Autour du vieux Rhin


    Polémiques et incompréhension


    26 mars 2004 par David Synold

      Avant que chacun avance ses arguments ou ce qu’il pense de la situation actuelle de l’accès au vieux Rhin, de la circulation sur les îles de ce dernier et de la future gestion de son débit, je vous propose un petit historique basé sur des faits et non sur des versions, aussi fantaisistes les unes que les autres, qui ont passé de tant de bouches à tant d’oreilles, qu’elles ne sont aujourd’hui crédibles qu’aux oreilles des incrédules ou des amoureux de la polémique . Malheureusement, chaque jour qui passe, je m’aperçois qu’ils sont plus nombreux.

      Pour comprendre et cerner le problème, il faut commencer par prendre connaissance de l’arrêté préfectoral n°010134 du 23 janvier 2001. C’est sûr, c’est moins facile à lire que "flétrir de la pêche" ou "pêche moche" mais c’est bien plus instructif et proche des véritables questions des pêcheurs et de la pêche... Je serais curieux de savoir combien d’entre nous ont animé la polémique, pris des positions inflexibles et participé à la désinformation des autres, sans même avoir lu ce dernier .

      Avant de vous proposer sa lecture ou sa relecture, il est bon de replacer cet arrêté dans son contexte. L’accident du DRAC en 1995, où six élèves et une accompagnatrice avaient trouvé la mort et la circulaire du 29 novembre 1996 sont sans aucun doute à l’origine de l’intérêt des autorités pour les risques liés aux ouvrages et aux crues du RHIN. Un travail d’analyse des risques, d’observations sur le terrain, et les études hydrodynamiques ont permis de recenser les risques pour les usagers du Vieux Rhin et du Grand Canal d’Alsace, le terme "usagers" regroupant en plus des pêcheurs, les baigneurs, les promeneurs, les vététistes, la navigation sportive, de plaisance et professionnelle.

      Fin 2000, les groupes de travail en sont arrivés à des conclusions qui paraissent sensées. Les risques liés aux ouvrages hydroélectriques ou hydrauliques et les crues sont traités sur les mêmes bases de dangerosité et, autant que possible, dans une cohérence entre les pays riverains. Elles préconisent un travail d’information et de prévention, des modifications matérielles et une nouvelle réglementation. Cette nécessité de réglementer, a donné lieu à l’arrêté préfectoral qui suit. Mais si on y regarde de plus près, je suis de l’avis même de M. Jean Wencker, responsable du réseau Eau d’Alsace Nature, qui a plaidé ardemment pour un accès aux rives du Rhin, contre l’avis de dits "écologistes" peu soucieux de la pêche et des pêcheurs. Ces arrêtés préfectoraux sont issus des demandes des élus locaux riverains, qui sont, moyennant des intérêts financiers, sous la coupe des producteurs d’électricité, et motivés par des commodités et le refus des responsabilités ... Mais les arrêtés préfectoraux étant souverains, il faut s’y plier ou risquer d’être verbalisé, c’est un choix que je laisse à chacun d’entre vous.

      ARRÊTE

      Le Préfet du Haut Rhin

      Chevalier de la Légion d’Honneur

      CONSIDÉRANT l’existence d’un danger potentiel,
      pour le public, lié aux aménagements hydrauliques de KEMBS, OTTMARSHEIM,
      FESSENHEIM, BREISACH, VOGELGRUN, MARCKOLSHEIM, à leur exploitation, à
      la navigation et aux variations de débit sur le Rhin et sur le Grand
      Canal d’Alsace ;

      ARRÊTE

      Article 1 : Il est interdit à toute personne
      de circuler ou de stationner, même à pied, sur les dalles bétonnées
      et les escaliers des berges bétonnées, ainsi que sur les déversoirs
      latéraux du Grand Canal d’Alsace, du Rhin canalisé et du Vieux
      Rhin.

      Par dérogation et sous réserve de l’établissement
      d’une convention entre la Fédération Française de Canoë-Kayak
      et E.D.F., approuvée par le Préfet du Haut-Rhin, l’usage d’escaliers
      sur berges bétonnées pour le débarquement est autorisé
      aux personnes pratiquant le canoë-kayak et les disciplines associées,
      soit dans le cadre d’associations affiliées à la Fédération
      Française de Canoë-Kayak ou d’établissements agréés
      par elle, soit encadrées par des professionnels membres d’un Syndicat
      régulièrement constitué ou membre associé de la
      Fédération Française de Canoë-Kayak, dans le respect
      des conditions réglementairement fixées pour ces activités.

      Article 2 : Il est interdit à toute personne
      de se baigner dans le Grand Canal d’Alsace, le Rhin canalisé et le Canal
      d’amenée de la centrale de Marckolsheim et d’utiliser des engins de plage
      et bateaux pneumatiques non immatriculés dans les mêmes secteurs.

      Article 3 : Il est interdit à toute personne
      de circuler par quelque moyen que ce soit, de naviguer, de stationner à
      pied et de se baigner dans le lit - zones immergées - du Rhin dans les
      secteurs suivants :

      - entre les PK 173, 800 et 174, 500 (amont et aval du barrage
      de Kembs)
      - entre les PK 234, 600 et 235, 300 (amont et aval du barrage de MARCKOLSHEIM
      - entre les PK 224, 600 et 225, 000 (amont et aval du barrage agricole de BREISACH).

      Article 4 :

      4.1. Il est interdit à toute personne d’accéder
      même à pied, aux îlots sur l’ensemble du Vieux Rhin et notamment
      dans les zones suivantes :

      - entre les PK 174, 500 et 175, 700 (îlots à l’aval
      du barrage de KEMBS)
      - entre les PK 178, 500 et 179, 000 (îlots barre d’Istein)
      - entre les PK 180, 000 et 180, 500 (bouchon de KEMBS)
      - entre les PK 194, 400 et 195, 000 (bouchon d’OTTMARSHEIM)

      4.2. Par dérogation à l’alinéa
      4.1 l’accès aux îlots de barre d’Istein entre les PK 178, 500 et
      179, 000 pourra être autorisé sous réserve de la mise en
      place, par arrêté municipal, d’une baignade surveillée et
      ceci au vu des conclusions d’une étude d’EDF, relative à la sécurité
      des tiers à l’aval des aménagements hydrauliques et portant sur
      l’implantation d’un dispositif d’alerte.

      Article 5 : Il est interdit à toute personne
      d’accéder à la pile rive gauche du pont rail-route de CHALAMPE
      sur le Vieux Rhin.

      Article 6 : Il est interdit à toute personne
      de circuler en véhicule motorisé et de stationner sur les rampes
      militaires de :

      PETIT-LANDAU
      FESSENHEIM
      OTTMARSHEIM
      NAMBSHEIM
      BLODELSHEIM
      GEISWASSER.

      Article 7 : Les interdictions visées aux articles
      1 à 6 du présent arrêté ne sont pas applicables aux
      personnels d’Électricité de France, du service de la Navigation
      de Strasbourg, des Voies Navigables de France, des Services d’incendie et de
      Secours, de Gendarmerie, de Police et des Douanes, des Services Fiscaux, de
      la DRIRE, aux personnels des administrations de l’État et des collectivités
      locales se déplaçant pour des raisons de service, aux agents de
      l’Office National de la Chasse et du Conseil Supérieur de la Pêche
      commissionnés et assermentés, aux militaires effectuant des manœuvres,
      aux titulaires d’une autorisation délivrée par le Directeur départementale
      de l’Agriculture et de la forêt (Fédération des Chasseurs,
      Fédération des Pêcheurs, Ligue de Protection des Oiseaux),
      ainsi qu’aux personnes intervenant pour le compte des services susmentionnés
      et celles bénéficiant d’une autorisation délivrée
      par le Service de la Navigation de Strasbourg.

      Article 8 : Obligation est faite soit au concessionnaire,
      soit au gestionnaire ou bénéficiaire de l’autorisation d’occupation
      de la zone du domaine public, chacun pour ce qui le concerne, de procéder
      à l’affichage, dans un délai de quatre mois à compter de
      la notification dudit arrêté, des interdictions mentionnées
      aux articles 1 à 6, aux principaux accès des zones énumérées.

      Article 9  : Le secrétaire Général
      de la Préfecture du Haut-Rhin, le Sous-préfet de l’arrondissement
      de MULHOUSE, le Sous-préfet de l’arrondissement de GUEBWILLER, le Lieutenant
      Colonel, commandant le Groupement de Gendarmerie du Haut-Rhin, le Gouverneur
      Militaire de Strasbourg, le Directeur Départemental des Affaires Sanitaires
      et Sociales, le Chef du Service de la Navigation de Strasbourg, le Directeur
      Régional de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement, le Directeur
      Départemental de la Jeunesse et des Sports, le Directeur départemental
      de l’Agriculture et de la Forêt , le Directeur de l’Office National de
      la Chasse et le Directeur du Conseil Supérieur de la Pêche sont
      chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent
      arrêté qui sera inséré au recueil des actes administratifs
      du département et dont ampliation sera adressée à :

    • Mesdames et Messieurs les Maires des communes de ARTZENHEIM, BALGAU, BALTZENHEIM, BANTZENHEIM, BIESHEIM, BLODELSHEIM, CHALAMPE, FESSENHEIM, GEISWASSER, HOMBOURG, HUNINGUE, KEMBS, KUNHEIM, NAMBSHEIM, NIFFER, OTTMARSHEIM, PETIT LANDAU, ROSENAU, RUMERSHEIM, VILLAGE NEUF, VOGELGRUN et VOLGELSHEIM

    • Monsieur le Directeur d’E.D.F. Unité Production Est

    • Monsieur le Commandant de la Brigade Fluviale de Gendarmerie de VOGELGRUN.

      Fait à Colmar, le 23 janvier 2001

      Le Préfet
      Dominique DUBOIS

      Depuis le 23 janvier 2001 date de cet l’arrêté, réunions, discussions, commissions de travail, études sur le terrain... ont permis de présenter et de faire valider un premier plan de circulation, sur les communes de Kembs, Rosenau, et Village Neuf. L’arrêté préfectoral N°2003-325-4 du 21 novembre 2003 officialise ce dernier.

      D’autres plans de circulation doivent se concrétiser sur l’ensemble des îles du Rhin, mais leur implantations et leur réalisation dépendent uniquement de la disposition des collectivités locales concernées à signer des conventions de superposition de gestion des portions qui accueilleront la circulation motorisée ...

      ... autour du vieux Rhin
      Carte de la première tranche du plan de circulation sur les communes de Kembs, Rosenau, et Village Neuf.
      (Sources : annexe de l’arrêté préfectoral N°2003-325-4 du 21 novembre 2003)

      On peut reprocher à la Fédération de pêche du haut Rhin de se comporter comme une institution purement fonctionnelle de la pêche, d’oublier parfois les intérêts de la pêche, des pêcheurs et de la protection du milieu aquatique au profit d’intérêts plus personnels ou plus politiques, de ne pas toujours prendre des positions claires, de garder le silence sur des problèmes sensibles et de s’en offusquer quand il est trop tard. Cela est sans doute dû à un problème plus général et lié à toutes les institutions de la pêche en France, dont une majorité des gestionnaires sont devenus, par intérêt ou par conviction, des "fonctionnaires" de la pêche qui s’éloignement petit à petit du terrain et ne pratiquent quasiment plus que la pêche en réunion, sur le papier ou encore à la buvette ou à la remise des prix des concours... En ce qui concerne le problème du Rhin, la Fédération de pêche du 68 s’est investie dans les groupes de travail et sur le terrain, pour que de l’arrêté préfectoral du 23 janvier qui suspend purement et simplement la circulation sur les îles du Rhin, se transforme en aménagement tel que celui de l’arrêté préfectoral du 21 novembre 2003. Espérons que cela se poursuive rapidement sur les autres îles du Rhin.

      Lorsque l’on connaît les lenteurs de l’administration, on ne peut que se réjouir de d’un tel aboutissement. Bien entendu certains s’offusqueront des 100 à 700 mètres qui séparent les parkings de leurs "veines" favorites... et vive la pêche sportive. Ces derniers, ont-ils encore une légitimité au sein d’une pêche dite sportive ? Ne devraient-ils pas mettre en accord leurs prétendus principes avec leurs attitudes sur le terrain ? J’aimerais leur dire simplement qu’entre le "tout interdit" et le "tout toléré", il y a des solutions alternatives et que nous ne sommes pas passé loin du "tout interdit". Le plan de circulation sur les îles du Rhin est une solution, sans doute pas la meilleure mais sans doute pas la pire. Il faut reconnaître que le travail de la Fédération de pêche du haut Rhin a permis de ne pas nous retrouver à garer nos véhicules à l’usine hydroélectrique de Kembs pour aller à la pêche. Et le travail continue pour le reste des îles du Rhin. Parmi les détracteurs du plan de circulation, on entend souvent dire "il n’y a jamais eu d’accident sur le Rhin...", ce qui n’est pas tout à fait vrai, puisque de nombreux pêcheurs ont pris le bouillon dans les eaux fortes du Rhin et s’en sont jusqu’alors bien sortis. Le Rhin reste un fleuve dangereux et le moindre accident ou incident dû au non respect du plan de circulation, sera le moyen pour les autorités de l’état, représentées par le préfet, de revenir sur les accords actuels et d’interdire la circulation, peut être même d’interdire purement et simplement la pêche... et dans ce domaine c’est à nous de faire nos preuves.

      Pour finir sur le sujet, j’ai pu lire une pétition distribuée dans tous les magasins de pêche du Haut Rhin, qui est le travail somme toute sommaire d’un petit groupe de pêcheurs dont la légitimité se pose là. Ils nous l’ont prouvé par le passé et nous le prouvent encore actuellement. Si j’ai été contacté par ce petit groupe que je considère - et je vais m’exprimer poliment - comme un peu éloigné des idées que je me fais de la pêche... Je souhaite aussi par cet article leur répondre. La pétition citée plus avant pose la question suivante ; "souhaitez-vous oui ou non pouvoir circuler librement au bord du vieux Rhin ?"... Belle question !!! Très bien ciblée !!!. Si demain je lançais une pétition qui demanderait "souhaitez-vous oui ou non la gratuité de la taxe piscicole en France ?" je récolterais à coup sûr des milliers de signatures. Je me souviens d’un comique qui disait "les français sont des gnous"... ça fait rire... mais j’espère sincèrement que les pêcheurs n’en soient pas.

      Petit point sur le débit du Rhin

      On peut le confirmer à ce jour, nous ne traverserons bientôt plus le vieux Rhin à pied, même avec des waders. Les débits seront de plus de 1000 m2 de moyenne ; débits encore trop faibles pour certains. Ces débits ne sont pas le fait des producteurs d’électricité, mais sont basés sur des études menées bien souvent par des scientifiques eux même pêcheurs. Les propositions qui émanent de ces études sont très sérieuses. Si ce débit important entraînera des changements dans nos habitudes de pêche, il n’en reste pas moins bénéfique pour le milieu naturel du Rhin lui même et de ses bras morts et autres zones humides. Les graviers seront à nouveau charriés, les fosses, les méandres et les radiers seront ainsi en constante évolution, les bras morts à nouveaux alimentés et les zones humides retrouveront leurs fonctions. L’ensemble de ces modifications amélioreront la reproduction des poissons en général et des grands migrateurs en particulier. N’avons nous pas tous le secret espoir de réussite du plan Saumon/Rhin ? Cet augmentation de débit en sera une des clefs.

      J’entrevois, plus personnellement, dans cette augmentation de débit, un recul de la prédation du cormoran, qui pourrait avoir des difficultés à pêcher dans de tels débits et, de ce fait, régresser. On peut aussi se réjouir d’une éducation forcée de certains pêcheurs à la mouche, qui non contents de piétiner les frayères à du Rhin, pêchent sans vergogne, truites et ombres, même durant la période de frai.

      Je prends souvent en référence l’Isère, dans le secteur d’Albertville. Cette belle rivière à débit très important, dû aux "Electriciens", ne se porte pas trop mal. Aux dires de responsables locaux, que j’ai pu rencontrer l’an dernier, l’ombre y vit et s’y développe en bonne densité et les truites ne semblent pas gênées par des débits importants. Bien sûr la pêche y est différente, de par la manière de pratiquer et, deux fois sur cinq, elle n’est pas pêchable, mais n’est-ce pas actuellement aussi le cas sur le vieux Rhin ?

      Mon avis personnel n’a que peu d’importance. Il est mien mais me permet de croire en ce que je fais et de continuer à mener mes combats avec conviction, même si des groupes qui s’opposent, souhaitent faire croire à leurs partisans respectifs qu’ils détiennent la vérité. C’est sur le terrain et avec le recul que nous pourrons tirer les conclusions qui s’imposent. Il est une fois de plus dommage que les intérêts et le confort des pêcheurs, choses plutôt futiles, prennent le dessus sur la protection des milieux aquatiques et rivulaires, sur la reconquête des écosystèmes naturels et le principe de précaution pour les usagers quels qu’ils soient. Une fois encore les pêcheurs prouvent qu’ils ne seront jamais unis face à l’adversité, et que la force de pression que nous pourrions être... n’a que très peu de chance d’exister un jour.

      Ma conclusion sera simple, mais basée sur mon expérience personnelle. Alors que mon AAPPMA approche le millier de membres, nous nous retrouvons régulièrement à six voire quatre personnes lors des nettoyages de nos ruisseaux, ou lors de l’opération Haut Rhin Propre alors que nombre de nos pêcheurs s’offusquent de l’augmentation du débit du Rhin, de l’interdiction de circuler sur les îles. Les accusations fusent et mettent régulièrement en cause la Fédération de pêche du Haut Rhin, Alsace Nature et la Ligue de Protection des Oiseaux. Une majorité des pêcheurs se limitent à prétendre qu’Alsace Nature ou Ligue de Protection des Oiseaux, riment avec "empêcheurs de tourner rond", pour rester poli. Désolé de bousculer vos certitudes, messieurs, mais au palmarès des nids à "empêcheurs de tourner rond", nos AAPPMA, nos Fédérations de pêche, l’UNP mais aussi nos Clubs de moucheurs et autres Fédérations sportives, ont pris une certaine avance, pour ne pas dire une avance certaine dans le domaine. N’oubliez jamais que les changements, les évolutions et les avancées, ne tombent que très rarement du ciel. Ils sont le fruit d’un travail et d’un engagement associatif et bénévole de nombreux pêcheurs amoureux de la nature, préférant la discrétion aux feux des projecteurs, et pendant qu’ils font ce travail souvent ingrat, d’autres vont ... à la pêche.

        • | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire