La Papichoux


    Une mouche peu commune


    24 mai 2004 par Jean-Claude Girard & David Synold


      Description

      Voila une mouche noyée peu commune de par son corps rose. Cette couleur est assez commune dans la réalisation de streamers ou de sèches spécifiquement pour les ombres.

      J’aime particulièrement cette mouche pour attaquer les ombres, qui sont d’ailleurs très peu pêchés en noyée. Les résultats sont assez impressionnants et je me demande pourquoi si peu de pêcheurs pratiquent la pêche de ce poisson avec un train de noyées. Le mélange des fibres dures et des fibres molles donne une véritable vie à ce montage qui pêchera aussi bien dans des eaux lentes que dans des courants rapides.

      Utilisation

      J’utilise cette mouche comme sauteuse ou comme intermédiaire sur un train de trois mouches, qui accueille généralement, en pointe, une petite Queue de faisan. La troisième mouche du trio est très souvent une Red Tag ou une Black Pennel. La pêche à une noyée, vers l’amont, donne aussi de bons résultats

      Variantes

      Je ne monte qu’une seule variante de ce montage. Elle consiste à remplacer la plume de cou de coq grizzli par une plume équivalente mais de couleur roux clair et la plume de col vert par une plume de perdrix.

      Liste des matériaux

      Hameçon standard et fin de fer, de 12 à 18.
      Soie de montage noire de 4/0 à 14/0.
      Plume cou de coq grizzly et plume de col de colvert.
      Dubbing synthétique fin couleur rose.
      Fil de cuivre.

      Montage pas à pas

      Après avoir écrasé l’ardillon, serrer l’hameçon dans l’étau. Enrouler la soie de montage de la hampe vers la courbure ; endroit où on fixera le fil de cuivre. Former une boucle à dubbing. La laisser en attente. Fixer une plume de cou de coq grizzly vers l’avant à environ 2 mm de l’oeillet. Préparer un dubbing synthétique fin de couleur rose.
      Enrouler le dubbing pour former le corps de l’imitation. Cercler le coprs avec le fil de cuivre. Bloquer le tout sous 2 ou 3 tours de soie et couper l’excédent. Enrouler la plume de cou de coq puis la bloquer. Incliner les fibres de la collerette en les écrasant avec des enroulement de soie. Préparer une plume de col vert en arrachant les fibres sur un de ses cotés.
      Fixer la plume par la pointe. Enrouler la plume (un à deux tours maximum ) puis la bloquer sous quelques tours de soie. Rabattre les fibres moles vers l’arrière et former une tête.
      Faire le noeud final et apposer une goutte de vernis. La mouche est terminée.
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire