Voyage en Autriche avec un ... Pro


    Un Pro, c’est qui ?


    24 octobre 2006 par Martine Lalaurie

      Depuis plus d’un an, j’ai fait le choix de partir en Autriche, pour mon premier séjour de pêche à la mouche, hors frontières. Mais , avec qui partir en tant qu’organisateur spécialisé ? Je voulais avoir à faire à un Pro et après moultes recherches, pour ce voyage tant attendu, je suis en mesure de vous dire que j’ai trouvé « le » Pro.

      Voyage en Autriche avec un ... Pro
      C’est avant tout quelqu’un qui connaît parfaitement son métier, en l’occurrence toutes les subtilités de la pratique de la pêche à la mouche pour prendre, non pas du poisson, mais des poissons, quelles que soient les conditions de pêche. Si, de plus, vous mettez ce pro dans des lieux connus pour leurs cheptels conséquents de salmonidés très très éduqués et par le fait, draconiens vis-à-vis de votre action de pêche, vous devez le voir sortir les plus beaux spécimens aux postes les plus délicats, et cela, dans un laps de temps très court.
      La densité de poisson, dans les rivières où j’ai pêché en Autriche, vous offre l’opportunité de prendre des truites de 25/30 cm, à gogo, quasiment à portée de canne. ; Mais pour moi, ce n’est pas le but recherché pour cette destination de pêche, surtout après avoir cassé ma tirelire. Autant aller dans une pisciculture à coté de chez soi !

      Par contre, aller au plus près des gobages sur la rive opposée alors que vous avez devant vous une rivière dont le débit vous met tout de suite en garde sur le 1er premier faux- pas à ne pas faire, là, c’ est une autre histoire. Et pourtant, vous savez que là-bas, même à 30 mètres, ce sont bien des truites ou des ombres de plus de 50 cm, car vous les avez vus. Alors comment faire pour les prendre ? Le Pro, lui, il sait faire et il vous le montre. Dès le premier jour, le cirque commence et c’est de la haute voltige. Alors que vous vous massacrez le bras et la cervelle pour arriver à ferrer correctement un poisson après une vingtaine de ratés ou que votre mouche passe désespérément sans déclencher la moindre attaque, le Pro vous sort dix poissons plus gros les uns que les autres en affichant un sourire et une exclamation digne d’un enfant émerveillé. Alors, si le Pro y arrive, comment essayer d’atteindre au mieux cet objectif ?

      C’est là qu’intervient une autre qualité d’un vrai Pro : savoir aller au-delà de l’attente de ses clients. Contrairement à beaucoup de pseudo pro, celui que j’ai côtoyé, durant une semaine, aurait pu garder son savoir-faire, lié à des années de pratique. Il aurait pu pêcher à coté de moi ou de mes compagnons de voyage, sans nous expliquer le pourquoi du comment de notre incompétence à sortir un poisson digne de ces lieux Tyroliens, et continuer de nous affliger des raclées quotidiennes de par le nombre inconsidéré de ses prises, pour justifier son titre.

      Rien de semblable ne s’est produit. Au contraire, ce Pro n’a pêché que deux jours sur sept. Durant toute la semaine il n’a pas ménagé sa peine pour conseiller, montrer, expliquer à chacun d’entre nous, suivant nos différents niveaux, la manière d’obtenir un plaisir que nous n’avions jamais atteint. Son implication m’a permis de réaliser un score inespéré sur la semaine, avec pour les plus belles prises, un ombre de 52 cm et une truite de 63 cm, les deux en sèche. Moi aussi, j’ai eu ce regard d’enfant émerveillé. Quel bonheur, quel régal ! Vous progressez, et le plaisir est intense.

      Pour couronner le tout, cela s’est passé dans une région magnifique (le qualificatif est trop léger) Le Tyrol oriental, l’Osttirol avec ses vallées, empruntées de rivières tant rêvées, qui maintiennent à distance suffisante les majestueuses montagnes. L’harmonie de toutes ces différences géographiques sont à jamais gravée dans vos mémoires. Bien sûr, il y a d’autres endroits de rêve dans le monde, mais aujourd’hui c’est dans cette région d’Autriche que j’ai rencontré un vrai Pro.

      Son nom est Patrick Campomizzi dit CAMPO.

      Patrick Campomizzio, dit Campo

      Il y a huit jours que je suis rentrée du Tyrol. J’ai souhaité attendre ce délai, pour être tout à fait objective sur ce voyage, autant pour le site, que pour l’organisateur.
      Avant de terminer mon article, je voudrais vous dire, que contrairement à tous les blas blas, les accusations non fondées et parfois l’agressivité portée à l’égard du dit CAMPO, elles ne sont pas toutes justifiées.

      Certes, je vous l’accorde, il n’est pas toujours diplomate, il est un peu narcissique, son air bourru et parfois narquois ainsi que son franc parler et sa voix haute, n’inspire pas l’envie d’aller lui caresser les moustaches au premier abord. Mais qui n’a pas de défaut ? Derrière sa corpulence et ses aboiements, se cache un homme généreux, passionné, professionnel autodidacte, exigent, perfectionniste, aimant. Il ne demande qu’à rire car il a beaucoup d’humour, et par dessus tout, il ne demande qu’à vous amener ce à quoi, nous aspirons tous, lorsque nous sommes passionnés pour une activité de loisir ou professionnelle, à savoir : LA RECONNAISSANCE ET LE RESPECT.

      J’apprécie et je respecte ce Pro de la pêche à la mouche. J’ai envie de vous dire qu’un jugement quel qu’il soit, ne peut s’émettre qu’après avoir côtoyé une personne et vécu une situation. L’analyse est alors permise et un choix est possible. Merci Patrick !

          | Réagir à cet article | Rechercher | Dans la même rubrique |

            Copyright echosmouche.fr
            Tous droits de diffusion et de reproduction réservés - Système de Gestion de contenu spip(3.0.17)
            Sommaire La Lettre d'echosmouche.fr Concours Auteurs Trophée Echos Mouche Nous écrire