Gorges du Verdon


    Début de saison


    27 mars 2005 par Thierry Secqueville

      Cette année , pour bien débuter la saison et nous faire plaisir, nous avons décidé avec un groupe de copains d’aller taquiner les truites des gorges du Verdon en amont du lac de Sainte Croix ; une aventure sur deux jours avec une nuit en gîte d’étape à la Palud car, la haut, en cette période précoce, les nuits sont plutôt froides, glaciales même.

      Gorges du Verdon

      Arrivés sur place, les premières images qui ont immédiatement retenu notre attention furent les eaux cristallines du Verdon aux berges couvertes par endroits de neige et la présence de quelques plaques de glace accrochées aux rives. Malgré le soleil et un beau ciel bleu, la journée s’annonçait froide. En cette saison, la pêche commence plutôt entre neuf et dix heures du matin pour se terminer vers seize ou dix sept heures, c’est à dire pendant que le soleil distribue généreusement ses rayons dans les endroits suffisamment larges du parcours.

      Au mois de mars, la nymphe bien plombée (roulette) ou le streamer en fonction de la hauteur d’eau font généralement merveille mais aussi les sèches, en cas d’éclosions providentielles. Ce ne sera pas le cas cette fois-ci. Ce week-end, tous les modèles de nymphes plombées au tungstène ou au plomb, de toutes tailles, n’auront pas, malgré tous nos efforts, réussi à séduire dame fario. Tant pis, nous aurons pu malgré tout profiter du cadre enchanteur des gorges du Verdon.

      Avant notre arrivée, le Verdon avait connu de nombreux lâchers d’eau du barrage situé en amont. Malgré cela, si l’eau était glacée elle était par contre absolument limpide et permettait une lecture rapide des eaux qui coulaient à nos pieds. Les truites calées au fond, aucun pêcheur présent sur cette zone, quelque soit la technique utilisée, ne prendra ni n’observera un seul poisson de la journée. On fera mieux la prochaine fois.

      Dans cette eau glacée avec une puissance de courant parfois étonnante, certaines traversées en waders ont été périlleuses, même aux endroits les moins agités. Rappelons qu’il est toujours prudent de ne pas pêcher seul sur ce site torrentueux où l’on peut enregistrer des montées brutales du niveau des eaux. Pour connaître le débit et prévoir les heures de lâchers, il est plus que recommandé d’appeler au préalable le répondeur d’EDF du barrage de Castillon au 04.92.83.62. 68.

      Comme de plus en plus de pêcheurs, nous avons privilégié une ouverture dans un cadre naturel, authentique, quelque peu isolé certes mais peuplé de truites sauvages plutôt que de truites de bassine comme c’est le cas bien plus en aval des gorges. L’ambiance , malgré le froid ambiant et l’absence de poissons, était plus que conviviale. Nous garderons en souvenir de cette escapade, un barbecue le soir en pleine nuit, les pieds dans la neige, un petit-déjeuner emmitouflés au bord de l’eau le dimanche matin et une pause sandwich en groupe le midi, au soleil, en savourant les essais de nouvelles mouches des uns et le récit de pêches lointaines des autres.

      La journée se termine. Il est temps, pour chacun d’entre nous, de prendre le chemin du retour avec des images plein la tête. Le soir nous rêverons probablement d’une prochaine sortie au même endroit, dans quatre à cinq semaines, le fouet à la main, avec d’innombrables poissons gobant tous azimuts, ... la polaire en moins.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire