Nouveaux produits


    Mode d’emploi


    24 février 2006 par Florent Million

      Comme tous les ans, nous sommes à la recherche des nouveautés pour embellir nos imitations. Même si la mouche « miracle » n’existe pas, rien ne vous empêche de laisser libre cour à votre imagination pour tenter de faire une artificielle qui plaira autant au pêcheur qu’au poisson. Voyons à travers quelques nouveaux produits comment donner un nouveau look aux colocataires de nos boîtes.

      Depuis quelques années maintenant, les matériaux synthétiques occupent une place de plus en plus importante dans les catalogues de fly tying. Les mousses de type foam sont certainement l’un des produits qui ont le plus révolutionné le montage. Très présentes outre Atlantique, les mousses débarquent de plus en plus sur le vieux continent avec dans leurs valises de drôles de pattes ...

      Les float wings sont une petite merveille pour la réalisation des trichoptères. Ces ailes sont taillées dans du foam ultra fin (0,50 mm et 1 mm d’épaisseur suivant la taille). Elles se fixent facilement et peuvent être décorées au feutre. Au réalisme, elles ajoutent à votre mouche un vrai pouvoir de flottaison. Bien qu’elles se suffisent à elles-mêmes, vous pouvez ajouter une collerette en coq ou en lièvre, mais pour une flottaison dans la pellicule, un simple dubbing en tête fera l’affaire. Lorsque, prise dans un courant, votre mouche remontera d’elle-même à la surface, la truite croira à la fuite de son festin et oubliera toute méfiance pour venir s’en emparer. Disponible en trois couleurs (ocre, gris translucide, noir translucide) pour des tailles d’hameçon allant du 18 au 06, ce produit ne se limite pas aux imitations de trichoptères et peut être utilisé pour tous les insectes ayant les ailes à plat sur le dos (taon, cigale...).

      Les corps préformés 2 tons de sauterelle sont la réponse à tous vos problèmes pour la réalisation de ces insectes qui entrent dans le régime alimentaire des truites et des black bass durant la saison estivale. Beaucoup de montages font appel au poil de cervidé qui est généralement considéré comme la seule alternative pour faire flotter une mouche volumineuse. Souvent fastidieux, ce genre de montage rebute de nombreux monteurs. C’est le moment de penser « mousse ». L’utilisation de ce matériau s’acquiert très rapidement, son aspect « plastique » peut surprendre... mais les plus surpris sont souvent les poissons. Le corps préformé est maintenu sur la hampe de l’hameçon par un cerclage très espacé avec le fil de montage pour ensuite être collé par-dessous à la glue cyanolite. Les deux combinaisons de couleurs les plus répandues sont le marron/orange et le vert/jaune. Très visible, votre imitation trouvera sa place en rivière comme en eau close.

      Ces corps sont disponibles en deux tailles pour hameçons de 08 et 10 à hampe longue. Pour un réalisme maximum, les corps préformés méritent d’être associés aux «  pattes de sauterelles ultra réalistes ». Ces pattes en plastique sont une reproduction exacte de celle de l’insecte. Les puristes auront peut être du mal, mais des pattes aussi parfaites qui flottent et qui provoquent ce sillon sur la surface si particulier aux sauterelles ne peut être ignoré. Les pattes sont vendues par paires ; il convient de les séparer au moment du montage, cependant prenez garde à ne pas couper à ras afin de préserver une fine languette de plastique à la base de la cuisse qui vous servira à la fixer.

      Les corps préformés de libellules sont une illustration supplémentaire de l’emploi de la mousse à cellules fermées. L’utilisation est très simple et votre artificielle prend vie en quelques tours de fil. Les imitations de libellules sont souvent montrées du doigt à cause du diamètre de nylon nécessaire pour éviter le vrillage. Quand on connaît la méfiance des black bass, tous les détails comptent. Grâce à ces corps préformés, vous pourrez descendre les centièmes car malgré son volume, la mouche reste légère, avec une prise au vent acceptable à condition de ne pas utiliser des fibres trop raides pour les ailes mais plutôt des produits type « Neer Hair ».

      Les vibra legs On ne connaissait ce type de pattes que pour les poppers et autres grosses mouches ; que diriez vous de la même chose pour les sèches et les nymphes ?
      Voilà un produit sensationnel qui apporte de la vie au montage et beaucoup de réalisme aux modèles. D’un diamètre de 2/10ème de millimètre, les « vibra legs » peuvent être utilisées avec succès sur des hameçons de 16. Leur extrême finesse leur donne une grande mobilité et le moindre courant provoque une ondulation. Elles se fixent soit par un enroulement en croix sur la hampe de l’hameçon, soit de part et d’autre de l’artificielle, ou encore, plus simplement, avec une aiguille à coudre à travers le dubbing. Le travail des couleurs est très intéressant puisque aux coloris unis traditionnels s’ajoutent des combinaisons de deux couleurs qui accentuent des contrastes auxquels les truites sont particulièrement sensibles.
      Le champ d’application de ce produit ne se limite pas aux pattes, vous pouvez également réaliser les cerques de vos nymphes, et aussi des corps de micro nymphes par enroulement du fil élastique en jouant sur la tension pour faire varier le volume du corps.

      Nous restons toujours dans le synthétique avec deux produits qui devraient faire parler d’eux, étant donné la polyvalence de l’un et l’originalité de l’autre.

      Le Midge Flash est un mylar twisté à l’image du Krystal Flash mais en plus petite taille. A l’instar de son grand frère, il devrait devenir incontournable pour la confection des petits streamers. Inutile de vouloir en mettre beaucoup, quelques fibres suffisent à rendre votre mouche plus brillante. Très mobile, il se fixe en tête du streamer et répond à la moindre sollicitation. Disponible en 13 coloris, il couvre toutes les pêches que ce soit en rivière, en réservoir ou en mer. Mais il serait réducteur de limiter ce produit à un seul usage. En effet, il peut constituer un parfait cerclage pour des micro nymphes, ou encore des cerques pour des nymphes et des émergentes, voire même un sac alaire pour de petites imitations. Un produit aux mille facettes !

      Les Soft Eggs : un produit pour les pêcheurs en réservoir mais aussi pour les traqueurs de migrateurs. Cette imitation d’œuf est certainement la plus aboutie de toutes celles présentes sur le marché. Ces œufs sont souples mais résistants. Ils sont traversés par un yarn en coton, si bien que le montage se résume en un sous corps de fil de montage et une goutte de glue cyanolite. Pour ajouter un petit plus à votre imitation, une pincée de Dubmèche sur le fil de montage à l’œillet fera office de sac vitellin. Les soft eggs ne flottent pas et sont disponibles en sept coloris dont certains sont phosphorescents. Leur diamètre est de 7 mm. Il est possible de réaliser des chapelets d’œufs en faisant passer un fil nylon à l’intérieur de chaque œuf.
      N’oubliez pas de prendre connaissance de la réglementation des réservoirs car les imitations d’œuf ne sont pas toujours admises.

      Les monteurs de grosses mouches ont aussi droit à leurs nouveautés. Dès que l’on recherche le volume, deux paramètres sont à prendre en compte : le rapport mobilité/longueur et le poids. C’est encore une fois dans le synthétique que l’on trouve notre bonheur.

      Le Fritz Géant est la chenille du monteur de mouches à brochet. La largeur de ce fritz est de 4 cm. Son pouvoir couvrant étant important il est recommandé de l’enrouler en spires non jointives afin de laisser vivre les fibres, qui en plus sécheront plus facilement sur le premier faux lancer. De couleur perle, ce « Fritz Géant » joue également un rôle d’amortisseur pour les fibres plus longues et plus souples qui forment l’aile de votre streamer ; ainsi votre imitation garde toujours un certain volume, même mouillée. Ce fritz de grande taille se prête à toutes les animations. Si cette dernière est rapide, en s’engouffrant entre les fibres l’eau provoquera de fortes vibrations ; au contraire si la lenteur est privilégiée, les fibres se gonfleront et donneront au streamer une multitude de reflets. Dans tous les cas, chaque arrêt provoquera une prise de volume immédiate des fibres constituant l’aile de l’imitation.

      Le Sea Fuzz peut se définir comme un Fish Fuzz mais avec des fibres de 10cm de long. Autrement dit, des fibres très fines présentées en plaque. Cette fibre à la particularité de garder son volume dans l’eau et surtout d’offrir une mobilité très importante. Ses qualités font qu’il n’est pas utile de surcharger votre imitation de « Sea Fuzz ». C’est une parfaite alternative au marabout qui ne résiste pas toujours bien aux dents des brochets et à l’eau salée. Pour vos montages, soit vous coupez une pincée de fibre en prenant soin de bien retirer la bourre à la base du cheveu, soit vous prélevez des bandes directement sur la plaque. Pour ceci, il vous suffit, à l’aide d’un scalpel, de découper une bande au verso de la plaque (côté sans fibres), soit dans le sens de la longueur pour faire une grande queue ou un montage tandem, soit dans le sens de la largeur pour ensuite faire un enroulement sur la hampe de l’hameçon, comme vous le feriez avec du cross cut.
      Avec 14 coloris, le Sea Fuzz est un très bon produit pour faire les ailes de streamers, autant pour les carnassiers d’eau douce que d’eau salée ainsi que pour le saumon.

      Une dernière nouveauté, mais cette fois à classer dans les outils de montage aux nombreuses applications : le brûleur électrique.
      Il est parfois intéressant de voir comment réagissent certains matériaux au contact du feu. Seul problème : cette phase du montage intervient souvent sur la fin quand la mouche est presque terminée, autant dire qu’une flamme mal gérée réduiront tous vos efforts à néant. Il se pose donc le problème de la précision. Le brûleur électrique est la solution. Il se présente comme un stylo, à son extrémité une résistance en forme de pointe de crayon chauffe à rouge sur simple pression d’une gâchette. La réaction est immédiate et le travail très précis. Cet outil permet par exemple de brûler les dubbings synthétiques comme l’Ice dub pour les dos de gammare, mais aussi le poil de cervidé pour placer des yeux. C’est également un bon moyen pour libérer l’œillet de l’hameçon, sans toucher le fil en fin de montage quand beaucoup de fibres s’accumulent.
      Il est important de noter que ce produit est commercialisé prêt à l’emploi, piles électriques fournies.

      Si vous voulez apporter du sang neuf à vos boîtes, l’année 2006 vous apporte quelques solutions qui devraient pouvoir vous permettre de vous démarquer et d’aviver votre créativité.


      Ces produits sont disponibles chez Euro-Fly - http://www.euro-fly.com.
      Vous pouvez également retrouver toutes les mouches de cet article sur mon
      site personnel http://
      www.florentmillion.com
      .

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire