Mouches sèches en eaux rapides


    juillet 2002 par Jean-Pierre Jurado

      sèche en eaux rapides « Ce ruisseau est plein de truites, mais impossible d’y passer une mouche, elle drague immédiatement !. » Nous avons souvent entendu cette phrase, mais très souvent à tort.

      Je ne reviendrai pas ici sur la pêche des parcours encombrés, nous l’ avons déjà évoquée dans un précédent article. Par contre, il est ici question de la pêche des ruisseaux et rivières de moyenne et haute montagne à caractère torrentueux, dont les eaux se faufilent à toute vitesse entre rochers et galets.

      Il est vrai que si on aborde ces parcours avec notre soie de cinq et un bas de ligne de cinq mètres, on aura les pires difficultés à effectuer la moindre dérive correcte. Par contre, avec un matériel adapté et un peu d’entraînement, il y a de grandes sensations à découvrir dans cette pêche. Voyons donc à quoi ressemble ce matériel spécifique :

      La canne est aussi longue que possible, et apte à lancer une ligne numéro quatre ou plus légère. Avec les matériaux modernes, le poids d’une canne de dix pieds dans ces puissances n’excède pas cent grammes et peut être manipulée durant toute une journée sans fatigue excessive ; au-delà, il faut une condition physique d’athlète pour ne pas faiblir après quelques heures de pêche.

      La soie est aussi légère que possible, et mieux, naturelle et de profil parallèle. La soie "Robinson AA" est la référence en la matière, bien que d’autres fabricants comme Loukkas se soient attachés, avec bonheur, à créer des profils adaptés aux eaux tourmentées. Parallèle, pour ne pas redescendre dans les anneaux de la canne lorsqu’on la tient haute, fine pour percer et légère pour rester oblique avec peu ou pas de bas de ligne sur l’eau, c’est un élément essentiel pour cette pêche.

      Ceci dit, l’achat de ces soies représente un investissement important, et si votre but est, pour l’instant, de vous essayer à cette pêche, l’arrière d’une soie WF synthétique conviendra à cet effet. Il sera toujours temps de vous faire un beau cadeau quand le virus des eaux qui chantent vous aura conquis.

      Le bas de ligne fait environ une longueur de canne, un peu moins quand on pêche très court, un peu plus quand on allonge un peu de soie. Les modèles d’entrée de gamme du commerce conviennent généralement bien, on les adapte ensuite aux postes rencontrés.

      Le moulinet n’a aucune importance, celui qui nous convient est le bon !

      Les mouches doivent être visibles et flotter parfaitement. Quelques palmers unis, bi ou tricolores, quelques sedges en poils creux, quelques paysannes, quelques araignées, et la boite est prête quand on y a ajouté la fourmi noire, sa cousine rousse et quelques terrestres pour l’été. En règle générale, ce n’est pas ce qui passe qui compte, mais où et comment ça passe. C’est l’occasion de recycler les mouches trop volumineuses en brûlant les pointes des hackles avec une cigarette incandescente, elles flotteront ainsi à merveille.

      L’action de pêche est , en théorie, d’une grande simplicité : On ne pose que la mouche et, éventuellement, le minimum de pointe du bas de ligne, et on passe sa mouche partout où on pense qu’une truite peut se tenir. Ceci en théorie, car il y a tout de même quelques coups de patte à assimiler. Le lancer ne peut pas être classique puisqu’on ne pose pas la soie. On lance donc en oblique jusqu’à un point imaginaire à vingt centimètres au-dessus de la surface, puis on accompagne du bras le poser. On accompagne ensuite la dérive de l’artificielle en relevant progressivement la canne. On pêche à courte distance , entre trois et six mètres, très précisément, le bras toujours levé, souvent tendu, et on passe ainsi sur toutes les tenues supposées.

      Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à poser les questions qui vous tiennent à cœur, à exposer les problèmes que vous n’arrivez pas à résoudre, nous y répondrons dans un prochain article.

      Bonnes vacances à tous !

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire