Yellow Moustic


    Un exemple de flottabilité


    27 janvier 2005 par Club Mouche Morlaisien

      Yellow Moustic Description

      Cette mouche est, sans aucun doute, une de mes préférées ! Excellente en tout point pour les coups du soir au mois de juin surtout quand de superbes truites n’en finissent de gober sous vos yeux en ignorant superbement vos imitations habituelles. N’hésitez pas à changer de mouche. Adoptez la Yellow Moustic. Son aspect général, sa taille ni trop petite ni trop grosse, la couleur claire de l’ensemble en font un modèle extrêmement visible et facile à suivre sur l’eau. Bien équilibrée et réaliste, elle imite tout un tas de petits moucherons ou de petites éphémères. Ultra-légère, c’est un exemple parfait de flottabilité. Pour ce faire, on veillera à la graisser modérément , elle n’en sera que plus pêchante.

      Cette imitation qui avec ses deux ailes en pointe de hackle montées en position tête-bèche pourra , dans certains cas, dérouter un monteur débutant, est à la fois un modèle simple à réaliser et un leurre redoutable. La Yellow Moustic, sans rien changer à sa forme générale, peut se décliner en de nombreuses variantes. Vous pourrez tout à loisir jouer sur la taille des hameçons, sur les couleurs des hackles et de la soie de montage. Le gris est, à mon avis, le meilleur compromis mais rien ne vous empêche d’utiliser le noir , le marron ou toute autre couleur.

      Liste des matériaux

      Hameçon standard n° 14 à 16
      Soie de montage jaune pâle "coquille d’oeuf"
      Fibres de hackle "pelure d’oignon" (roux très léger)
      Hackle "pelure d’oignon"

      Montage pas à pas

      L’hameçon fermement fixé sur l’étau, commencer les enroulements de fil de montage depuis l’oeillet jusqu’à l’amorce de la courbure. Fixer quelques fibres de hackle "pelure d’oignon" en guise de cerques. Réaliser un corps assez fin en deux ou trois aller-retours de soie. Stopper les enroulements à 4 millimètres en arrière de l’oeillet. Présenter puis fixer un hackle de coq "pelure d’oignon".
      Présenter puis fixer un second hackle du même type, mais dans le sens opposé. Enrouler le premier hackle en collerette avant de le bloquer en veillant à conserver sa pointe en guise d’aile ; celle-ci devant se présenter sous un angle de 45°. Procéder de la même manière avec le second hackle.
      Ajuster la position des ailes en tirant délicatement d’un côté puis de l’autre pour obtenir un alignement parfais. Ce réglage terminé, bloquer les ailes par des enroulements de soie en X. Former la tête de la mouche. Terminer le montage par un noeud final et une goutte de vernis.
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire