L’orphie


    Un poisson combatif


    26 août 2005 par EchosMouche

      L’orphie, ou Belone belone, est aussi appelé aiguillette ou aiguille. Ce poisson, dont la taille peut atteindre soixante dix à quatre vingt centimètres, appartient à la famille des Bélonidés qui comprend quelque vingt-cinq espèces. Présent un peu partout , de mai à octobre, le long de nos côtes, il est bien connu des pêcheurs en mer qui l’apprécient pour son extrême combativité.

      Son corps de forme serpentiforme, très fin, recouvert d’écailles cycloïdes, surplombé par une dorsale positionnée très en arrière, se termine par un rostre armé de dents fines et acérées. Outre sa forme générale pour le moins caractéristique, on notera aussi la coloration très particulière de sa chair et de ses arêtes bleu-vert liée à la présence de phosphate de fer oxydé ou, selon une autre théorie, de biliverdine ; substance colorante de la bile.

      Sa vitesse de nage et ses sauts hors de l’eau sont impressionnants, ce qui explique que ce prédateur pélagique, très actif par temps chaud ou orageux, procure aux pêcheurs, à la mouche ou au leurre, des combats aériens mémorables.

      L’orphie se déplace et chasse le jour, le plus souvent en bancs composés de quelques individus, le long des côtes, juste en limite de surface. Son menu , très proche de celui de son cousin le maquereau, est le plus souvent constitué de sprats, de lançons,de petits poissons et de crustacés.

      Dés les premiers froids de l’automne l’orphie rejoint les hauts fonds pour ne s’approcher à nouveau de la bande littorale qu’au tout début du printemps pour s’y reproduire. L’orphie atteint sa maturité sexuelle vers l’âge de trois ans. La ponte a lieu entre 10 et 20 mètres de profondeur. Une ponte est constituée de plusieurs de dizaine de milliers d’œufs (10.000 à 50.0000 œufs) qui donneront naissance des larves qui se transformeront après quelques semaines en de petits alevins évoluant par bancs, en rangs serrés, à la merci des dauphins, thons et bonites de passage.

      L’orphie est fort apprécié des pêcheurs sportifs. Tous ceux qui l’ont déjà affronté savent combien il est difficile de ferrer un orphie tant son “bec” est fin et allongé ; la prise se faisant le plus souvent de côté.

      Le matériel et les mouches utilisés pour ce type de pêche (les deceivers, les crazy Charlies ou les poppers conviennent parfaitement bien à la pêche de l’orphie) sont strictement identiques à ceux utilisés pour la pêche du bar.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire