Canicule


    La Théorie du Dè Pipé


    30 août 2006 par EchosMouche

      Au tout début de cet été, la canicule et la sécheresse se sont une nouvelle fois abattues sur notre pays. Si, du point de vue sanitaire, nous étions préparés à cette éventualité, ce n’était pas à l’évidence le cas de tout le monde.

      A la fin du mois de juillet, nombre d’agriculteurs , faute de pouvoir irriguer leurs cultures ou ayant largement entamé leur réserves de fourrage pour l’hiver, levaient les bras au ciel ; signe avant-coureur d’une catastrophe qui se réglera à la rentrée prochaine ... à coup d’espèces sonnantes et trébuchantes . Si l’agriculture, principale consommatrice en eau (plus des deux tiers de nos réserves) n’a pas su, n’a pas voulu anticiper cette sécheresse, elle n’est pas la seule à avoir agi avec autant d’imprévoyance. RTE en rejetant l’eau de refroidissement de ses centrales nucléaires surchauffée dans nos fleuves déjà mal en point n’a pas fait mieux. Ce faisant, cette entreprise a prouvé à quel point elle était peu respectueuse des équilibres écologiques et qu’il était difficile, sinon impossible, de tenir un double langage , l’un économique, l’autre écologique.

      Ces fortes chaleurs à répétition sont-elles de simples épisodes météorologiques ou les effets d’un réchauffement climatique en cours ? Sur ce point, nos scientifiques sont pour le moins divisés, ce qui nous amène à aborder la théorie ... du dé pipé. Quand on lance un dé, il y a peu de chance de tirer deux fois de suite le même numéro. A supposer que cela se produise de plus en plus fréquemment au point que ce numéro soit le seul à sortir, vous en concluriez comme moi que ce dé est irrémédiablement pipé. A supposer que ces périodes de canicules deviennent de plus en plus fréquentes d’année en année, nous pourrions alors nous dire, avec quasi certitude, que nous sommes rentrés dans une période de changement climatique avec toutes les conséquences et les déséquilibres que cela implique.

      Même si canicule ne signifie pas nécessairement sécheresse, nous nous devons de rester à la fois vigilent et prévoyant. Sommes-nous prêts à affronter ce nouveau défi ? Je ne le crois pas. En ce qui concerne nos réserves en eau, tous les textes adoptés ces dernières années n’ont pas permis d’améliorer une situation extrêmement sensible voire critique au point que je me dis que cette partie de dé est entrain de virer ... à la roulette russe.

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire