Pêche Mouche N° 55


    bimestriel Juillet - août 2006


    26 juin 2006 par Pêche Mouche

      Pêche Mouche N° 55 EDITORIAL
      La véritable dimension du bas de ligne

      C’est amusant comme un morceau de Nylon peut susciter tant d’interrogations. Le bas de ligne n’est en fait que le lien que l’on souhaiterait invisible entre la soie et la mouche. Et pourtant il est et représente beaucoup plus que cela. Notre relation avec lui est intéressante et paradoxale. C’est probablement le dernier élément dont on se préoccupe avant de partir découvrir un endroit ou de nouveaux poissons à capturer.
      Après avoir choisi la canne, le moulinet, la soie, après d’être renseigné sur les mouches en essayant de dénicher le bon tuyau, le modèle secret dont il faut absolument faire l’acquisition, vous en arriverez à la fatale question : « Et à propos du bas de ligne ? » Ainsi, vous rabouterez quelques brins en vous appliquant sur les nœuds, vérifierez la solidité de l’ensemble en pensant que « ça fera bien la rue Michel ».

      C’est une fois sur place qu’il conviendra ... ou pas. Dans le premier cas, il se fera oublier, propulsant la mouche comme il se doit, la déposant aux endroits que vous souhaitez, se montrant discret aux yeux du poisson pour enfin tenir le coup à la touche et ne pas rompre pendant la bagarre. Une fois qu’il a rempli sa tâche, vous l’aurez complètement ignoré et il y a fort à parier que vous ne vous y intéresserez plus, même si dédaigneusement parfois vous le rallongerez ou au contraire lui enlèverez quelques centimètres. C’est beaucoup de pression pour un si petit truc. Croyez-moi, ce doit être dur d’être un bas de ligne. Si par malheur il ne remplit pas toutes ces fonctions, c’est pour vous le début des ennuis et d’une quête parfois longue et difficile.

      Grâce à l’expérience de nos aînés , nous avons la conviction maintenant que plus le poisson est délicat et éduqué, plus le bas de ligne doit être long et la pointe fine. Malheureusement, avec ces nouveaux paramètres, le pêcheur perd en précision et en aérodynamisme. Et seuls les bons lanceurs arriveront à tirer leur épingle du jeu. Et encore, très souvent, les super bas de ligne dont ils avaient déniché la formule ne leur convenant pas tout à fait, ils ont dû y apporter quelques modifications. Puis tout roule, ils n’en parlent plus jusqu’à la prochaine amélioration, qui souvent n’en est pas une, ou bien jusqu’au moment ou un novice pose la sempiternelle question : « Et à propos du bas de ligne ? »

      C’est pourquoi, pour moi, le bas de ligne représente une étape importante dans la progression d’un moucheur. C’est le passage obligé pour tendre par la suite vers l’excellence, accéder aux niveaux supérieurs, se concentrer sur d’autres choses. Tant que l’on ne s’est pas posé cette question et que l’on n’y a pas répondu, cela prouve que l’esprit n’est pas encore tourné vers des considérations plus importantes : observation, compréhension, adaptation en ce qui concerne l’aspect technique , ou tout simplement se sentir bien , quiet et tranquille, en parfait accord avec la nature qui nous entoure. C’est certainement la raison pour laquelle tant d’interrogations nous parviennent de la part de moucheurs qui bloquent encore sur ce petit bout de Nylon. C’est le petit grain de sable dans la mécanique de leur esprit, de leur imaginaire. Qu’ils sachent cependant que, même si parfois ils éprouvent la désagréable impression de tourner en rond et du dépit au sujet de la formules qu’ils croyaient géniale et qui en fait ne fonctionne pas bien, cette quête vaut bien d’être accomplie. Car au bout du compte, si ce n’est pas le Saint Graal, cela ressemble quand même à de la sérénité.

      Fabrice Monnel
      fabrice.monnel@emapfrance.com

      AU SOMMAIRE DU N° 55

      Editorial p.3
      Courrier p.8
      Hot line p.9
      Actualités p.10

      Technique
      Bas de ligne :
      une solution pour chaque situation. p.22
      Sachez choisir la bonne dérive p. 28
      L’orange : pourquoi ça marche ? p.32

      DOSSIER Un petit coup de bar p.36
      Capturez vos premiers labrax p.38
      Wexford : ses pubs et ses bars ! p.42

      Technique
      Le petit lexique de la canne à mouche p.54
      Enquête
      La Vis, un patrimoine d’exception p.59
      Environnement
      L’influence des ouvrages sur les rivières p.61
      Balade
      Les petites écailles p.64.
      Montage
      Trucs et astuces de montage : le lestage des nymphes. P.68
      Le Shopping p.72
      Testés pour vous
      Une soie et un moulin p.74
      Float tubes : l’arme absolue ? p.76
      Découverte p.81
      les black-bass du Virdoule p.82
      Action Clubs
      Le GPS de Toulon p.88

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire