L’ortie


    Une plante pleine de ressources


    26 septembre 2005 par Thierry Secqueville

       l'ortie Qui n’a pas pesté un jour, en posant la main dans les herbes poussant sur les berges ? Un contact rapide, une désagréable sensation de brûlure et de démangeaisons : c’était une ortie !

      L’ortie est une plante herbacée de couleur verte , de la famille des urticales et de la sous famille des urticacées, qui possède des feuilles pétiolées pourvues d’un limbe allongé et pointu.

      Ses feuilles dentelées possèdent, sur le dessus, des petits poils ou aiguilles aux extrémités effilées. Au moindre contact, la pointe se brise tout en s’enfonçant dans l’épiderme. Elle laisse alors échapper un liquide urticant qui est injecté directement dans les tissus de la peau.

      Le produit que contiennent les poils urticants de cette plante est riche en acide formique qui procure une désagréable sensation de brûlure et de démangeaison. Sa tige quadrangulaire est aussi pourvue de poils irritants comme ceux qui garnissent les feuilles. C’est la raison pour laquelle il faut se méfier du contact avec toute ou partie de cette herbacée.

      Ceci explique pourquoi, lors de nos sorties au bord de l’eau, un simple contact, même léger, avec une ortie sournoisement dissimulée au milieu d’une touffe d’herbe peut nous laisser d’impérissables souvenirs , un brin douloureux, selon la surface en contact.

      Que faire en cas de piqûre ? Inutile de vous précipiter chez un pharmacien. Frotter l’endroit piqué avec des feuilles de marguerite, appliquer de l’huile d’olive, des feuilles de sureau pilées ou un peu de jus de feuille d’oseille sont les principaux remèdes

      Lors d’une partie de pêche, suivant le moment et la saison, les feuilles de marguerite semblent la solution la plus appropriée et la plus efficace.

       l'ortie Paradoxalement à sa réputation funeste, l’ortie est utile. Elle est utilisée dans différents domaines . Nos anciens en connaissaient toutes les vertus. Utilisée comme garde-manger, pour la ponte et le développement d’insectes, elle est aussi une source multiple de vitamines A et C pour les herbivores. Transformée en purin, elle sert d’activateur de croissance mais aussi de répulsif à pucerons.

      En médecine, l’ortie est souvent utilisée comme anti-inflammatoire, antihémorragique, diurétique, ou stimulant et sous bien d’autres formes.

      En cuisine, les jeunes pousses sont accommodées en soupes, en sauces, transformées en moutardes ou en gelées. L’ortie contient plus de fer que les épinards mais aussi des acides , de l’azote et des oligo-éléments. Les gastronomes avertis vous le diront. Croyez-moi, il n’y a rien que de plus succulent que des lasagnes aux orties.

      Pour terminer, voici un dernier conseil utile à mettre en pratique, si nécessaire, lors de vos prochaines sorties de pêche. Avant de toucher une ortie, pour l’écarter par exemple, passez plusieurs fois la paume et le dessus de la main dans les cheveux ou essayer de la prendre à rebrousse-poil, vous ne devriez rien sentir. Cette manière de procéder , bien que non garantie, s’avère efficace dans nombreux cas.

      Mal aimée mais ô combien utile, je suis maintenant persuadé, qu’après ce bref exposé, vous ne regarderez plus jamais, l’ ortie comme vous le faisiez auparavant.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire