Notions de production, de conservation et de consommation


    Les bas de ligne


    28 octobre 2005 par David Synold

      Si l’on peut aisément aborder le point de vue économique du petit monde de la pêche à la mouche et les marges confortables qu’il génère, les notions de production, de conservation et de consommation que je vais tenter d’aborder ici, concernent elles, les bas de ligne.

      Notions de production, de conservation et de consommation

      On nous explique, ici et là, que la formule de bas de ligne x est la meilleure, et renchérir que la polyvalence n’existe pas mais que ce modèle couvre néanmoins tous les besoins. Une petite partie d’entre nous croit détenir la vérité dans ce domaine, une autre partie, plus importante encore, est toujours en recherche du bdl qui ferait leur bonheur dans tous les cas de figures. Reste encore une partie, celle qui essaie les bas de ligne de la partie qui croit détenir la vérité. Dans ce vaste imbroglio, reste une certitude : nous avons tous un jour été à la recherche du bas de ligne parfait. Certains cherchent encore et se perdent parfois entre dégressif, progressif, rapide, lent, rapide à pointe lente, lent à pointe rapide, classique ...

      Le bas de ligne parfait en toutes circonstances, n’existe pas, mais pour s’en persuader, il faut avant tout comprendre le "comment ça marche".

      Au départ, notre bras qui sert à actionner la canne (entre autre chose), est conique. La canne dont nous servons pour propulser la soie est elle aussi conique. La soie qui prolonge la canne et permet de propulser le bas de ligne est elle aussi conique. Pour peu que le pêcheur « fabrique » correctement l’énergie sur son chemin de lancer, en accélérant puis en bloquant son mouvement et en se servant du point d’appui de la canne, cet ensemble conique transmettra à merveille au bas de ligne toute l’énergie produite. Si ce dernier est bien conçu, il posera la mouche de la manière souhaitée, à l’endroit souhaité.

      Comme on s’en doutait déjà, le bas de ligne va conditionner le poser de notre mouche. Du poser de la mouche dépend souvent, très souvent même, la capture du poisson. A cela il y a une condition, c’est la construction du bas de ligne. Les deux règles principales à respecter sont la conicité, qui doit prolonger de façon homogène la conicité de la soie et la raideur des matériaux utilisés qui doit se rapprocher le plus possible de la texture de la soie.

      Si c’était si simple, ça se saurait...

    • Le premier brin qui est abouté à la soie, aura un diamètre d’environ 60 à 80% du diamètre de la pointe de la soie. Ce qui correspond à un 45/100ème pour des soies de 4 à 6.

    • Pour la réalisation du bas de ligne, on utilisera un nylon raide type Chameleon de chez Maxima ou Camoufil de chez De Charrette, alors que pour la pointe un nylon souple et élastique sera préférable. Pour ce faire, on utilisera du pôle Fishing de chez Water-Queen, du tigre de chez Devaux ou du Planet de chez Falcon.

      Pour tous les types de bas de ligne, il paraît généralement entendu que les diamètres de fil additionnés pour confectionner ce dernier décroissent en diamètre, de 10 en 10, de 5 en 5/100ème de mm, voire parfois moins. En ce qui concerne les longueurs de brins de fil, il existe des règles physiques inflexibles auxquelles nous avons obligation de nous référer.

    • Si les brins de fils diminuent régulièrement de diamètre et de longueur, nous sommes face à un bas de ligne producteur, ce qui signifie qu’ il continuera à produire de l’énergie lors du lancer et cela jusqu’à l’extrémité du brin qui porte la pointe. Cette dernière, selon sa longueur, absorbera une partie de l’énergie pour fournir un poser discret.

    • Si les brins de fils diminuent régulièrement de diamètre et que leur longueur est égale d’un bout à l’autre, le bas de ligne est conservateur, ce qui signifie qu’il conserve l’énergie du lancer sans l’augmenter et la transmet à la mouche. Là encore la longueur de la pointe conditionnera l’amortissement du poser.

    • Si les brins de fils diminuent régulièrement de diamètre et que leur longueur augmente régulièrement, le bas de ligne devient alors consommateur, c’est à dire qu’il consomme l’énergie transmise et ralentit dans son entier le poser de la mouche.

      Fort de ces règles, qui je le rappelle, sont des règles physiques élémentaires et immuables, on peut maintenant s’attacher aux longueurs proprement dites des brins de nylon. C’est une collaboration entre les initiateurs de l’école de pêche de notre Club, que nous avons mis en place des règles simples et faciles d’utilisation. Ces règles ne sont pas issues d’une imagination fertile ou d’un délire créatif d’artiste qui nous caractérisent souvent lorsque nous montons des mouches, mais bien d’une certaine expérience au bord de l’eau et des éléments constructifs et pertinents ramenés de nos formations d’initiateurs de pêche à la mouche. Pour être efficace il faut rester simple et obtenir des résultats rapides. C’est dans cet esprit que nous travaillons toujours sur les bases suivantes :

      .
      Soie
      Corps du bas de ligne
      Pointe
      . .
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon fluo*
      Micro boucle*
      Nylon souple et élastique
      Ø en mm
      70-80/100
      45/100
      40/100
      35/100
      30/100
      25/100
      20/100
      16/14/12 ou 10/100ème
      Longueur en cm
      -
      45
      40
      35
      30
      25
      20
      100 à 200

      * La micro boucle et le fluo ne sont pas obligatoire mais facilite largement le changement de pointe et la pêche sous la canne et au fil.

      Pour ceux qui préfèrent plus classique :

      .
      Soie
      Corps du bas de ligne
      Porte pointe
      Pointe
      . .
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon souple et élastique
      Nylon souple et élastique
      Ø en mm
      70-80/100
      45/100
      40/100
      35/100
      30/100
      25/100
      20/100
      16/100
      16/14/12 ou 10/100ème
      Longueur en cm
      -
      45
      40
      35
      35
      25
      20
      40
      100 à 200

      Cette formule de base nous donne un corps de bas de ligne en nylon raide (sans pointe) de 195 cm. Si cette longueur de bas de ligne convient tout à fait à l’apprentissage, elle vous paraîtra peut-être faible dans certains cas. Pas de problème, la formule est une formule de base qui reste entièrement modulable en terme de longueur. Pour allonger le bas de ligne, il suffit d’utiliser la formule de base et de rallonger chaque brin. La section ainsi rajoutée doit être identique pour chaque brin à l’exception de la pointe.

    • On déterminera la longueur totale du bas de ligne en fonction de la topographie du lieu de pêche. Le bas de ligne sera au minimum aussi long que la canne qui le propulse. Le bas de ligne court sera utile en cas de vent, dans les rivières agitées ou sous la végétation. Le bas de ligne long servira dans des eaux claires ou calmes pour ne pas effrayer le poisson.

    • Dans tous les cas utilisez un bas de ligne de 2,5 à 3,5 mètres en petite rivière alors qu’en grande rivière, il faudra prévoir 4,50 à 7,00 mètres.

    • La longueur des brins est conditionnée par le type de poser et les conditions météorologiques (poser plaqué, parachute, tendu, vent fort ou faible..)

    • Dans tous les cas, la longueur et le diamètre de la pointe qui conditionnent la dérive et la discrétion face au poisson seront déterminés en action de pêche par la taille des mouches utilisées, la taille des poissons recherchés, la dérive recherchée et la technique utilisée. Pour une pêche d’ombre ou de truite, les pointes varieront entre 16 et 10/100ème pouvant descendre dans les cas extrêmes jusqu’à 8 voir 6/100éme.

      Les bas de ligne producteurs

      Ce type de bas de ligne est le plus utilisé, même si parfois on voit des terminaisons pas très heureuses. Les qualités de ces derniers sont indéniables dans des pêches où rapidité et précision sont essentielles. La pêche des gobages ou des postes en sèche, en eau rapide, en est un très bon exemple.

      Les bas de ligne conservateurs

      Ce bas de ligne est celui de nos grand-pères, de par ses qualités de conservation de l’énergie transmise par la main du lanceur, la canne et la soie, il reste une merveille de douceur et de discrétion dans les posers. C’est sans doute pour cette raison que les pêcheurs pratiquant exclusivement en sèche, continuent à s’en servir. Il souffre du défaut de mal se comporter en cas de vent, qu’il soit de face ou latéral, même léger. La construction d’un tel bas de ligne dans une longueur de plus de cinq mètres est à proscrire.

      Les bas de ligne consommateurs

      Si les débats sur l’utilisation de ce type de bas de ligne, sont souvent très vifs, un seul constat s’impose : l’ensemble "lanceur" et sa faculté à produire de l’énergie associée à un bas de ligne qui la consomme paraît être un non sens. En général, ce type de bas de ligne s’oppose à nos "traditions" de pêche, mais lorsque que l’on y regarde de plus près, on leur trouve des applications spécifiques intéressantes. L’exemple type de ces applications est la nymphe à vue. Pêche fine par excellence, cette technique nécessite l’utilisation de pointes très fines et de nymphes dont la taille ne permet pas ou peu de lester. La consommation de l’énergie par le bas de ligne offre alors des posers en paquets qui permettent une immersion plus rapide de la nymphe.

      Les formules mixtes

      Sur des pêches exigeantes, la nymphe au fil par exemple, ou l’immersion de la nymphe doit être très rapide, pour que la dérive soit efficace, on peut "mixer" une formule de bas de ligne producteur combiné avec une formule de bas de ligne consommateur, ce qui permet un ralentissement du bas de ligne à partir de son milieu et offre la possibilité de poser en paquet, en cloche ou courbe, sans réels efforts ; comme par exemple :

      .
      Soie
      Corps du bas de ligne
      Pointe
      . .
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon fluo*
      Micro boucle*
      Nylon souple et élastique
      Ø en mm
      70-80/100
      45/100
      40/100
      35/100
      30/100
      25/100
      20/100
      16/14/12 ou 10/100ème
      Longueur en cm
      -
      45
      40
      35
      35
      40
      45
      100 à 200

      ou plus classique :

      .
      Soie
      Corps du bas de ligne
      Porte pointe
      Pointe
      . .
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon raide
      Nylon souple et élastique
      Nylon souple et élastique
      Ø en mm
      70-80/100
      45/100
      40/100
      35/100
      30/100
      25/100
      20/100
      16/100
      16/14/12 ou 10/100ème
      Longueur en cm
      -
      45
      40
      35
      30
      35
      40
      55
      100 à 200

      Petit bémol, ce type de formule permet difficilement de poser une mouche sèche correctement, rapidement et avec précision et manque singulièrement d’un minimum de polyvalence. Un bas de ligne basé sur la formule de base présentée plus haut, avec une pointe de 1,5 à 3 mètres, permettra lui aussi d’excellents posers techniques, en gardant de bonnes qualités pour pêcher en sèche.
      Dans les formules mixtes, on peut aussi concevoir un bas de ligne qui commencerait par une partie consommatrice et qui se finirait par une partie productrice. Il me semble qu’un tel montage n’a pas d’intérêt et soit véritablement incohérent.

      En conclusion, ces quelques explications sur les bas de ligne ne sont pas faites pour ouvrir telle ou telle autre polémique, mais ont pour but de vous faire découvrir ou redécouvrir qu’un bas de ligne est un élément technique qui ne se copie pas bêtement sur un magazine spécialisé ou sur un site internet. Cet élément essentiel, en terme de qualité et de réussite de votre pêche, se construit selon des règles physiques incontournables. Les éléments décrits doivent vous donner les bases pour monter et choisir vos bas de ligne, et après quelques essais, d’arrêter votre choix sur le ou les bas de ligne qui vous conviennent, non seulement à vous mais aussi à votre pêche.

        • | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire