du montage et cercler le corps. Passer le fil de cuivre devant la pincée de fibres en attente. Bloquer le fil de cuivre puis couper l’excédent. Passer la soie de montage devant la bille.
      Rabattre les fibres de queue de faisant sur le thorax formé par la bille de lestage puis vers l’oeillet. Les bloquer sous quelques tours de soie de montage. Couper l’excédent de fibres de queue de faisan au ras de la soie. Former la tête, faire le un nœud final, couper la soie avant de poser le vernis.
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire