L’autre Colombie Britannique (2ème partie)


    27 avril 2006 par Florent Million

      << Première Partie

      Une fois sur les rives de la Wigwam, on s’aperçoit rapidement que la faune est omniprésente ; on se sent bien petit avec notre bout de carbone au milieu de cette forêt primaire. Parmi les joyeusetés du secteur on notera les ours noirs, les couguars et les grizzlys que l’on peut considérer comme les propriétaires du coin... Pas de panique, aucun accident mortel n’a été recensé à ce jour, les animaux sauvages savent que des bipèdes à casquette se promènent le long de leur rivière et les sympathiques plantigrades de notre enfance rejoignent des secteurs plus reculés vers les hauteurs des Rocheuses. La meilleure façon de se préserver de tout problème avec les résidants de ces grandes forêts est de faire du bruit pour signaler notre présence. Une fois acclimaté, la pêche peut commencer !

      Colombie brtitannique

      La rivière n’est pas très large pour le pays et on retrouve rapidement ses marques : une largeur d’une vingtaine de mètres, une eau cristalline avec des courants rapides succédant à des pools profonds. La réglementation sur la Wigwam impose certaines restrictions, une seule mouche sur le bas de ligne, interdiction d’ajouter des plombs sur la ligne, interdiction d’utiliser un indicateur de touche... nymphe au fil ou nymphe à vue ? Ni l’une ni l’autre, puisque c’est en sèche qu’il faut attaquer ! Le mimétisme est impressionnant, ne pas voir des poissons de plus de 40 centimètres dans moins d’un mètre d’eau est monnaie courante. Cependant la pêche à vue est possible en sèche sur certains secteurs même si on pêche les postes plus que les poissons.
      Colombie britannique Si vous voulez vraiment pêcher en nymphe à vue il faudra monter des stoneflies sur hameçons de 4, mais c’est généralement avec un streamer que vous opérerez pour déclencher l’attaque d’une grosse bull trout à vue car c’est l’un des grands intérêts de cette rivière, surtout en fin de saison quand les eaux sont basses. Quand on recherche ces poissons, le plus compliqué est d’oublier les gobages des truites de plus de 2 livres...

      Comme sur la Elk, la pêche en journée demande des mouches assez volumineuses alors que les dernières heures imposent plus de discrétion avec les BWO.
      Difficile de parler des secteurs sur cette rivière, sur une carte d’état major, tout est vert avec une ligne bleue au milieu... Les deux points de repère sont les tributaires, la Lodgepole creek et la Bighorn creek. Elles sont également très bonnes et moins fréquentées. Un secteur meilleur qu’un autre ? A ma connaissance non, c’est bon de partout !

      Colombie britannique La Wigwam est une rivière fabuleuse tant par la pêche que par le paysage, à l’image des Montagnes Rocheuses.

      La Elk et la Wigwam sont les deux rivières numéro une de la région de Kootenay, ce sont elles qui on fait la célébrité de ce secteur. D’autres rivières mériteraient quelques lignes et en particulier la Bull river qui coule plus à l’ouest dans la direction de Cranbrook et de la St Mary river.

      Cette rivière se divise en deux parties, de part et d’autre du barrage. En aval, la rivière est assez large, une bonne trentaine de mètres ; on peut la pêcher en drift boat. Les cutthroats ont ici une robe plus argentée que sur les deux rivières précédentes, leur taille moyenne est également plus modeste mais des truites de 2 livres sont assez courantes.

      Colombie britannique En amont, la rivière peut être qualifiée de torrent et les gros poissons sont concentrés dans les pools. La largeur varie suivant le dénivelé, entre 10 et 20 mètres environ. La densité de poissons est en revanche très importante, il est possible de faire plus de 20 truites en sèche dans le même pool lors du coup du soir. Comme toutes les rivières de cette région, à partir de début septembre les petits saumons kokanee remontent pour frayer, certains courants donnent l’impression d’être recouverts de galets rouges. Les terrestres et les trichoptères sont incontournables pour la pêche en sèche ; en nymphe, une casque d’or sur hameçon de 12 permet de prospecter les veines d’eau les plus profondes.

      Colombie britanniqueLa réputation de la Bull river n’est pas aussi élogieuse que celle de ses deux voisines, si bien qu’elle est une bonne alternative dans l’organisation d’un séjour : peu de pêcheurs, un cadre naturel et sauvage, beaucoup de poissons. En d’autres lieux elle serait une rivière de tout premier ordre, ne l’oublions pas.

      Ainsi, la région de Kootenay en Colombie Britannique mérite largement sa place parmi les meilleures destinations mondiales pour la pêche de la truite à la mouche. Elle a su se construire une solide réputation coincée entre la passion vouée aux migrateurs de la côte Ouest et la mise en avant du Montana et de l’Idaho.

      La pression de pêche reste tout à fait acceptable et, pour celui qui n’hésite pas à marcher un peu, il sera vite gagné par l’impression d’être seul au monde. N’importe quel pêcheur à la mouche en rivière de niveau moyen y trouvera du plaisir, pour le pêcheur en nymphe il y a certainement mieux car ici, c’est le royaume de la mouche sèche, le cœur de notre passion.

      Colombie brtitannique

      INTERESSE(E)PAR LA COLOMBIE BRITANNIQUE ?

      Florent Million, guide de pêche diplômé, voue une véritable passion à l’Ouest canadien et aux Rocheuses. Son engouement pour l’Amérique du Nord l’a poussé à concevoir des voyages de pêche d’une dizaine de jours vers ces destinations lointaines.

      Pour tout renseignement sur ces voyages, le Kootenay fly shop ou tout autre conseil, contacter :

      Florent MILLION
      Rue Winston Churchill
      35600 REDON
      Tél. 06.87.78.09.27
      Mél. flo@florentmillion.com
      Web : http://www.florentmillion.com/

            | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

              Copyright echosmouche.fr
              Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
              Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire