Lamproie de Planer


    Lampetra planeri


    28 avril 2004 par EchosMouche

      La lamproie de Planer ou Lampetra planeri, aussi appelée petite lamproie, fait partie de la famille des Pétromyzonidés. Cette espèce qui vit exclusivement en eau douce , le plus souvent dans les mêmes zones que la truite, est présente un peu partout en Europe occidentale. Diffile à observer, ne faisant l’objet d’aucune pêche, la lamproie de Planer est relativement méconnue. Poisson très exigeant en terme de qualité d’eau et sensible aux pollutions, elle est un indicateur biologique de tout premier ordre.

      Morphologie

      Son corps d’allure serpentiforme, pourvu de nageoires faiblement développées, ressemble à celui d’une anguille. Son dos allongé, de couleur vert tirant sur le bleu, laisse deviner ses flancs jaunes et une face ventrale blanche. Sa bouche en forme de ventouse est dépourvue de mâchoire. Contrairement aux autres poissons qui possédent des ouïes, la lamproie respire aux travers de fentes branchiales disposées latéralement. Poisson de petite taille, sa longueur n’excéde guère quinze à centimètres à l’âge adulte alors que la larve peut dépasser les ... dix huit centimètres.

      Moeurs et Habitat

      La lamproie de Planer passe la totalité de sa vie en eau douce. Elle affectionne tout particulièrement les cours d’eau diversifiés, riches en sédiments et les berges naturelles favorables à son développement et à sa survie.

      Pendant une longue phase larvaire qui dure entre trois et cinq ans, elle vivra enfouie dans la vase ou dans le sable. Totalement aveugle, pendant toute cette période, la larve de lamproie , appelée aussi ammocète, filtrera les micro-organismes présents dans les sédiments pour s’alimenter. Au cours de sa métamorphose, ses yeux et sa vision se développeront alors que son appareil digestif s’atrophiera.

      Arrivée à l’âge adulte, elle quittera les fonds vaseux et les berges protectrices pour rejoindre les eaux vives à la recherche de fonds riches en sable et en graviers afin de s’y reproduire.

      Reproduction

      La période de reproduction se situe au printemps, d’avril à juin. Après l’accouplement, la femelle déposera entre 1000 et 1500 œufs dans un nid de graviers d’une vingtaine de centimètres de diamètre. Ces oeufs donneront naissance à des larves qui, à leur tour, rejoindront les zones vaseuses pour suivre leur long développement. Les adultes ne survivront que quelques mois après la fraie ; leur système disgestif atrophié ne leur permettant pas de se nourrir.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire