Pêche Mouche N° 45


    bimestriel novembre-décembre 2004


    novembre 2004 par Pêche Mouche

      Pêche Mouche N° 45 EDITORIAL
      Le broc, c’est chic !
      Il y a une quinzaine d’années, nous découvrions dans Pêche Mouche ( à l’époque le hors-série Mouche de la Pêche et les Poissons) la pêche du brochet dans les polders hollandais. Je me souviens encore de cette mouche de Guido Vinck, toujours très actuelle, qui permettait de ramener des gros becs « gros comme ça ». Si certains moucheurs ont surfé sur la vague et fait de cette technique un pis-aller pour les froides journées d’hiver, force est de constater que bien peu sont devenus des passionnés, des aficionados du broc. Dernièrement encore, nous devons admetttre que rien de bien révolutionnaire n’est apparu, tant au niveau de la technique que des mouches. Or, depuis deux ou trois ans, je vois peu à peu mes copains suivre une évolution étonnante. Tandis que je leur parle de flats, de permit ou de bonefish, leurs yeux brillent lorsqu’à leur tour ils m’expliquent où se trouve cet énorme brochet entrevu dans une rivière normande, me narrent leurs exploits dans ce lac nivernais ou me détaillent, l’eau à la bouche, les filets de perche qu’ils ont dégustés après une matinée de folie au « dog nobbler » sur la Marne. Les rencontres au bord de l’eau, les coups de fil des lecteurs, des auteurs, et les magasins de pêche l’attestent : le carnassier à la mouche a le vent en poupe !
      Après réflexion, cet engouement n’a rien d’étonnant. Le secteur de la pêche a mal vécu la sécheresse de 2003, avec un chiffre d’affaires qui, à la fin de l’année dernière, avait subi un léger contrecoup. Seule la pêche aux leurres a progressé. Le bar et le brochet se portent bien. Et la pêche à la mouche de ces deux prédateurs aussi. Qui ne possède dorénavant une canne dédiée à la mer et au brochet ? Et que celui qui ne dispose pas dans sa boîte de streamers monstrueux qui n’auraient en rien dépareillé la tenue de scène de Joséphine Baker me jette la première mouche. La truite a souffert et devient aguicheuse, inabordable et rare. Il reste d’autres contrées à explorer, d’autres poissons à titiller. Qu’importe le flacon ... Le pêcheur à la mouche veut des sensations et les carnassiers en procurent généreusement. C’est la raison pour laquelle, un peu égoïstement je l’avoue et parce que quelques-uns d’entre vous l’attendaient avec impatience, nous avons concocté un dossier qui permettra, grâce à ses mouches modernes et « destructrices » et à l’aide d’une vision plus « light » et plus subtile de la technique, de ressentir quelques frissons d’émotion et non de froid quand le givre remplacera la rosée et que les feux de cheminée parfumeront les campagnes.

      Fabrice Monnel
      fabrice.monnel@emapfrance.com

      AU SOMMAIRE DU N° 45

      Editorial
      Courrier
      Hot line
      Actualités

      Technique
      Sèche, les diptères ... à reconsidérer !
      Réservoir, 6 chiros émergents.
      Pour une pêche ultrafine.
      Ce que voient les truites.
      Gestion, la rivière idéale.

      Dossier : Carnassiers à la mouche, Le renouveau.
      Brochet en rivière, une question de poste.
      Les becs de la Dombes.
      Sandre, les friandises qui le font craquer !

      Insecte et imitations
      Inévitable chironome.

      Portrait
      Fred Remise, la passion du Bès.

      L’oeil de Piam
      Le king salmon à la mouche.

      Montage : Trucs et astuces : les ailes.
      Le Shopping
      Les Moulinets d’or
      Les produits de l’année 2004.

      Matériel
      Secrets de fabrication : bien au chaud dans ma polaire.

      Découverte
      L’Ybbs, la passion autrichienne.
      Coins de pêche
      .

      Action Clubs
      Le Club du Sedge Saint-Martinois (Orne).

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire