La Couze Pavin


    janvier 2002 par Jean-Pierre Jurado

      la Couze Pavin La Couze Pavin reste aujourd’hui une rivière méconnue des moucheurs hors du département du Puy De Dôme, probablement parce qu’elle se situe entre Sioule et Allagnon, deux purs joyaux issus des terres volcaniques d’Auvergne.

      Si elle st méconnue des moucheurs, la Couze Pavin , lors des pêches électriques de géniteurs effectuées pour la fédération, tient la seconde place, juste derrière la Sioule, en nombre et en taille des truites qui dépasse trente centimètres.
      Si on se donne la peine d’y soulever quelques cailloux, sa richesse et sa diversité en insectes aquatiques apparaît clairement.

      Issue du Lac Pavin, elle n’est tout d’abord qu’une rase de plateau, jusqu’à Besse et sa pisciculture fédérale. On peut ici pêcher en début de saison les géniteurs attardés avec une canne longue et une soie légère en sèche et nymphe.

      la Couze PavinPassé Besse, la Couze Pavin s’engage dans des gorges d’où elle ne ressortira qu’en amont de Saurier au confluent de la Couze de Valbeleix. C’est ici le domaine des pêches solitaires, de la mouche en eaux rapides, des rochers moussus. Bonne condition physique, approche discrète, et posés précis y sont requis. A partir de Saurier et jusqu’à Issoire, la rivière prend toute sa dimension. Plus large, alternant courants, plats, friselis. C’est le domaine privilégié du moucheur qui peut ici exprimer tout son art. Tout ce secteur, Perrier, Saint-Floret, Saurier, est pêchable à la mouche du début à la fin de la saison, en variant les techniques En aval d’Issoire et jusqu’au confluent de l’Allier, la rivière est littéralement infestée de hotus. Les bancs en sont visibles, mais les faire mordre est une toute autre histoire. Heureusement, un seuil à Issoire les empêche de coloniser l’amont de la rivière. Sur ce secteur, on peut toutefois rechercher les très grosses truites remontées de l’Allier, ou descendues des Couzes à la faveur des crues. Elles réservent leur bon poids d’émotions. Le matériel devra alors être adapté à cet adversaire redoutable.

      Une petite colonie d’ombres peuple l’amont d’Issoire et quand on les a localisés, ceux-ci offrent une alternative de choix quand les truites boudent. Car il est un point qu’il nous paraît utile d’évoquer : la Couze Pavin est ce que nous avons coutume d’appeler une rivière capricieuse. C’est-à-dire que d’un jour à l’autre, on peut passer de la pêche miraculeuse au néant le plus total, malgré l’activité des insectes, un même régime hydraulique, ou, sans qu’aucun indice perceptible nous indique la raison. C’est là une énigme que malgré quelques années de fréquentation assidue nous n’avons pu résoudre. J’ai une affection toute particulière pour le secteur entre Perrier et Saurier, le plus régulier tant pour l’activité, que pour la densité de beaux poissons. Il est aussi le plus fréquenté, encore que la pression de pêche y reste raisonnable après le rush de l’ouverture.

      Les coups du soir en été y sont réguliers et l’occasion de se mesurer aux plus belles truites de la rivière. Pour les lève-tôt, le petit matin à la nymphe offre de belles opportunités avec des poissons moins méfiants, car moins tentés à ces heures.

      En pleine journée, l’été, ces belles truites ne se laissent prendre que sur les coups les plus inaccessibles : Poste calme séparé de vous par un fort courant quand on ne peut changer de rive, postes dégagés nécessitant une approche de sioux, truites gobant juste sous les branches affleurant la surface. Voilà bien de quoi mettre vos nerfs à rude épreuve, mais aussi vous gonfler de fierté en cas de succès.

      la Couze Pavin La Couze de Valbeleix est un bon affluent à prospecter avec une canne courte. Son orientation et le couvert végétal font que les truites y sont actives la journée, même au plus fort de l’été alors que la rivière principale ne s’éveillera qu’en début de soirée. Les poissons sont plus faciles, ils prennent sans trop de façons une artificielle correctement présentée, pour peu qu’on ait été discret dans l’approche.

      Du confluent en amont de Saurier jusqu’au village de Valbeleix, le parcours est bon sauf sur le secteur de captage d’une micro centrale, entraînant un manque de débit, facilement reconnaissable aux hideux tuyaux qui le parcourent, reflétant bien un constant souci d’harmonie avec la nature de la part des fabricants d’électricité. . . Soulignons enfin que l’A.A.P.P.M.A. d’Issoire n’immerge aucune truite surdensitaire, privilégiant la reproduction naturelle grâce à un ruisseau pépinière. L’argent ainsi économisé est investi dans l’achat des rives et leur entretien pour éviter à terme une privatisation de la rivière, préjudiciable à la majorité des pêcheurs.

      Lors d’un séjour dans le Massif Central, prenez rendez-vous avec la Couze Pavin entre votre passage obligé sur la Sioule, l’Allagnon, le Bès ou la Colagne. Vous ne regretterez pas le détour.

      Autres possibilités de pêche à proximité
      Le lac de la Landie
      le lac Pavin
      le lac de Bourdouze(2ème catégorie)
      la Couze Chambon
      la Couze-d’Ardes
      l’Allier (2ème catégorie).

      A ne pas manquer
      La Maison de l’eau et de la pêche à Besse-en-Chandesse (exposition, aquarium, projection vidéo)
      Tél. : 04.73.79.55. 52
      Fax : 04.73.79.58.54

      Pour ne pas quitter la vallée de la Couze Pavin, tant ce terroir est riche, on ne s’ennuie pas en visitant Besse, Saurier, Saint-Floret, Perrier ou Issoire. Monuments, églises, grottes troglodytes, il y en a pour tous les goûts. Dans toutes ces villes et villages, de nombreuses possibilités de gîte et de couvert vous sont offertes.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire