Mexique : à la traîne pour ceux qui aiment


    septembre 2006 par Jérôme Philipon

      La pêche à la traîne est la forme de pêche la plus ennuyeuse qu’il m’ait été donné de pratiquer. La courte période pendant laquelle je l’ai expérimentée ne constitue en rien une incitation à recommencer.

      Mexique, à la traîne pour ceux qui aiment

      Certes, encore plus en mer qu’en eau douce, la récompense potentielle peut friser le suprême avec la prise d’un marlin ou d’un espadon-voilier mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

      Pour un pêcheur de rivière vivant loin de l’océan, le cadre attire par le dépaysement qu’il procure. Dommage qu’il soit gâché par la houle. Difficile d’être contemplatif lorsque vous êtes cramponné au bastingage d’un bateau en essayant de retenir votre estomac. La pêche en elle-même m’est apparue comme ennuyeuse à souhait. Le skipper fait le gros du travail et ce n’est qu’à partir de la touche que le pêcheur joue un rôle prépondérant dans la capture. Ici, tout le travail de traque , si excitant à la truite ou au brochet , est passé à se morfondre dans l’attente d’une touche hypothétique. Même si le combat peut durer des heures, on aura bien du mal à me convaincre que l’implication du pêcheur n’est autre que minimale. Son plaisir doit en être amputé d’autant.

      Dans la nature, Il en faut pour tous les goûts et il est clair que le plaisir des uns n’est pas celui des autres. Les affinités changent aussi avec l’âge et qui sait si dans trente ans, dans un grand moment d’égarement, je ne rejoindrai pas les rangs de ces carpistes plantant leur tente pendant trois jours au bord d’un lac ? A bien y réfléchir, j’en doute beaucoup. A mon sens, on ne se refait pas ou alors que très partiellement.

      Mexique, à la traîne pour ceux qui aiment

      Pourtant me direz-vous, bien des malades font périodiquement une rechute. L’attrait de faire une capture mythique, thon géant ou encore barracuda à la denture superbe, les pousse à franchir le pas vers des disciplines dont ils savent pertinemment qu’elles ne correspondent pas à leurs véritables affinités. En soit, le mécanisme est simple : l’envie d’essayer et l’appât du gain potentiel prennent le dessus ; un peu le syndrome du loto ramené au pêcheur. Le quidam sait que ce n’est pas bon pour lui mais il ne peut résister car il croit en sa chance aussi infime soit-elle.

      Un séjour au Mexique dans la péninsule du Yucatan fut l’occasion d’un double baptême du feu en eau salée. L’ un à la mouche de manière classique (voir 1er bonefish à Boca Paila) ; l’autre à la pêche au gros à la traîne. Si Boca Paila reste un souvenir mémorable et engendrera , je l’espère , de nombreux bis repetita , les heures , certes limitées , passées à tirer un maquereau derrière un bateau ne risquent pas d’être le début d’une longue série.
      Au final, le temps - ou plutôt son manque cruel - reste le facteur clef dans la quête du plaisir de chacun. Nous sommes constamment amenés à faire des choix pour optimiser notre temps en fonction de nos aspirations personnelles.

      Mexique, à la traîne pour ceux qui aiment

      J’en terminerai en rendant volontiers à César ce qui est à César. Mon engouement limité pour la traîne n’enlève rien au Mexique et à sa réputation méritée d’être un des meilleurs lieux de pêche au gros de la planète. Si c’est votre "tasse de thé", allez-y, je vous souhaite d’en revenir comblé. Captain Rick (http://www.captricksfishing.com/) officie à partir de Puerto Aventuras à 72 km au sud de Cancun et à distance raisonnable de Boca Paila. Ce pourvoyeur vous permettra d’affréter un bateau pour une demi journée, une journée ou plus si affinités. Tout est fourni sauf ... les lunettes et la crème solaire.

      Mexique, à la traîne pour ceux qui aiment
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire