Brassie Tag


    Un mariage audacieux


    29 août 2004 par Jean-Claude Girard & David Synold

      Description

      En 2002, lors des Championnats du Monde, un pêcheur d’Afrique du sud, dont j’avais fait la connaissance durant sa quinzaine de préparation, m’a offert rituellement la nymphe avec laquelle il venait de prendre sept truites lors de sa dernière manche sur la Thur en rampant dans une eau très basse, très limpide et sur une pointe de deux mètres en 7/100ème.

      Cette mouche est très vite devenue un classique de ma boîte à mouches mais aussi de celles de mes amis. Plus tard, je décidais d’adapter ce montage à la pêche à vue des ombres ; ainsi naquit la Brassi Tag , un mélange audacieux de la "Brassie" et de la "Copper Nymph" dont les couleurs se sont adaptées à nos poissons et à nos techniques de pêche. Mince et peu fournie, elle n’imite rien de bien précis. C’est peut-être là que réside son atout majeur. Si je préfère de loin l’utiliser dans des tailles allant du 16 au 20, j’ai toujours quelques modèles en 12 et 14 pour les truites en maraude.

      Utilisation

      Si je la destine plus particulièrement à la pêche à vue et au fil des ombres, les truites se font rarement prier. J’ai souvent remarqué que l’attaque du poisson se fait sur ce que l’on nomme communément l’appel . L’appel est un "relevé" que l’on imprime à la nymphe, par un mouvement contrôlé de la canne et qui, s’il est parfaitement exécuté, imite à merveille l’émergence de la nymphe à la surface. Mais attention cela ne s’applique pas comme une généralité. Certains ombres, je pense particulièrement à ceux de Goumois, aiment les dérives parfaites et surtout très naturelles.

      Pour finir, j’insisterai sur le fait que la pointe du bas de ligne qui supporte cette nymphe doit être fin, ce qui améliore nettement la discrétion mais aussi la dérive. N’hésitez pas à utiliser votre 10/100ème et pourquoi pas passer au 9 voire au 7/100ème. Il est alors inutile de vous préciser qu’utiliser une canne adaptée aux pêches fines devient une nécessité.

      Variantes

      Le cuivre de différentes couleurs est à essayer absolument.

      Liste des Matériaux

      Hameçon courbe taille 12 à 20.
      Soie de montage noire de 4/0 à 14/0
      Soie orange
      Poils de lièvre ou de phoque de couleur noire
      Fil de cuivre

      Montage pas à pas

      Après avoir écrasé l’ardillon, serrer fermement l’hameçon entres les mors de l’étau. Commencer à enrouler le fil de cuivre à spires jointives en partant de la courbure de l’hameçon. Terminer les enroulements de cuivre à 2 ou 3 mm de l’oeillet. Couper les excédents arrière et avant au raz. Apposer une goutte de cyanolite sur le montage. Commencer les enroulements de soie de montage au ras du fil de cuivre.
      Préparer un dubbing de lièvre ou de phoque de couleur noire. Enrouler ce dernier pour former un thorax. Bloquer puis couper l’excédent. Fixer une soie orange fluo. Coupez la soie de montage. Former la tête avec la soie orange.
      Faire le noeud final. Couper l’excédent de soie orange. Apposer une goutte de vernis. Le montage est terminé !
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire