Premier Bonefish à Boca Paila (2nde partie)


    28 mars 2006 par Jérôme Philipon

      << Première Partie

      Je n’avais jamais pêché en mer tropicale non pas par manque de goût mais plutôt d’occasion : aujourd’hui, je piaffe d’impatience d’y repartir. L’eau salée offre un océan de possibilités. Comme d’autres avant moi et perturbé par ce qui est sans doute une certaine nostalgie de 20 ans en eau douce, j’avoue avoir découvert en mer des sensations encore plus fortes. Les possibilités y sont à mon sens décuplées et les espèces beaucoup plus combatives et riches en sensations pour le pêcheur de sport.

      L’environnement est encore plus rude avec une notion de prédation poussée à l’extrême. Résister aux courants et marées est la première nécessité des espèces marines : pas étonnant qu’elles apparaissent plus robustes et plus combatives que leurs homologues d’eau douce. Cela n’enlève rien aux qualités des secondes mais ouvre un monde d’opportunités au moucheur qui découvre et s’intéresse aux premières.

      Une région splendide

      Bonefish à Boca Paila

      D’un point de vue culturel, ne manquez pas les pyramides Maya avec Tulum la romantique et son bord de mer croquignolet. Les « xenotes » ou grottes calcaires au toit effondré par le travail incessant de l’eau forment aussi une curiosité locale.
      L’île de Cozumel est un centre de plongée reconnu tandis que les moins téméraires trouveront leur bonheur avec masque et tuba à partir des plages bordant la côte atlantique. Sans bouteille en nageant parmi coraux et poissons, il n’est pas rare d’apercevoir une tortue ou une raie. Dans la même veine, le parc aquatique de Xel Ha est une merveille à découvrir en famille. Vous y nagerez dans la mangrove en compagnie des bonefish et permits.
      Boca Paila est situé dans la réserve biosphère de Sian Ka’an. Cette dernière renferme des espèces d’oiseaux rares et des opérateurs offrent aux touristes des excursions en bateau et dans la jungle.

      Bonefish à Boca Paila

      En dehors de l’inévitable Cancun ou vous atterrirez, la côte est tapissée d’hôtels luxueux. Nous résidions plus au calme à proximité de Playa Del Carmen. Ce port de pêche est une bonne base pour la pêche au gros à la traîne. Chose rare, les aires de grossissements des marlins se trouvent en bord de côte et les cannes pêcheront donc 15 minutes après l’embarquement. Playa Del Carmen offre en outre une expérience unique : celle de pouvoir nager avec des dauphins. Pas donné mais inoubliable !
      Revenant de Boca Paila, la tête chargée des émotions fortes de la matinée et l’estomac vide, nous avons trouvé refuge chez Nestor l’argentin. Son éco lodge avec ses bungalows individuels en bord de plage nous a semblé divin. Le restaurant en bord de piste sert une cuisine locale toute colorée et ce fut véritablement la cerise sur le gâteau de ce périple à Boca Paila. Un très beau souvenir...

      Bonefish à Boca Paila

      Comme plusieurs moucheurs me l’ont fait remarquer : un séjour de pêche en eau salée sous les tropiques est un plus gros challenge domestique à négocier qu’un séjour en Scandinavie en compagnie des moustiques.
      Aucun risque que nos épouses veuillent se joindre à nous en Laponie ; par contre, pour Mexique, Sécheylles, ou Bahamas, c’est une toute autre histoire ! Je reste néanmoins très serein : le moucheur déterminé est plein de ressources. La créativité n’étant pas la dernière de celles ci !

      Contre toute attente, l’ouragan Kathrina a été bénéfique à Boca Paila

      Kathrina a frappé Cancun de plein fouet mais par chance a épargné Boca Paila situé plus au sud. Aux dires d’Ursula Kreitmeier qui gère le bureau de vente de Cancun, l’impact a même été bénéfique sur la pêcherie. La plage a gagné en largeur et les eaux du lagon ont reçu un apport d’eau fraîche très substantiel. Juste après l’ouragan, Boca Paila avait déjà un super grand slam à son crédit.


        CONSEILS PRATIQUES POUR BOCA PAILA

        Quand partir ?

        Le lodge est ouvert toute l’année avec un pic saisonnier de février à Mai. La majorité de la clientèle à Boca Paila préfère Mars et Avril ou les températures sont douces et plaisantes sans être aussi chaudes qu’en été. Précipitations et vent sont alors très faibles. Pendant l’été et même l’hiver, la pêche reste excellente à tel point que les habitués du lodge reviennent année après année en Août et septembre pour trouver un lagon bouillonnant de poissons. Notez toutefois que le temps y est plus aléatoire, surtout de Juillet à Novembre ou orages et fortes chutes de pluie constituent le lot commun.

        Les espèces à découvrir

        Les tarpons de petites tailles sont présents toute l’année alors que les plus gros spécimens sont à rechercher de Juin à Octobre. Les permits sont réceptifs 365 jours par an avec des chances optimales de février à Mai, puis de nouveau d’août à octobre. Printemps et automne sont à privilégier pour le snook. Quant au bonefish, il peut être capturé chaque jour de l’année.

        INFOS & CONTACTS *

        Les Tarifs

        - Haute saison 29 Janvier au 4 Juin : 3200 USD / personne / semaine (7 nuits, 6 jours) en chambre double et pension complète. Prix incluant guide et bateau.
        - Basse saison : 2560 USD

        Contacts

        Site Web : http://www.bocapaila.com/
        Courriel : info@bocapaila.com

        - Ursula Kreitmeier à Cancun : Tél. +52.998.8921200 ou 8921201
        - Chez
        Nestor l’Argentin

        - Réserve
        biosphère de Sian Ka’an

        - Parc d’attraction Xel-Ha et de Xcaret

        Autres Lodges de Pêche

        - Ascension Bay Bonefish Club
        - Ascension Bay Beach Club
        - Cozumel Bonefishing
        - Pesca Maya

        * l’auteur de cet article a voyagé de manière totalement indépendante, hors des circuits classiques.

            | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

              Copyright echosmouche.fr
              Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
              Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire