Sommedieue


    29 septembre 2006 par Jérôme Philipon

      La vallée de la Meuse fut le terrain de jeu de mon enfance. C’était le temps des goujons et des vandoises, des excursions à bicyclette, la goujonnière sur le porte-bagages, musette et canne à brochet en bandoulière sans oublier la canne à Rapala en travers du guidon. Une vingtaine de kilomètres aller et retour ne nous faisait pas peur. L’esprit était compétitif et les places chères sur les bons coups.

      Sommedieu

      Comme régional de l’étape, ma vision du Domaine de Sommedieue est donc quelque peu partiale. C’est mon pays tout imparfait qu’il soit. Pourtant, la nostalgie n’explique pas tout : on ne revient pas année après année à un endroit s’il n’offre pas l’attrait suffisant. J’ajoute que je ne vis plus dans la région depuis une quinzaine d’années même si j’y ai de la famille.

      Un biotope riche de par ses sources aux eaux cristallines et favorisant la pêche à vue

      Des atouts, le Domaine de Sommedieue en possède de solides : un site de caractère, un biotope riche de par ses sources aux eaux cristallines, une grande variété d’espèces piscicoles et une politique d’empoissonnement intelligente.

      Autant le dire d’emblée : ayant été élevé au bord de l’eau courante, je ne suis pas un fan des réservoirs. Sommedieue fait pourtant partie des exceptions, en quelque sorte une espèce d’incartade que je revendique haut et fort. On peut y pratiquer à la fois sur la rivière Dieue et sur les étangs du parcours. Ces derniers ont tous une typicité qui leur est propre et offrent des challenges variés. Température d’eau mais aussi profondeur du fond dictent les espèces qui seront les mieux adaptées à chaque plan d’eau. Le secret de Sommedieue repose dans ses sources qui perlent littéralement des talus bordant l’étang supérieur. Elles alimentent en cascade tout le site et sont d’une très haute qualité. Leur température est basse et relativement constante durant l’année ce qui rend le domaine pêchable en toute saison.

      L’endroit a beaucoup de charme et la convivialité, notamment autour de la table, y est un maître mot. C’est au domaine qu’Olivier le cuisinier m’a fait découvrir la tête de veau ravigote et chaque année, elle continue à se bonifier ! Un régal de fondant pour les papilles après une matinée à l’affût des truites. L’accueil et la chaleur du lieu et de ses hôtes font partie d’un package attachant.

      Les plaisirs de la pêche à vue

      Sommedieu

      Il m’a fallut un certain nombre d’années pour simplement cerner ce que les experts moucheurs appelaient « pêche à vue » , sans doute à cause de mon éducation restreinte à des eaux à truites plutôt opaques ou les occasions printanières de voir le poisson se résumaient à leur plus simple expression. J’avais du mal à appréhender ce concept de pêcher un poisson préalablement repéré et de suivre de visu toutes les séquences menant à sa capture.
      Un jour, les circonstances furent là pour créer le déclic et Sommedieue est, à mon sens, un cadre idéal pour permettre aux débutants dans cette technique de faire leurs premiers pas. Je ne dis pas que c’est gagné d’avance mais en ces lieux, les conditions de base sont réunies.

      Sèche, émergente, nymphe, toutes les techniques trouvent leur utilité pour tromper les poissons dans ces eaux claires. Personnellement, je ne manque jamais quelques coups à l’arbalète à la nymphe dans les frondaisons des petits ponts du parcours pour taquiner les "mémères" qui se tiennent dans ces postes privilégiés. La ligne droite du moulin m’a apporté beaucoup de succès et le trou des anciennes vannes réserve quand à lui des surprises de taille.

      Lors de ma dernière visite ; j’ai découvert que de gros cristivomers se tiennent à fond devant la buse de l’exutoire du premier étang. Leur capture fait appel à des techniques pas forcément très orthodoxes pour le puriste mais efficaces : essayez donc de trimballer une nymphe très lourde près de la buse et vous aurez peut-être la chance de re-capturer ce sujet de 1.5kg qui m’avait mis sur le backing avant de reprendre sa liberté.

      Une politique d’empoissonnement intelligente

      Sommedieue a acquis une belle notoriété et attire de loin une clientèle française mais aussi étrangère. Bruno Fenaux n’entend pourtant pas se reposer sur ses lauriers et a des projets pour l’avenir. L’un des étangs a été désenvasé et remis à neuf pendant l’hiver dernier. 2005 fut aussi une année d’apprentissage pour la réintroduction de salmo salar. Le bilan est positif et a donné lieu à un nouvel empoissonnement en 2006. Ces poissons occupent à la fois la Dieue et l’un des étangs. Ils vous gratifieront de superbes chandelles à répétition comme j’ai pu moi-même le constater.

      En plus des classiques arcs en ciel et farios, le Domaine accueille une population de cristivomers à la robe superbe. Une partie du stock de truites est élevée sur place et les poissons , issus de SOMMEDIEUE ou non, dénotent par leur morphologie très naturelle. On mise ici sur le qualitatif plutôt que l’intensif.

      Le Domaine offre aussi des possibilités de traquer le brochet sur le Grand Panne près du lac de Madine. Pur fruit du hasard, j’ai péché cet étang au filet il y a plus de vingt cinq ans. C’était à l’époque un plan d’eau pépinière pour la fédération de pêche régionale et l’heure était venue de sa vidange. La seule fois de ma vie de pécheur où je vis des tanches de très petite taille. Elles mesuraient de 10 a 15cm leurs flancs bronze iridescent scintillaient dans le soleil automnal alors qu’elles frétillaient sur la table de tri. Encore aujourd’hui, rien que d’y penser, j’en ai les yeux qui brillent.

      J’en terminerai en vous souhaitant bienvenue en Meuse. Ce pays parsemé de vertes collines au lourd passé teinté de 1ère Guerre Mondiale a une histoire à découvrir. La Meuse y coule paisiblement dans une grande pleine alluviale qu’elle a marquée de ses crues hivernales. Le Domaine de Sommedieue constitue une belle introduction à cette région. On vous y parlera pêche, mais aussi forêt, chasse et champignons. Un bien bel endroit ou le mot réservoir résonne tout d’un coup très différemment à mon oreille.

      Sommedieu
          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire