Le sedge


    Selon Stéphan Florian


    août 2004 par David Synold

      Description

      Pas de vrillage de la pointe, une bonne visibilité même au coup du soir, une excellente flottaison, un véritable attrait sur les poissons... Bref, un sedge comme on en rêve.

      Ce montage s’inspire très largement des modèles de mouche Florian. C’est sans doute la rançon de la gloire, puisqu’à monter de belles mouches qui, de surcroît, prennent du poisson, Stéphan Florian a sans doute sa place dans l’élite des monteurs français.
      Si les étapes du montage sont multiples, cette mouche est moins compliquée à fabriquer, qu’il n’y paraît. La collerette en poils de masque de lièvre reste sans doute la difficulté majeure, mais à la troisième ou quatrième mouche, elle ne sera plus qu’une formalité... même pour un monteur débutant.

      Utilisation

      Cette artificielle est plutôt réservée aux petits et gros courants, à la frise, au traditionnel coup du soir et dans la vague en plan d’eau. En réservoir, il m’est arrivé de l’utiliser comme une noyée, animée rapidement, juste sous la surface, avec un succès régulier et des attaques puissantes.

      Variantes

      Le montage de cette imitation peut bien évidement se décliner en différentes teintes. Personnellement, je modifie la couleur du corps en me limitant au traditionnel naturel, au vert olive et au noir. Pour l’aile, on peut largement laisser s’exprimer ses préférences de teintes et de types de plumes. La collerette, pour ma part, reste naturelle.
      En ce qui concerne les tailles , que ce soit du 10 au 18, vous trouverez toujours un moment et un lieu pour exploiter cet éventail.

      Liste des matériaux

      Hameçon standard et fin de fer, de 10 à 18.
      Soie de montage noire de 4/0 à 14/0
      Plume de flan de canne, de colvert, de sarcelle ou de perdrix grise
      Dubbing de lièvre naturel
      Poils de masque de lièvre naturel

      Montage pas à pas

      Après avoir écrasé l’ardillon, serrer l’hameçon dans l’étau. Enrouler la soie de montage de l’oeillet au début de la courbure de l’hameçon. Préparer un dubbing de lièvre naturel, pas trop épais.
      Torsader ce dernier. Enrouler le dubbing pour former le corps. Stopper les enroulements à 2 ou 3 mm de l’œillet, bloquer le dubbing sous 2 ou 3 tours de soie et couper l’excédent. Préparer une plume de flan de cane ou de col vert. Retirer les fibres duveteuses de sa base.
      Fixer la plume, régler la longueur de l’aile en tirant lentement sur le rachis. L’aile doit dépasser légèrement ( 1/3 de la longueur de la hampe) l’hameçon. Avec la soie de montage, former une surface plane de 2 à 3 mm,qui recevra la collerette de la mouche. Former une boucle à dubbing.
      Prélever une pincée de poils durs sur un masque de lièvre, sans vous occuper de la bourre (sous-poil fin). Poser et répartir la pincée de poils dans la boucle à dubbing. Tourner le dubbing. La plus grosse partie de la bourre tombe lors de l’opération. S’il en reste l’enlever avec les doigts.
      Enrouler le dubbing en veillant à "brosser" les poils vers l’arrière, à chaque tour. En final, bloquer et couper l’excédent. Former la tête, faire le noeud final puis apposer une goutte de vernis. La mouche est terminée !
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire