Pêche Mouche N° 47


    bimestriel Mars-avril 2005


    25 février 2005 par Pêche Mouche

      Pêche Mouche N° 47 Editorial
      Ze last chance

      A l’instant où j’écris ces quelques lignes, la conférence internationale sur « biodiversité, science et gouvernance » bat son plein au siège de l’Unesco à Paris. Il faut bien admettre que s’il existe une espèce non menacée d’extinction, c’est bien ce type de manifestation où hommes politiques et experts se relaient tour à tour à la tribune pour, au final, adopter des mesures qui n’en sont pas. C’est le début de l’année, nous admettrons qu’il est encore temps de prendre de bonnes résolutions.

      1,7 millions d’espèces et autant à découvrir. Notre planète est un trésor et la France n’est pas en reste car elle figure parmi les pays du Nord les plus riches en biodiversité. Pourtant, avec toute l’énergie que déploie notre président de la République - il est vrai que les habits de protecteur des espèces en voie de disparition lui siéent fort bien -, celle-ci fait vraiment mauvaise figure. Pour mettre en lumière l’attitude contradictoire de notre pays, Greenpeace a organisé un contre-sommet sur les forêts tropicales où officient les entreprises françaises. Nous sommes considérés comme des mauvais élèves, adepte du « faites ce que je dis ». La France a ratifié une quinzaine de conventions, protocoles et accords. En contrepartie, il a fallu attendre douze ans avant qu’elle ne se décide à adopter, comme le demandait la Convention sur la diversité biologique, une stratégie à l’échelon national pour la biodiversité. Incapables de nous dépêtrer des dossiers « ours » et « loup », défendant le lobby des exploitants agricoles - 3ème utilisateur mondial de pesticides -, exploitant en Guyane la seule parcelle de forêt amazonienne non protégée, nous avons été désignés par « Bruxelles » comme le pays européen le plus nul en terme d’application du droit environnemental.

      Pourtant, nous sommes en mesure d’espérer que de cette énième conférence internationale, il va ressortir autre chose que des signatures au bas d’une feuille de papier destinée à jaunir au fond d’un tiroir ministériel. Toutes les six heures, une partie de la forêt tropicale, d’une surface équivalente à Paris, disparaît, et avec elle de nombreuses espèces végétales et animales. 15 589 espèces sont en voie d’extinction, soit un mammifère sur quatre, un oiseau sur huit, un amphibien sur trois. Il est temps, Messieurs, de retrousser vos manches avant que ce sommet ne fasse figure de dernière chance. Nous, petits pêcheurs, à notre échelle, retenons simplement que pour ne pas détruire, il suffit de ne pas tuer. Profitons donc bien de ces instants bénis, quand nous ferons "péter" le petit verre de blanc et le coup de saucisson, en regardant les truites gober en ce si beau jour d’ouverture.

      Fabrice Monnel
      fabrice.monnel@emapfrance.com

      AU SOMMAIRE DU N° 47

      Editorial p.3
      Courrier p.6
      Hot line p.7
      Actualités p.8

      Dossier :
      L’ouverture, on y est !

      Les heptas, rois de l’ouverture.
      Percez la pellicule.
      La black box !
      Rivière inconnue ? Adaptez-vous.
      Posez sans draguer.
      Analysez les refus.
      Les vagues d’éclosions.
      La basse flottaison, pourquoi ça marche.
      Itinéraire bis.
      le monde des truites
      .

      L’œil de Piam p.78
      La réussite est dans la différence.

      Montage p. 80
      Trucs et astuces : les ailes dressées en paquets de fibres.
      Le Shopping p.84
      Test p.86
      2 cannes aux antipodes.
      Découverte p. 88
      Ecosse, le saumon à vue.
      Index p. 94
      Table des matières 2004.
      Action Clubs p.96
      Club mouche GPS des Corbières.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire