Pêche en mer, conseils pratiques


    Pour bien débuter


    28 octobre 2005 par EchosMouche

      La pêche en mer, suscite un intêret certain auprès de nombreux moucheurs qui, jusqu’à présent, se cantonnaient à exercer leur art en eau douce. Comment bien débuter ? Quel matériel acquérir ? Quelles mouches utiliser ? sont les questions qui nous sont le plus souvent posées. Certes, on ne pêche pas en mer comme on pêche en eau douce. Cet article sans prétention répondra, je l’espère, aux très nombreuses questions que vous vous posez.

      canne à mouche

      CANNE, SOIE & MOULINET

      Le matériel mer possède, à quelques exceptions près, les mêmes caractéristiques que celui utilisé en réservoir. Pour aborder la pêche en mer, une canne de type réservoir de 9’ ou 9’5 #7/8 en trois brins, équipée d’un talon de combat sera amplement suffisante. Je vous laisse le soin d’en choisir la marque et le modèle sachant que ce milieu est extrêmement corrosif au point qu’aucune canne ne peut prétendre y résister.

      Pour le moulinet, on jouera la carte du matériel d’entrée de gamme ou carrément la qualité. Moulinet en graphite ou usiné dans une barre d’aluminium et traité anti-corrosion, il sera de préférence de type large arbor et, dans tous les cas, équipé d’un frein puissant.

      Soie Mastery La bobine du moulinet sera chargée avec une soie synthétique WF7F ou WF8F de type eau salée ou d’une running line et de shooting heads interchangeables et adaptables selon les conditions de pêche (ligne flottante, intermédiaire, plongeante ou ultra plongeante).

      Le bas de ligne sera simplifié à l’extrême. Un polyleader de type eau salée équipé d’un système boucle dans boucle permettra de changer rapidement de pointe composée d’un simple monofilament en flurocarbone d’un diamètre de 20 centièmes au minimum.

      Il ne nous reste plus qu’à équiper la pointe d’une mouche. Un noeud de mouche classique pourra fort bien faire l’affaire. On lui préférera cependant un noeud de type « agrafe »

      QUELLES MOUCHES ?

      Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Quelques deceivers, poppers mousse, crevettes époxy vous permettront d’affronter la majeure partie des poissons à portée de canne ; à savoir les bars, les orphies, les lieus et les maquereaux. Ajoutez à ce bref inventaire quelques mouches à saumon noires, oranges et pourpres et vous voilà parés pour traquer les migrateurs comme le saumon, l’alose et la truite de mer.

      PECHEZ LEGER !

      Pêchez léger ! Le suspendeur pour mouches et accessoires remplacera avantageusement le traditionnel gilet de pêche ou le sac à dos peu pratique dans cet environnement. Evitez de vous encombrer d’objets inutiles. Gardez à l’esprit que le plus petit objet tombé à l’eau risque d’être perdu à jamais, sauf si vous pêchez ... avec un masque et un tuba.

      Côté vestimentaire, un wader pourra être très utile en début ou en fin de saison. A la belle saison, on le remplacera par un pantalon lèger à séchage ultra rapide.

      Vos chaussures de wading pourront être utilisées tout au long de saison, tant sur les fonds sableux que sur les rochers battus par les vagues, à condition que leurs semelles soient anti dérapantes, qu’elles soient réalisées en tissus synthétique imputrécible et que leur boucles ne soient pas en métal car qui dit eau de mer dit corrosion, ne l’oubliez jamais. De grâce, évitez de pêcher en bottes ou, pire encore, en sandalettes.

      Une sacoche étanche protégera efficacement du sable et de l’eau salée vos papiers, clés et téléphone portable. Une paire de lunettes polarisantes et un chapeau à larges bords ou une casquette compléteront la panoplie.

      EVITEZ LES PIEGES

      ... Un tesson de bouteille, une éraflure sur les rochers, un petit bobo ou une piqure de vive sont vite arrivés. Pour ne pas gâcher bêtement une partie de pêche, n’oubliez pas d’enmener avec vous une bombe de pansement en spray, efficace et peu encombrante, et , si possible, une pompe à venin.

      De nombreux pêcheurs se font pièger chaque saison par la marée montante. Ne vous laissez pas distraire. Remontez toujours avec la marée, vous éviterez ainsi les effets de baïne, les cuvettes et les fosses qui se replissent d’eau à votre insu, vous coupant ainsi toutes possibilités de retour vers le rivage.

      OU ET QUAND ?

      La pêche en mer se pratique, dès le début du printemps et jusqu’à l’automne, sur les côtes de la Manche, en Normandie et en Bretagne, le long de la façade atlantique et en Méditerranée.

      Cette pêche se pratique, de jour comme de nuit, à la marée montante ou à la descendante depuis la plage ou de rochers en surplomb, à proximité des parcs à huitres ou en estuaire. On privilégiera les marées à fort coefficient, mais rarement les grandes marées d’équinoxe. Celles qui suivent sont généralement plus « prometteuses ». Les marées sont comme les horaires de train. Elles n’attendent pas. Soyez à l’heure au rendez-vous, c’est à dire une heure avant l’heure officielle.

      A SUIVRE ...

      Ce bref tour d’horizon vous aura aidé, je l’espère, à vous faire une idée plus précise de ce qu’est la pêche en mer. Je vous donne rendez-vous au tout début du printemps prochain pour aborder avec vous les aspects techniques de cette pêche à sensations . A suivre ...

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire