Tissage d’un corps


    ... un peu de patience et de dextérité


    27 mars 2005 par David Synold

      Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?... C’est sans doute une des métaphores qui passera dans la tête du monteur débutant, à son premier essai de tissage. Tisser un corps, demande un peu de patience et une certaine dextérité, mais le résultat en vaut vraiment la peine.

      Le tissage est sans doute un des meilleurs moyens d’imiter fidèlement, un corps de nymphe, qu’elle pêche sur le fond, entre deux eaux ou en émergente.

      Après avoir enroulé la soie de montage en partant de l’œillet jusqu’à la courbure de l’hameçon, fixé une queue et lesté le montage si nécessaire, fixer un brin de floche clair et un autre foncé d’environ 30 cm, à la courbure de l’hameçon.

      Fixer ensuite un troisième brin de floche de 40 cm, si possible clair et ramener la soie de montage vers l’avant, à 3 mm de l’œillet.

      Enrouler le dernier brin de floche que vous avez fixé, celui de 40 cm, et former un sous corps trapu et conique. Une fois l’opération terminée bloquer la soie floche avec celle de montage, faire un nœud finale, vernir, et couper la soie floche et le soie de montage.

      A- Après avoir suivi les étapes précédentes, vous obtenez un montage composé d’un corps fuselé, d’une queue si c’est nécessaire, et de deux brins de floche, un clair et un foncé.

      B- Commencer le tissage du corps en rabattant les deux fils de soie floche, sous la hampe de l’hameçon. Faire un nœud en gardant à l’esprit que le fil clair doit toujours venir sur le fil foncé.

      C- Passer alors le fil foncé par dessus la hampe, en laissant le fil clair en dessous. Serrer le nœud. Continuer le tissage en répétant les opérations B et C, jusqu’à 3 mm de l’œillet de l’hameçon, en veillant à bien serrer les fils et tirer les nœuds de façon égales.

      D- A titre d’exemple, voilà un des résultats que l’on peut obtenir avec un corps tissé. Ce montage représente la nymphe d’une éphémère ou d’un plécoptère.

      * Pour lester une telle mouche, on peut utiliser une bille de cuivre, de laiton, dorée ou chromée. On utilise aussi les enroulements de fil de plomb fin, que l’on écrase sur le dessus et le dessous, avec une pince plate, pour terminer ce lestage on colle ou on pose du vernis, ce qui consolide ce dernier.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire